LES BLOGUES
25/08/2016 07:58 EDT | Actualisé 25/08/2016 07:58 EDT

Seuls des musulmans radicalisés exigeraient le port du voile

Qu'on se le dise: le voile est imbibé du sang de ces femmes; c'est l'étendard par lequel s'annonce la mise en place des dogmes musulmans; il est le symbole annonciateur des horreurs et de la terreur à venir, toutes faites aux femmes.

Seuls des musulmans radicalisés exigeraient le port du voile? Le voile dénoterait-il la radicalisation masculine dans l'entourage de la femme voilée? Ce premier signe de radicalisation deviendrait-il un appel à la surveillance? Vous répondez oui ou non? Et non l'auteur de ces questions, moi-même, n'est ni raciste ni islamophobe! Si vous répondez par la négative et avant de me coller des épithètes, lisez ce qui suit SVP.

Anecdotes

Le voile islamique et ses déclinaisons

Revenons au tout début du port du voile. Nous sommes en Égypte. Nasser, un Frère musulman, prend le pouvoir. La fratrie lui demande d'imposer le voile. Nasser prend le fou rire: comment puis-je forcer 10 millions de femmes à porter le voile alors que ta fille qui étudie à l'université en médecine ne le portera jamais. Un autre frère dit au requérant: «Si tu tiens tellement au voile porte-le toi-même». Les femmes égyptiennes étaient médecin, avocat, ingénieur avant ces années tristes.

Puis, nous avons entendu dire que les femmes dans les campagnes étaient invitées à porter le voile, puis c'est devenu une obligation, puis les cadavres de femmes égorgées se ramassaient à la pelle pour utiliser les mots de Brel. Puis ce fut le tour des femmes en ville, et on ramassait les corps de femmes égorgées. Le Caire s'est voilé. Puis ce fut l'excision: des femmes venaient nous demander des lames Gilette.

Qu'on se le dise: le voile est imbibé du sang de ces femmes; c'est l'étendard par lequel s'annonce la mise en place des dogmes musulmans; il est le symbole annonciateur des horreurs et de la terreur à venir, toutes faites aux femmes.

Une éviscération avec vos fruits?

Place du marché à Héliopolis circa 1960: ma mère me tient par la main, nous achetons des fruits frais. Tout à coup, à notre proximité, un soldat égyptien crie qu'il a besoin d'un couteau parce qu'il veut nous éviscérer vivants. Il exige le couteau de notre fruitier qui lui répond: ce n'est qu'un couteau à fruits et pourquoi devrais-je te le donner pour tuer des gens qui me font vivre? Nous sommes repartis chez nous. Depuis ce temps, je me demande ce qui serait le pire: éviscéré la tête en haut ou la tête en bas?

Bien des membres de ma famille ont été battus parce que Chrétiens.

La femme est l'objet du contrôle des dirigeants

Les rois contrôlaient les hommes pour les amener à se faire émincer sur les champs de bataille en gardant les femmes comme otages. En contrôlant la femme, les dirigeants s'assurent de l'obéissance de l'homme. C'est encore la même chose aujourd'hui dans le monde musulman où la femme ne peut sortir seule, sans un homme de son entourage. Sans protection, elle serait au mieux vilipendée, au pire vite violée. Au fait, toutes les raisons sont bonnes pour ce faire: des cheveux qui dépassent jusqu'au port de différentes teintes de noir.

Les Québécois sont tellement respectueux d'autrui qu'on m'a traité de raciste quand j'ai raconté l'épisode de l'éviscération.

Nous avons donc quitté l'Égypte et avons mis le plus de distance possible entre nous et les Frères musulmans. Nous sommes arrivés à Québec un 5 janvier 1963. La douane égyptienne nous a pratiquement tout confisqués, même l'argent de nos portefeuilles; nous sommes partis avec notre linge sur le dos comme le dit l'expression. Nous n'étions nullement habillés en fonction d'une tempête québécoise.

Nous avons été adoptés par nos voisins qui ont facilité notre intégration. Le propre de l'émigrant est de vouloir vivre autre chose, de continuer son chemin jusqu'à ce qu'il trouve un endroit, une société qui lui plaît. Nous étions enfin arrivés chez nous, nous parlions français, nous comprenions tout le monde et tout le monde nous comprenait; nous partagions les mêmes valeurs et surtout nous étions loin de l'islamisme. C'était futile, on le sait maintenant.

On m'a traité de «raciste», tout comme on a traité «d'islamophobes» les femmes victimes de l'islam et en faveur de la charte des valeurs québécoises. Le PLQ, la ministre Weil en tête, a même tenté d'adopter une loi pour mieux les museler en les étiquetant d'islamophobes, un vocable n'ayant aucun sens. Le PLQ s'est attaqué aux victimes qui savent, elles.

Nous étions près d'adopter une charte qui aurait été un jalon principal pour un mieux vivre collectif et voici qu'on y oppose le multiculturalisme fédéral et sa charte canadienne.

Le multiculturalisme fédéral est imposé au Québec. Il est issu d'une pensée individualiste: tu restes chez vous, tu respectes nos lois, mais tu ne me déranges pas. La pensée québécoise est collective, pas individualiste; elle prône l'intégration dans la recherche du mieux-vivre ensemble. Le Québécois est éclectique, il adopte ce qu'il y a de mieux.

Je veux toujours la charte des valeurs québécoises.

En passant, ceux qui auraient le droit de juger l'ouverture du Québécois envers le monde, ce sont des adoptés comme moi. Ceux qui nous (je m'inclus) traitent de xénophobes et autres sobriquets du genre sont racistes envers les Québécois. Si certains généralisent et traitent les Québécois de racistes parce qu'ils n'en ont pas rencontré un seul qui les aime, ils devraient se demander s'ils sont aimables avant de juger les autres.

«Just watch me»

La GRC et les services secrets avancent le chiffre de 350 personnes présentant un risque. Impossible de suivre un tel nombre de radicalisés en permanence. Qui dit radicalisation, dit danger, donc surveillance, durcissement des lois, perte de droits et libertés. Sûrement pas au Canada. Et pourtant, il fut un temps où pour beaucoup moins Pierre Elliott Trudeau nous a imposé la loi de mesures de guerre avec un «Just watch me» tout sourire devant les caméras.

Alors posons-nous des questions: qu'est-ce qui justifiait une telle chape de plomb sur le Québec alors que Justin fait si peu devant la situation présente? 450 innocents avaient été emprisonnés pendant plus de six mois.

La situation est grave, il n'y a que onze pays épargnés par les violences islamiques et nos politiciens ne parlent toujours pas de guerre mondiale et n'agissent pas en conséquence. Non, ils font des photos op avec des religieux qui les conseillent sur la place de la religion dans notre société alors qu'ils ont un parti pris - ils ne sont nullement impartiaux en la matière.

Charia, excision, infibulation, les crimes d'honneur

Je vous laisse le soin de chercher la signification de ces mots horribles, si vous ne les connaissez pas encore.

Honneur au lecteur pressé:

>l'Ontario a failli ouvrir la porte à la création de tribunaux islamiques appliquant la charia avec toute l'inégalité femme-homme qu'elle entraîne.

> La ré- infibulation a déjà été pratiquée au Canada; l'est-elle encore? Membre du comité exécutif de la SOGC, la Dre Margaret Burnett a dit à l'Ottawa Citizen qu'elle avait déjà procédé à des ré-infibulations «lorsque la femme était en accord». Elle a aussi expliqué que la SOGC avait changé la formulation de ses recommandations pour «les rendre plus culturellement acceptables».

Heureusement, l'Ordre des médecins du Québec s'est opposé alors que le reste du Canada tendait à accepter l'argument culturel.

>Un mufti prône l'excision pour toutes les femmes

> Les crimes d'honneur, l'affaire Shafia. Comment peut-on l'oublier?

Toutes les religions se sont discréditées. Nous ne pouvons pas les limiter, elles sont protégées par la Charte canadienne, pis la Constitution place le Canada sous autorité divine. C'est d'un ridicule tel que pour les combattre, j'envisage sérieusement la création d'une non-religion attentiste. Ainsi quand un dieu se présentera, on verra s'il veut d'une religion, d'ici là nous serons laïques.

Si vous lisez le livre de Frédéric Bastien, La bataille de Londres, vous verrez que le juge Bora Larskin, craignant une répétition canadienne du génocide juif aurait inclus la liberté de religion dans la charte et en échange, il aurait permis au fédéral de violer le fondement de la démocratie canadienne soit la séparation des pouvoirs en facilitant le rapatriement de la constitution, vue par des diplomates britanniques comme un putsch contre le Québec.

Dernière question

Maintenant que vous avez lu le texte, comment répondez-vous à la question première? Avez-vous changé d'idée? Au fait ce qui est à retenir, c'est d'arrêter de museler les victimes qui vous avertissent et vous mettent en garde. Arrêtez de tirer sur l'ambulance ou le messager selon le cas.

Merci de m'avoir lu jusqu'ici.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images