LES BLOGUES
18/09/2016 08:43 EDT | Actualisé 18/09/2016 08:43 EDT

Et si nous adoptions une religion attentiste faisant la promotion de la laïcité

Il nous faudrait une charte qui ne se mêle pas de religions, qui protège la laïcité. Devant une problématique absurde, la solution est absurde: nous nous conformerions à la charte canadienne par l'adoption d'une religion attentiste qui enchâsserait la laïcité en attendant qu'un dieu se présente et nous fasse connaître sa religion.

« Il faut se moquer de la religion, car la religion est absurde avant tout. » - Salman Rushdie

Le quotidien La Presse rapportait mardi que les écoles Dauversière et Évangéline, de la Commission scolaire de Montréal, ont décrété une journée pédagogique la veille afin de permettre aux élèves et enseignants musulmans de célébrer l'Aïd-el-Kébir, ou Fête du mouton. Le congé visait à éviter un fort taux d'absentéisme dans ces écoles fréquentées par de nombreux élèves de confession musulmane.

Anecdote : une amie d'origine vietnamienne me disait être contre le calendrier des congés chrétiens et être désireuse d'y ajouter les fêtes vietnamiennes. Je lui demande si ces fêtes sont chômées au Vietnam? J'ai entendu un petit « non ».

Je suis tellement - j'allais dire écœuré, quel serait le bon mot ? - ennuyé par toutes ces religions et leurs bondieuseries protégées par la Charte canadienne et par la constitution sous égide divine. « Dieu et mon droit », telle est la devise de la Reine du Canada elle-même à la tête de la religion protestante. Ainsi, le Canada n'est pas laïc.

Nous sommes tellement respectueux des religions que nous n'osons pas trier les immigrants ou les réfugiés par de simples questions : Admettez-vous et respectez-vous l'égalité femme-homme ? Admettez-vous que les homosexuels aient le droit de vivre en paix ? Le Québec était si proche d'adopter la Charte des valeurs; si seulement le PQ avait accepté la main tendue de Sylvie Roy, moyennant concession, nous l'aurions; si seulement Kathleen Weill et Marc Tanguay du PLQ n'avaient pas tout fait pour la torpiller au nom de la Charte canadienne.

Les religions vont et viennent selon les modes. Les anciens Grecs croyaient dur comme fer en les dieux de l'Olympe; les Romains avaient leurs dieux; les anciens Égyptiens croyaient en Osiris et toute sa famille; les Mayas en qui déjà ? Toutes ces religions ont en commun d'être oubliées : Zeus n'est jamais descendu sur terre. Les hindous ont à peu près 150 dieux, dont certains ont une tête d'éléphant et un corps d'homme; des déesses à huit bras; ils adorent les animaux, érigent des temples pour les rats, les singes... Grand bien leur fasse, mais je ne vois lequel.

Au Québec, nous avons déboulonné le catholicisme; nous fermons les églises, les transformons en condos, mais nous sommes obligés de laisser les autres religions occuper le terrain et ce grâce à la Charte canadienne. Bora Larskin, promu rapidement par Pierre Trudeau au poste de chef de la Cour suprême, craignant un génocide juif au Canada, a enchâssé la protection de la religion et la libre expression de celle-ci dans la charte. (lire La bataille de Londres de Frédéric Bastien). Parions qu'il ne s'attendait pas à ce que la religion musulmane rejoigne nos côtes.

Nos politiciens s'appuient sur ce morceau de papier immuable : la Charte canadienne.

Nous avons vu nos politiciens courtiser ces religions : Stéphane Dion avec un turban jaune sur la tête faire semblant de prier à la sikh à genoux en replaçant les franges du tapis ; Harper avec une kippa sur la tête à embrasser le mur des lamentations alors que s'il avait été femme, il n'aurait pas eu le droit de s'en approcher; Trudeau qui prie à la mosquée habillé d'un qamis (habit traditionnel musulman). L'Ontario a flirté dangereusement avec la charia. La femme est toujours la perdante dans ces religions et cela n'empêche pas nos politiciens, faisant la chasse aux votes et à l'argent, de s'acoquiner à celles-ci même si elles se sont toutes discréditées.

Nous en sommes rendus à espérer une bonne décision de nos dirigeants peu importe le domaine, une seule bonne décision! Oubliez cela, nos politiciens sont des lobbyistes œuvrant à se tailler un siège à la table d'un conseil d'administration d'une méga-multinationale riche à craquer. Il ne faut pas attendre d'eux une décision généreuse envers la laïcité et ce même si aucun dieu, yaveh, allah, kali ne s'est jamais présenté pour nous dire : « Bonjour, j'aimerais que vous m'appeliez untel et que vous m'adoriez plutôt comme si et comme cela; je me fous de vos simagrées ». D'ailleurs voici ce qui nous pend au bout du nez .

Nos politiciens s'appuient sur ce morceau de papier immuable : la Charte canadienne. Nous faudra-t-il passer par cette Charte pour combattre ces religions ? Absolument ! La Charte canadienne assure la protection des religions et des religieux qui visent le changement fondamental des lois canadiennes. Multiculturalisme et religions s'entremêlent et aucune n'est démocratique.

Je n'exclus pas que, parfois, certains religieux puissent révéler le pot aux roses.

Il nous faudrait une charte qui ne se mêle pas de religions, qui protège la laïcité. Devant une problématique absurde, la solution est absurde (d'où les résolutions par l'absurde en mathématiques). Puisqu'il le faut, fallons (grand poète de la rue) : nous nous conformerions à la charte canadienne par l'adoption d'une religion attentiste qui enchâsserait la laïcité en attendant qu'un dieu se présente et nous fasse connaître sa religion.

Je mettrais sur pied une nouvelle religion qui attendrait la véritable manifestation d'un dieu et, pourquoi pas, d'une déesse. Ainsi, nous aurions un outil légal pour discréditer toutes les religions qui sont devenues « légales » alors qu'elles n'ont de preuves que des « écrits anciens en témoignages »; il pourrait s'avérer que les documents religieux aient reçu le même traitement créatif que Star Wars. On en voit bien le caractère archaïque à proscrire et pourtant nos élus se plient volontiers à l'exercice.

Il nous faut une charte qui ne se mêle pas de religions, qui protège la laïcité, mais puisqu'elle est là pour les prochains mille ans, comme l'a prédit Pierre Trudeau, nous adopterions une religion attentiste faisant la promotion de la laïcité.

La charte des valeurs québécoises aurait été un outil de réflexion intéressant, si nous l'avions adoptée contre vents et marées.

Puisque je ne peux parler au nom des autres et puisque rien ne se fait sans se rouler les manches et mettre la main à la pâte, je mettrais sur pied cette religion qui nous permettrait de combattre à armes égales pour promouvoir la laïcité.

Si dieu et déesse venaient à se présenter en bonne et due forme, nous les accepterions (pas fous, nous ne voudrions pas aller dans leur concept d'enfer). Ce seraient donc des extra-terrestres, nécessairement.

Anecdote : deux dames sont venues à ma porte pour me parler de Jésus. Je leur ai demandé si elles croyaient dans les extra-terrestres ? L'une d'elles me répétait « Je crois en lui », l'autre se tenait le ventre pour ne pas éclater de rire.

Donc cet extra-terrestre devra se présenter de lui-même, sans aucun intermédiaire, à toute la planète simultanément et sans passer par les moyens de communication humains de façon à s'assurer qu'un manipulateur ne veuille se faire passer pour dieu. Pas d'apôtres qui racontent des ouïs- dires deux siècles plus tard.

La conscience qui demanderait à être considérée comme dieu devrait pouvoir créer des planètes par la pensée...d'ailleurs ce n'est pas par « spiritualité » que nous pourrions souscrire à cette hypothèse, mais parce que, scientifiquement parlant, le hasard finit toujours par nécessiter un « créateur » si on se fie aux religions présentes ou passées.

Ainsi, étant attentistes et en l'absence de réelle religion, nous vivrons notre laïcité. La charte des valeurs québécoises aurait été un outil de réflexion intéressant, si nous l'avions adoptée contre vents et marées. Mais bon, ce n'est que partie remise. Ainsi, les immigrants devraient répondre à de simples questions : Respectez-vous fermement l'égalité femme-homme ? Respectez-vous le droit des homosexuels à vivre une vie paisible ? Si l'immigrant répond par « non » à l'une de ces questions, alors au revoir.

En bon attentiste, nous n'inventerions pas un dieu, ne lui donnerions pas de nom, n'imaginerions absolument pas ses attentes, ne fabriquerions pas une organisation pour en faire la promotion et encore moins un ramassis de règles idiotes : debout, assis, à genoux, ne pas manger de bacon... Rien.

Si cela vous intéresse, faites-moi signe. Merci de m'avoir lu jusqu'ici.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images