LES BLOGUES
04/03/2015 12:02 EST | Actualisé 03/05/2015 05:12 EDT

Quand le sexisme s'invite à TLMEP

Voici ce qui vous a peut-être filé sous le nez pendant l'émission de Tout le monde en parle et qui était profondément misogyne (l'extrait en question commence à 1h40). L'entrevue avec « Mononcle » Jacques Villeneuve a été le point culminant de la soirée à Radio-Canada dimanche soir. L'auditoire a bien aimé se bidonner devant ce charmant personnage dont le débit des phrases n'avait pas d'égal à sa passion pour la vitesse automobile.

TLMEP et son animateur vedette, qui aime se flatter avec l'idée qu'il représente une certaine gauche ouverte et critique de sa société, en a échappé une petite à l'égard des femmes dimanche soir dernier. Évidemment, il y a de ces blagues pré-faites, entendues des milliers de fois qui semblent anodines aux premiers abords. Or, les blagues s'imbriquent dans un système qui vise à reproduire et légitimer l'ordre social établi selon Monique Haicault, sociologue. De plus, toujours selon l'auteure, plus les blagues sexistes font partie de notre réalité, plus nous avons de chance de demeurer insensibles face à une situation d'injustice envers les femmes.

Alors lorsque Guy A. Lepage a demandé au bouffon de la soirée en l'occurrence « mononcle » Jacques Villeneuve qui des hommes ou des femmes conduisaient le mieux, je suis certain que notre animateur « ouvert et critique » avait déjà un peu en tête la réponse qui sortirait de la bouche de « mononcle ». C'est qu'il y a des questions comme ça à TLMEP qui cherchent à faire rire les gens et quoi de mieux qu'une blague sexiste pour bien terminer la soirée.

Qui aurait ri si M. Lepage avait demandé qui des blancs ou des noirs conduisaient le mieux? Aurions-nous eu les mêmes rires à la fin du talk-show? Pourtant, c'est précisément le genre de blagues que nous pouvions entendre au début du 20e siècle.

En tout temps, les blagues ont servi à reproduire et légitimer l'ordre social établi; en l'occurrence, dans notre monde contemporain, le patriarcat. Ce qui était peut-être drôle au tournant du 20e siècle est complètement révolu aujourd'hui. Vivement le jour où ce genre de question idiote et prémâchée causera un malaise sur le plateau de télé.

TLMEP pourra bien se défendre en disant que cela n'a été qu'un moment lors de son émission hebdomadaire, mais comment peut-il alors se défendre d'avoir utilisé cet extrait pour mousser le talk-show durant toute la semaine? En proposant ainsi à la télé nationale des blagues qui rendent arbitrairement inhabiles les femmes, l'émission se soustrait à l'idéal de Radio-Canada de proposer des analyses objectives des faits. Au lieu de ça, TLMEP nous propose un effort cognitif minimal.

Malgré tout, l'émission s'est terminé avec un Guy A. tout sourire, fier d'avoir fait rire le public avec sa question qui nous rappelle que les stéréotypes sexistes sont toujours bien vivants.

Si les gens de ma génération quittent Tout le monde en parle pour mieux occuper leur dimanche soir, ce sera probablement en partie à cause de bavures sexistes faites sous le couvert de questions dont les seules réponses possibles renvoient à des stéréotypes révolus qui ne semblent faire rire que les baby-boomers.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photoLes clichés sur le sexisme illustrés par des pictogrammes Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter