LES BLOGUES
14/12/2018 12:42 EST | Actualisé 14/12/2018 18:56 EST

Moments féministes d'OD Grèce: pour le meilleur et pour... le pire

Je remets le trophée du moment le plus féministe de cette saison à l’animateur Jay Du Temple, qui a livré un message important sur le consentement aux candidates.

Devant l'hésitation de Pézie à aller passer la nuit avec Oli dans la maison de l'amour, Jay a interrompu les discussions des filles pour réaffirmer à celles-ci qu'il ne voulait forcer personne à faire quoi que ce soit.
PRODUCTIONS J
Devant l'hésitation de Pézie à aller passer la nuit avec Oli dans la maison de l'amour, Jay a interrompu les discussions des filles pour réaffirmer à celles-ci qu'il ne voulait forcer personne à faire quoi que ce soit.

Après une finale sans surprise — et sans saveur — où Catherine et Andrew ont remporté les honneurs, c'est maintenant l'heure du bilan féministe d'Occupation Double Grèce. Pourquoi faire un tel bilan, à l'aube de l'Heure de Vérité? Nous l'avons répété maintes fois aux Ficelles, Occupation Double, de par sa nature intrinsèque, n'est pas un produit culturel féministe et ne prétend pas l'être non plus.

Certains moments marquants auront toutefois été féministes presque par accident, tandis que d'autres scènes auront révélé à quel point il est urgent de poursuivre notre engagement de dialoguer avec des produits culturels comme Occupation Double et d'y apposer une critique sociale et féministe.

Le passage éclair de Michael figure sans surprise dans le top 3 des moments les moins glorieux pour le féminisme cette saison. Certain-e-s l'ont qualifié d'agent provocateur, d'autres espéraient que sa présence brasse les cartes et crée la fameuse zizanie tant promise par la production. Hélas, il s'est plutôt fait porteur d'une masculinité toxique et d'une misogynie crasse qu'il refuse de reconnaître, comme on l'aura vu à OD+ En Direct alors qu'il déclara ne pas comprendre les critiques reçues à son égard.

SUR LE MÊME SUJET:
» La représentation de l'authenticité à «Occupation Double»
» «OD Grèce»: le couple gagnant (et parfait) de Catherine et Andrew
» «OD Grèce»: Olivier et Pézie, le couple qui n'est pas un trio

Bien que Renaud nous a démontré son côté touchant à la finale — à la grande surprise de toutes les personnes attablées avec moi pour le visionnement — l'entièreté de son œuvre cette saison lui assure une place dans le top 3 des pires moments féministes d'OD. Après avoir consulté mes comparses des Ficelles, l'épisode d'Halloween, durant lequel Maude fait la connaissance de Nikola, s'est démarqué par des remarques insultantes et dégradantes envers Maude — de la coiffeuse de Chambly au caniche, l'alcool n'excuse pas de tels propos.

J'en profite aussi pour rappeler qu'historiquement, les professions associées aux femmes ont toujours fait les frais de moqueries et de snobisme.

En plus d'être de mauvais goût et méchants, les commentaires de Renaud sont empreints d'un sexisme tellement ordinaire que nous ne devrions pas être étonné-e-s de le retrouver à OD.

Finalement, le fameux concours Mentos figure au top de ce palmarès avec l'objectification flagrante des femmes finalistes. La production d'Occupation Double, avec le concours, a mis les potentielles candidates dans une position de «marchandise» en invitant un seul candidat — et pas le moindre! — à évaluer et à ramener avec lui l'élue pour intégrer les maisons.

Le malaise collectif ressenti lors de cet épisode était palpable dans mon salon: des prises de vue mettant en valeur les candidates en maillots de bain, un Renaud un peu cocktail aux mains baladeuses et à la langue déliée — et impossible de ne pas rappeler le pipi dans le spa, qui aura sans doute fait rire grassement les quelques mononcles fans de l'émission, mais qui a horripilé la majeure partie de l'auditoire.

Un manque de respect aussi assumé de la part d'un candidat, même pour une fan de l'émission comme moi depuis les tout débuts, c'était du jamais vu.

Une mention toute spéciale également aux comportements possessifs des candidats: d'Andrew qui frenche une Catherine désemparée devant Jo pour établir son territoire, à un Oli qui déclare ne pas croire aux amitiés homme-femme en demandant à demi-mot à Pézie de choisir entre lui et Sansdrick...j'aimerais suggérer à ces messieurs de lire un peu sur la masculinité fragile durant le temps des Fêtes!

Heureusement, chères lectrices, chers lecteurs, j'ai également concocté un top 3 des moments les plus empowering de la saison. D'emblée, malgré les critiques que j'ai adressées à Pézie dans le passé, je tenais à souligner qu'elle fut la candidate à amener les idées et les opinions parmi les plus progressistes de la cuvée 2018: ses réponses au quizz de Jay du Temple au début de l'aventure, sa séparation claire entre la réalité OD et sa vie personnelle, et sa position sur l'intimité physique platonique m'ont ravie.

Ses propos rafraichissants contrastaient beaucoup avec ceux plus conservateurs d'autres candidates — avis à tous et à toutes, vous n'avez pas à rencontrer «votre personne» avant d'avoir 28 ans, la vie est trop courte pour vous imposer ce genre de pression, par pitié!

Bien que le séjour de Nikola dans les maisons fut très court et un brin controversé, son attitude face à Maude lui mérite une place dans mon top 3 des moments féministes de la saison. De l'extérieur, il incarne un modèle sain d'homme confiant et compréhensif qui ne se sent pas menacé par les «mâles alpha».

Son intérêt pour Maude semblait sincère et sa volonté de respecter son rythme en lui donnant le contrôle de leurs rapprochements et de la suite de leur relation contrastait grandement avec les interactions qu'elle avait eues jusqu'à présent avec Renaud. Le mannequin d'Hochelaga ne peut peut-être pas réparer des trains, mais il pourrait en apprendre beaucoup aux autres candidats sur la façon d'aborder une femme.

Je remets le trophée du moment le plus féministe de cette saison à l'animateur Jay Du Temple, qui a livré un message important sur le consentement aux candidates.

Je remets finalement le trophée du moment le plus féministe de cette saison à l'animateur Jay Du Temple, qui a livré un message important sur le consentement aux candidates, mais également, j'ose le croire, aux téléspectateurs et aux téléspectatrices. Devant l'hésitation de Pézie à aller passer la nuit avec Oli dans la maison de l'amour, Jay a interrompu les discussions des filles pour réaffirmer à celles-ci qu'il ne voulait forcer personne à faire quoi que ce soit.

Il déclara ensuite que si Oli l'aime de la façon dont il affirme l'aimer, il allait comprendre la situation et ne pas se fâcher. Quel message important et essentiel à mettre en lumière, surtout quand on sait que l'émission est très populaire auprès des adolescent-e-s.

Le concept de la maison de l'amour est archaïque et devrait être repensé dans la prochaine mouture. Le consentement, lui, est non-négociable. De savoir que les filles ont le droit de refuser une activité et pas seulement lorsqu'il s'agit de bungee, c'est rassurant.

C'est le genre d'intervention qui devrait avoir lieu bien plus souvent à la télévision à des heures de grande écoute!

Comme Jay Du Temple a annoncé dimanche qu'il y aurait une troisième édition d'Occupation Double sur les ondes de V en 2019, souhaitons que la production se sensibilise aux enjeux soulevés de part et d'autre par plusieurs voix pour demander que les sacro-saintes structures rigides et poussiéreuses de la téléréalité québécoise soient rafraîchies lors de la nouvelle saison.

À LIRE AUSSI:

» Les visites supervisées assurent-elles la sécurité des victimes de violence conjugale?
» L'anglais en milieu académique, l'inarrêtable expansion
» McGill: j'en ai fièrement porté les couleurs, «Redmen» n'est pas une insulte raciste

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.