LES BLOGUES
19/06/2018 10:50 EDT | Actualisé 19/06/2018 10:52 EDT

Quand Cendrillon va au bal

La Cendrillon moderne consomme un peu plus que celle dans l'histoire de Walt Disney. Mais elle souhaite aussi pouvoir raconter tout ça à sa progéniture quand elle sera grande.

Hans Proppe

Cette semaine, vous êtes des milliers de Cendrillon.

Depuis janvier, vous enfilez les robes, les bustiers, vous touchez les satins, les cotons, vous admirez les paillettes, effleurez les dentelles, vous êtes tellement belles. Vous avez cherché la chaussure fine, pas trop haute pour ne pas dépasser votre cavalier, vous avez déniché le p'tit collier léger, le bracelet scintillant, vous avez hésité entre l'or et l'argent.

Tout est prêt. À la veille de votre dernier examen, celui qui marquera la fin de votre secondaire, celui qui vous propulsera vers l'entrée au cégep, à la veille de cette dernière journée à porter l'uniforme aux lettres brodées que vous n'arrivez plus à supporter, vous n'avez que le tapis rouge en tête. C'est comme dans les films que vous avez tant visionnés. Le portier qui ouvre la porte d'une belle voiture, papa qui prend des photos, maman qui retient ses larmes, et ce copain que vous aimez tant qui vous tend la main pour vous escorter jusqu'au grand escalier.

La dernière fois que maman a pleuré, c'est quand vous êtes entré dans l'autobus pour la première fois à 5 ans, ou quand vous avez fait votre entrée au secondaire, et aujourd'hui maintenant que vous en sortez, c'est toujours aussi émouvant.

On vous a fait grandir avec cette Cendrillon un peu troublée, injustement traitée, on vous a fait croire en ces petites souris qui ornaient les tissus de fil doré, et qui enfilaient les boutonnières et qui déposaient de jolies perles sur la soie colorée de couleurs pastels. On vous a fait croire en cette fée marraine qui, d'un peu de magie, faisait scintiller la nuit de mille et une lanternes, on vous a expliqué que dès que sonnait minuit la fête devait se terminer, la magie n'opérait plus, c'était le retour a la réalité.

Votre fête ne se terminera pas à minuit, on n'est quand même pas dans un conte de fées même si vous avez la robe, les bling bling pis les souliers. Après le bal vient l'après-bal, celui où presque tout est permis. On connaît ça vous savez, j'ai vécu tout ça moi aussi.

Comme la belle Cendrillon, vous rêvez d'amour et de liberté, il en manque peu pour que vous entendiez les p'tit oiseaux voler derrière vous en soulevant vos jupons pour pas qu'ils se pognent dans vos talons. Vous avez même une petite pensée à l'égard d'un soulier qui pourrait rester dans le grand escalier du hall de l'hôtel. Vous pensez même l'échapper volontairement question de voir qui se présenterait dans le rôle du prince charmant. Celui du cours d'anglais peut-être, ou l'amoureux secret que vous aimez en silence, ou l'autre qui vous fait rougir timidement dès qu'il vous demande de lui snapper le dernier devoir de science.

Dans quelques jours vous allez des êtres des milliers de princesses à être couronnées, vous serez chacune la reine de la soirée, avec la plus belle robe, le plus beau sourire, avec le plus beau des cavaliers. Quand minuit va sonner, vous allez enlever la robe, enfiler un vieux jeans troué, une camisole, de vieux Converse. Vos boucles d'oreilles vont revoler dans le fond d'un char, votre beau chignon va prendre le bord, pis le vrai party va commencer.

Vous êtes jeunes, belles, top shape, vous avez un contrat de deux ans de cell à payer, un abonnement au gym, une job a temps partiel, une famille, un ou deux chiens pis une chambre en bordel, vous avez des tonnes de projets à réaliser, les voyages, la plage, pis de grands rêves à nourrir, tant de route a parcourir.

Rappelez-vous cette Cendrillon quand vous étiez petite, rappelez-vous qu'elle est rentrée chez elle accompagnée de quelqu'un qui n'avait rien consommé, même pas d'alcool, pas de cannabis, de Xanax, de wax, de résine ou d'amphétamine, rappelez-vous que son beau carrosse a pas pris le champ, que personne dans l'histoire n'a été blessé, que personne a perdu son permis pour avoir conduit en état d'ébriété.

Rappelez-vous combien elle était encore belle quand le prince est venu sonner pour lui rendre son soulier. Imaginez ce qui serait arrivé si elle avait fini sa nuit à l'hôpital. Le Dude l'aurait jamais trouvé, y'aurait pitché le soulier, marié la mégère pis Cendrillon aurait fini sa vie célibataire à torcher des planchers.

Dites-vous également que le cavalier aussi était drette le lendemain matin pour entamer sa quête vers sa promise, faque dites à vos boys de dropper leurs clés, c'est lourd à traîner dans les poches de chemise.

On parle pas de ça dans les contes de fées parce que ça deviendrait des histoires d'horreur, on garde ça pour les films qu'on écoute quand on est plus grand pis qu'on comprend. Vous avez retenu la couleur de la belle robe, les perles pis les petites souris couturières, vous avez retenu la face du prince avec son soulier pis ses doutes, vous vous souvenez de la face des deux belles-sœurs en tab*****, ben maintenant que vous êtes grandes, retenez le boutte où Cendrillon a pas pris la route.

La Cendrillon d'aujourd'hui, elle consomme un peu plus que celle dans l'histoire de Walt Disney, la Cendrillon moderne elle est sage, prévoyante pis elle souhaite raconter tout ça à sa progéniture quand elle sera grande. Elle sait qu'un jour sa fille va enfiler la belle robe juste pour ressembler à son tour à la princesse dans le vieux conte de fées, la Cendrillon d'aujourd'hui, elle rentre pas au château en carrosse à minuit, elle traîne sa tente ou ben elle prend un taxi.

Voir aussi: