LES BLOGUES
29/08/2016 08:19 EDT | Actualisé 29/08/2016 08:19 EDT

Conseils scolaires pour parents et enseignants d'enfants autistes (2/3)

Les parents sont conscients des lacunes de leur enfant. Si les mêmes objectifs ont été présents lors des plans d'interventions pendant plusieurs années et qu'ils ne sont pas atteints, alors il est peut-être temps de se consacrer à autre chose.

En ce début de nouvelle année scolaire, de nombreux parents d'élèves TSA éprouvent une certaine appréhension, car ils savent ce en quoi consiste le fait d'établir une relation avec le nouveau personnel enseignant de leur enfant, ainsi que le développement des routines de communication et d'interaction.

De leur côté, les enseignants s'inquiètent également à savoir comment ils arriveront à faire en sorte que l'année soit une année de succès pour tous leurs élèves.

Mais lorsque la maison et l'école travaillent ensemble, les résultats ne peuvent qu'être positifs.

Voici la deuxième partie de trois, d'un ensemble de directives qui peuvent aider à établir les bases solides d'une relation positive entre les parents, les enseignants et l'enfant TSA.

DE LA MÊME AUTEURE

>Conseils scolaires pour parents et enseignants d'enfants autistes (1/3)


Le plan d'intervention

Parents

Dans la plupart des provinces, les parents sont légalement tenus de participer à la création du plan d'enseignement individualisé de leur enfant. Cette participation peut prendre plusieurs formes, mais on parle généralement d'une rencontre avec plusieurs personnes comprenant l'équipe-école, la direction et sur demande de votre part, les intervenants au dossier de votre enfant. Il est impératif que vous participiez à ces rencontres.

Comme parent, vous avez vu la progression de votre enfant et avez une bonne compréhension de ses domaines de compétence et de ses besoins. À chaque nouvelle année scolaire et pour la création de chaque nouveau plan, vous aurez une idée sur quoi vous devez mettre l'accent afin d'aider votre enfant à développer ses compétences sociales, ses compétences d'apprentissage ou encore ses compétences de communication. Il sera important d'en informer les personnes présentes lors de la rencontre. Naturellement, tous les domaines qui concernent la participation à l'école seront abordés, mais il est important de voir l'année scolaire dans sa globalité et que celle-ci soit votre principale préoccupation.

Avant un plan d'intervention, notez vos pensées. Faites une liste des attentes raisonnables que vous avez pour votre enfant pour l'année à venir et considérez tous les domaines, autant au niveau des apprentissages que des aptitudes sociales ou de communication, sans oublier la motricité fine et globale, ainsi que les compétences de vie et comportementales.

«Les parents sont conscients des lacunes de leur enfant. Si les mêmes objectifs ont été présents lors des plans d'interventions pendant plusieurs années et qu'ils ne sont pas atteints, alors il est peut-être temps de se consacrer à autre chose.»

Enseignants :

Comme l'année scolaire débute, observez votre élève TSA et effectuez des évaluations informelles qui vous aideront à établir une base de référence des capacités de votre élève. Il est essentiel de lire les plans d'intervention des années précédente afin d'avoir un profil juste de votre élève et idéalement de participer à ceux de l'année en court. Prenez le temps de regarder comment votre étudiant fonctionne en classe et comment il ou elle interagit avec les autres élèves et le personnel. Ainsi, vous développerez une bonne compréhension de qui il est et vous saurez mettre l'accent sur ce qu'il importe le plus dans son programme d'enseignement en fonction de ses capacités.

Avant la réunion du plan d'intervention, notez vos idées, vos pensées et faites-vous un plan pour la rencontre. Venez à la rencontre en étant préparés, mais aussi prêts à écouter. D'autres membres de l'équipe-école, telle que l'orthophoniste, l'ergothérapeute, seront également présents. Prenez des notes de ce qu'ils disent et réfléchissez sur la façon dont leurs suggestions peuvent être incorporées dans le programme de l'étudiant.

Les parents sont souvent fatigués de voir les mêmes objectifs ressortir année après année lors de la rencontre du plan d'intervention. Cela peut être très démoralisant. Les parents sont conscients des lacunes de leur enfant. Si les mêmes objectifs ont été présents lors des plans d'interventions pendant plusieurs années et qu'ils ne sont pas atteints, alors il est peut-être temps de se consacrer à autre chose.

Plus important encore, partagez le plan d'intervention avec tous les intervenants de l'étudiant, en particulier son intervenant(e) qui sera présent pour lui tout au long de l'année scolaire. Le plan d'intervention ne doit pas être un document que l'on oublie sur le coin d'un bureau, c'est un document de travail qui doit être facilement visible et accessible et il doit être passé en revue régulièrement.

Le partage du diagnostic

Parents :

Parents, de partager ou non le diagnostic de votre enfant avec lui-même ou encore avec ses camarades de classe est une décision qui vous appartient. Vous avez le droit de décider de ce qui sera partagé et comment cela sera véhiculé. Certains parents sont à l'aise avec la divulgation complète du diagnostic, mais d'autres ne le sont pas et préfèrent ne rien dire. Sachez que cela est acceptable lorsque les enfants sont petits, mais plus ils avanceront dans leur scolarité, plus leurs camarades de classe seront conscients de la différence de votre enfant, ils se poseront des questions et pourraient développer des craintes face à la différence de ce dernier. C'est dans le propre de l'homme d'avoir peur de ce qu'il ne connait pas ou ne comprend pas.

Aussi, les enfants qui ont certaines problématiques, certains handicaps ou différences sont généralement très conscients de ce que cela signifie et veulent savoir pourquoi ils sont comme ils sont. Les enfants sont souvent réconfortés par le fait de connaître les réponses à certaines de leurs questions. Certains parents choisissent de partager des informations en faisant une présentation à la classe de leur enfant, certains font un livre de contes sur l'enfant et sur les caractéristiques du TSA qui lui sont propres et d'autres décident avec l'enseignant et le personnel du meilleur scénario possible pour le partage de cette information. Dans certains cas, c'est même l'enfant TSA qui prend la parole devant ses camarades afin d'expliquer comment il est, ce qu'il vit et les caractéristiques du TSA qui sont les siennes.

Sachez que souvent, les étudiants sont en mesure d'être amis compréhensifs et aidants, en particulier lorsque l'enseignant est capable de guider les camarades de classe et de leur donner des stratégies spécifiques pour la communication et le développement des compétences sociales.

Enseignants :

Si oui ou non le diagnostic d'un enfant peut être partagé avec ses camarades de classe sera un sujet de discussion important lors de votre première réunion avec les parents. Certains parents sont très à l'aise avec cela et sont prêts à participer à une séance d'information. D'autres préfèrent discuter des détails de ce qui sera partagé et donner la permission d'aller de l'avant. Sauf si l'élève TSA participe activement au partage de l'information, il est généralement conseillé qu'il ne soit pas présent à cette séance. Cela permettra à ses camarades de classe d'être plus ouverts à poser leurs questions.

Reconnaissant que certains parents sont à l'aise avec le partage d'informations sur le diagnostic de leur enfant, vous pourrez néanmoins avoir à faire face aux questions de vos autres étudiants. Demandez aux parents comment ils aimeraient que vous y répondiez.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo5 choses à savoir sur l'autisme Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter