LES BLOGUES
15/04/2016 03:04 EDT | Actualisé 16/04/2017 05:12 EDT

Le soutien à la communauté, un besoin d'engagement réel!

Un programme économique qui n'offre pas de bénéfices aux personnes, ou qui ne répond pas ou maladroitement à leurs besoins n'est pas utile.

Une communauté n'est vivante que si nous y investissons du temps, du travail et de l'amour. Le choix de s'investir en politique m'a permis de parcourir l'immense territoire de notre circonscription et de prendre le temps de rencontrer les résidents, de contribuer à des projets une brique à la fois et de défendre nos intérêts à Ottawa. Le Canada est un grand pays, mais comme vous, je vis ici et ai grandi ici.

Une communauté, c'est avant tout des gens: des travailleurs, des étudiants, des enfants, des personnes aînées, etc. Tout ce que nous défendons dans l'espace public n'a de sens que si l'on fait la promotion du bien-être des gens. Un programme économique qui n'offre pas de bénéfices aux personnes, ou qui ne répond pas ou maladroitement à leurs besoins n'est pas utile.

Nous attendions tous avec curiosité et anxiété le dépôt du budget fédéral 2016. Nous l'attendions, car en guise de préparation nous avons fait beaucoup de route pour rencontrer les maires et mairesses des diverses municipalités. Nous avons aussi rencontré des organismes de première ligne au niveau de la prévention de la toxicomanie, de la lutte à l'itinérance, du logement abordable et des intervenants auprès des personnes souffrant de maladie mentale. En résumé; non seulement manque-t-il des ressources, mais celles qui sont disponibles sont diluées géographiquement ou attribuées selon des critères tellement sévères qu'elles s'avèrent inutiles pour répondre aux besoins.

La Table de concertation jeunesse de la MRC de Beauharnois-Salaberry s'est réunie récemment et les intervenants m'ont fait part de trois éléments importants. D'abord, la trentaine d'intervenants étaient unanimes: le fédéral doit réinvestir de façon sérieuse et à long terme en prévention. Les chiffres parlent d'eux-mêmes selon l'Organe international de contrôle des stupéfiants: chaque dollar investi dans un programme de prévention des dépendances équivaut à une économie de dix dollars nécessaires pour des programmes publics. C'est dix fois plus efficace de prévenir que de guérir!

Deuxièmement, l'argent disponible pour les organismes de première ligne est souvent donné pour l'ensemble de la Montérégie, une région qui commence à Sorel et qui fait le tour jusqu'à nous! En raison de la population importante de la région de Longueuil, par exemple, nous nous retrouvons avec peu en bout de piste. Enfin, une personne qui vit à la fois un problème de toxicomanie et un trouble de santé mentale est souvent ballottée d'une ressource à une autre. Les deux problèmes vont souvent de pair et ils devraient être traités ensemble par le même service. L'ennui est que l'argent est donné en fonction d'un problème précis, ce qui encourage les organismes à se spécialiser à leur tour faute d'argent.

Les problèmes que vivent les gens ne sont pas aussi nettement compartimentés que les programmes de financement, n'en déplaise aux gestionnaires de portefeuilles publics. Le soutien à la communauté doit s'opérer en s'attaquant à la dynamique de la précarité. Cela passe par de la formation, des services de première ligne polyvalents et surtout par des programmes de prévention.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) sera toujours prêt à travailler pour la communauté, pour les gens. Nous avons déposé des motions pour financer le logement social, pour soutenir les personnes atteintes de l'Alzheimer. Nous avons milité en faveur d'une augmentation des fonds alloués dans le cadre de la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI).

Nous continuerons de travailler pour soutenir les personnes aînées, les jeunes et les personnes dans le besoin.

Nous méritons mieux et avec suffisamment de temps, de travail et de vision, nous y parviendrons ensemble.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Congrès du NPD 2016 Voyez les images