LES BLOGUES
16/05/2016 10:06 EDT | Actualisé 17/05/2017 05:12 EDT

À la défense de la liberté d'être con

Si tu milites juste pour la liberté de dire des choses offensantes à radio X ou sur une tribune quelconque sans lutter pour l'expression démocratique, et bien tu ne milites pas pour la liberté d'expression mais bien pour le droit d'être con...

C'est beau, et nécessaire, la liberté d'expression.

Je trouve juste surprenant de voir qu'on est collectivement prêts à se battre pour le droit de tenir des propos offensants alors que beaucoup de choses nous laissent collectivement assez froid, voire en lutte contre cette liberté d'expression quand elle ralentit le trafic.

Parlons d'entraves à la liberté d'expression: peu de gens semblent avoir eu un problème avec le fait que des manifestations politiques aient été déclarées illégales avant même de commencer et que des personnes, en plus d'avoir été empêchées de s'exprimer, aient été emprisonnées ou mises à l'amende juste parce qu'elles se sont rassemblées pour manifester en paix leur désaccord avec des politiques qui affectent les plus vulnérables... J'ai des amis qui ont été arrêtés pour avoir porté le carré rouge. J'ai moi-même été privée plusieurs fois de mon droit à l'expression parce que la rue était devenue une zone dangereuse où aller avec mon enfant, à cause de ceux qui sont là pour «protéger et servir».

Mes amis-connaissances, qui déchirent aujourd'hui leur chemise pour le droit des humoristes de dire n'importe quoi ou pour les pauvres animateurs de Québec qui perdent leur emploi parce qu'ils ne peuvent pas s'empêcher d'avoir la bouche pleine d'ordures, me parlent de démocratie et de liberté d'expression... Ça devenait pourtant secondaire quand ils étaient «pris en otage» par «les étudiants» et les autres qui s'exprimaient pour la justice sociale et qui étaient ignorés par le gouvernement. Un peu de cohérence, SVP!

Si tu milites juste pour la liberté de dire des choses offensantes à radio X ou sur une tribune quelconque sans lutter pour l'expression démocratique, et bien tu ne milites pas pour la liberté d'expression, mais bien pour le droit d'être con, ce qui est rationnel quand on y pense bien, parce que c'est un droit que tu es en train d'exercer.

Ça serait intéressant de commencer à aussi considérer que cette liberté d'expression est précieuse parce qu'elle a le potentiel de porter un contenu. C'est ce contenu-là qui rend la liberté d'expression si fondamentale, et l'humour a le potentiel de porter des contenus chargés, le devoir d'aller au-delà des conventions et la capacité de susciter l'engagement. Le débat est précieux et les divergences, saines.

Toutefois, si la liberté d'expression est un droit, avoir une tribune est un privilège qui devrait donner un sens des responsabilités. On pourrait s'intéresser au contenu de ce qui est dit, et sans empêcher personne de parler, se demander ce qui vaut une tribune et ce qui vaut d'exercer sa liberté d'expression devant un mur.

Oui, je soutiens l'importance d'espaces libres, où on peut dire n'importe quoi, y compris des affaires qui m'apparaissent débiles. Je soutiens donc aussi le droit d'être con. Je souhaiterais juste qu'on aille au-delà de cette opportunité de dire n'importe quoi et qu'on commence à dire quelque chose qui vaille la peine, qu'on commence à se battre vraiment pour la démocratie et la liberté.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST