LES BLOGUES
27/09/2015 09:05 EDT | Actualisé 24/09/2016 05:12 EDT

«Les voyages forment la jeunesse», dit-on...

Les questions sur la mort que je me pose  ne trouveront probablement jamais de sens ni de réponse. Ce qu'il faut probablement retenir maintenant, c'est qu'au travers de la vie et de la mort, il y a surtout la vie.

Mon père me racontait que lorsqu'il était adolescent, sa mère a décidé de le mettre dans un autobus et de lui faire découvrir les États-Unis. Pendant quelques semaines, avec sa passe d'autobus, il a découvert et pris goût à l'aventure... Ensuite, cette culture des voyages, parce qu'en quelque sorte c'est une culture, l'a influencé tout au cours de sa vie.

Il a voyagé en Europe pendant six mois avec ma mère, puis lorsqu'ils nous ont eus, ils nous ont inculqué le plaisir de voyager avec une tente-roulotte à travers le Québec et les États-Unis chaque été.

Maintenant, étant de jeunes adultes, les trois enfants prenons la relève sous les yeux de notre grand-mère qui nous demande chaque année: où vas-tu cette année? Alors que ma sœur a voyagé en France pendant trois mois, mon frère fait plusieurs pays et semble avoir autant de fourmis dans les pieds que moi... 

Pour ma part, j'en suis rendue à un stade que le voyage constitue la routine que je voudrais avoir quotidiennement et non pas de simples vacances. Ma grand-mère est une femme énormément cultivée, lorsque je lui parle d'un pays que j'aimerais visiter, elle sait exactement ce qui est à voir ou à ne pas voir dans ce pays. Mais surtout, l'important c'est de lui ramener un jeu de cartes. Oui, oui, un jeu de cartes! Pour sa grande collection de jeux de cartes à travers le monde. 

Vous savez, parfois, les grands voyageurs ont des conjoints ou conjointes à la maison, ce qui est mon cas depuis deux ans. Cependant, ça ne m'empêche pas de vouloir partir. Pourquoi? Les gens diront que c'est pour fuir notre réalité, parce qu'on n'est pas bien, parce qu'on n'est pas capable d'avoir une routine stable, parce qu'on est instable, impulsif... Bien que plusieurs de ces énoncés soient relativement vrais, la principale motivation pour moi est de me sentir vivante. Quand on voyage, l'adrénaline nous emporte, la vie est simple, on se laisse porter par le vent, on ne sait jamais ce qui arrivera le lendemain, on prend contact avec le monde et la vie prend enfin tout son sens.

Cet été, donc, ayant des fourmis dans les pieds comme toujours, j'ai décidé de prendre le peu de temps que j'avais pour aller à Terre-Neuve. Encore une fois, ma grand-mère était très heureuse du projet, mais un peu mélangée, car mon frère et mon père partaient en même temps pour la Grèce. Oui, mélangée; elle n'avait pas très bonne santé à ce moment-là.

À Terre-Neuve, encore une fois, j'ai appris sur moi-même et les autres. J'ai rencontré des gens avec un cœur immense et une générosité à n'en plus finir. J'ai, encore une fois, découvert à quel point la vie nous porte bien quand on se laisse aller sur son dos. J'ai encore une fois eu tant de peine lorsqu'il a fallu que je revienne. Mais j'avais hâte d'aller raconter mon voyage à ma grand-mère...

Quand je suis arrivée, déjà une vague de nostalgie m'emportait. Je ne voulais que repartir.

Quelques jours se sont écoulés avant que je reçoive un coup de fil qui bascula tout: ma grand-mère était morte. Tant de culpabilité s'est emparée de moi... Pourquoi je n'étais pas restée auprès d'elle les trois dernières semaines, pourquoi je ne suis pas allée la voir tout de suite en revenant de voyage? Moi qui avais si hâte de lui raconter mes péripéties de Terre-Neuve...

Les questions sur la mort que je me pose  ne trouveront probablement jamais de sens ni de réponse. Ce qu'il faut probablement retenir maintenant, c'est qu'au travers de la vie et de la mort, il y a surtout la vie. Oui la vie, qui est courte, qui peut cesser à tout moment, mais qui à un certain moment, on ne sait pas trop pourquoi, commence et vaut la peine d'être vécue. Ma grand-mère nous aura laissé un bel héritage et c'est le goût de voyager (et mon grand-père le goût de vivre). Voyager ne fait pas que former la jeunesse, cela forme l'être humain à mieux savoir trouver un sens à sa vie.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST:

Galerie photo Les 10 plus belles routes panoramiques au Canada Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter