LES BLOGUES
14/12/2013 10:25 EST | Actualisé 13/02/2014 05:12 EST

Un lapin! Ta daaaa!!!!

Ce billet a été publié sur le blogue d'Anne-Marie-Dupras Ma vie amoureuse de marde.

Un magicien qui fait apparaître un lapin: Wow. Je suis impressionnée.

Un gars qui me pose un lapin parce qu'il se fait disparaître alors qu'il devait être là : Non seulement je ne suis pas impressionnée, mais je suis probablement en tabarn**k.

Si ça m'est déjà arrivé?

Bin kin!

Plus d'une fois?

Bin kin!

Si j'ai déjà fait la même chose à quelqu'un?

Ben Non!!!

Je suis peut-être une chialeuse, je suis peut-être exigeante (qu'ils disent, alors que je me définirais plus comme sélective), soupe au lait, même? Ok. Mais quand on se donne rendez-vous et que je dis que j'y serai, c'est que j'y serai. Je n'ai qu'une parole moi. Pas pour rien que je ne la donne pas souvent... Je me souviens d'un lapin qu'on m'a posé en particulier: le mec et moi avions échangé sur les zinternets à quelques reprises et on avait décidé de se donner rendez-vous dans un bar de Rosemont.

Le jour en question, je me prépare comme pour une date, c'est-à-dire pas mal plus que pour aller à l'épicerie (à moins d"être en amour avec le commis aux fruits et légumes bien entendu). Je fais les 20 minutes de voiture qui me séparent du bar et j'arrive un petit cinq minutes à l'avance, comme j'essaie toujours de le faire. Normal qu'il ne soit pas là, je suis arrivée trop tôt. Même à l'heure exacte et à et cinq, je me dis qu'il n"y a pas beaucoup de places de stationnement, qu'il se fait désirer, qu'il a laissé son four allumé et a dû retourner en panique, je lui magasine des maudites belles excuses... De toute façon, comme il a mon numéro de téléphone (précisons que c'était pas mal avant que tout le monde ait les textos et Facebook constamment sous la main), je me dis donc que s'il y a un pépin, il va m'appeler. Et non, comme une cruche, je n'ai pas pris son numéro à lui. Pourquoi? Je me le demande encore.

Bref, j'attends. Je suis au bar, seule avec mon drink. Plus ça va, plus j'ai l'air d'une fille qui s'est fait poser un lapin. Au début, j'essaie de faire la fille qui tripe toute seule, mais la vie n'est pas dupe : je fais pitié. Je regarde autour, je surveille la porte, je sirote ma bière. Encore là, pas de téléphone pour surfer, lire un livre ou commencer mes impôts sur mon téléphone en attendant. Je m'ennuie, je me sens poche et ça paraît. J'ai l'impression qu'il y a un panneau au-dessus de ma tête qui clignote en jaune fluo et qui dit «Pose de lapin in process». Au bout d'une demi-heure (parce que cruche, naïve et patiente), la barmaid me dit: «Hum... tu attends quelqu'un qui n'est pas venu?»

- «Euh... (ici, veuillez insérer un malaise XL) oui, ça a l'air de ça...»

Je faisais tellement pitié avec ma tite robe, mon ti maquillage, ma tite face déconfite pis toute, pis toute, qu'elle m'a payé un drink. Que j'ai bu, non sans lui demander: «Dis donc... selon toi, après combien de temps on considère que c'est un épais pis on s'en va?»

- «Honnêtement?», qu'elle me demande avec un air qui dit «Je pense que tu n'aimeras pas la réponse».

Alors je fais oui de la tête (ou j'opine du bonnet si je suis Louise Deschatelets)

Elle me répond : - «Ben... je serais déjà partie moi ...»

Là, je ne faisais plus pitié, je me sentais conne. J'ai fini ma bière, j'ai salué la serveuse puis j'ai quitté le bar avec l'air de quelqu'un qui vient d'être éliminé d'un show de télé-réalité sans avoir passé d'épreuves. On n'a pas éteint la flamme de ma torche avec un éteignoir, on a craché dessus.

Alors conseils aux filles et aux gars

- Échangez vos numéros de téléphone et appelez-vous au moins une fois avant de vous rencontrer. (Comme ça, s'il a une voix de canari ou elle de lutteur Sumo, vous le saurez.)

- Si vous donnez rendez-vous à quelqu'un et ne pouvez vous y rendre, peu importe la raison, laissez le savoir à la personne. On se prépare, on se motive, on arrive plein d'espoirs, on ne fait pas tout ça pour le fun d'aller prendre un verre avec soi-même.

- Ne donnez pas des rendez-vous juste pour vous donner l'impression de scorer. Faites-le parce que vous avez réellement un intérêt pour la personne. Rappelez-vous que dans le pire des cas, même si Cupidon ne passe pas par là et que le coup de foudre ne vous frôle pas, si vous avez décidé de vous rendre jusque-là, vous risquez au moins de prendre un verre en bonne compagnie. C'est déjà assez difficile de dater comme ça, peut-on être des célibataires solidaires et au moins ne pas trop se faire chier les uns les autres?

Et pour ceux qui se le demandent, j'ai réécrit au lapineux en question, via le site, pour lui demander pourquoi il m'a laissé poireauter comme ça, seule au bar. Il ne m'a jamais répondu. Des lapins, des poireaux... j'avais presque de quoi me faire un bon souper!

Mes cartes de la Saint-Valentin

Retrouvez les articles du HuffPost Art de vivre sur notre page Facebook.