LES BLOGUES
23/03/2013 09:24 EDT | Actualisé 23/05/2013 05:12 EDT

La souveraineté comme clé du développement de QS

Capture

La présente élection du prochain porte-parole président de Québec solidaire est une occasion pour nous tous de faire un bilan des sept années d'existences de notre parti. C'est aussi une occasion pour les candidats d'identifier les clés qui feront de QS le parti incontournable de la scène politique québécoise qu'il aspire à devenir. Un accent plus prononcé sur l'indépendance est une de ces clés.

Depuis la création de QS, certaines personnes entretiennent à tort un flou alentour de la position indépendantiste de notre parti. Pour certains, nous serions des faux-souverainiste, pour d'autres, nous sommes des souverainistes de façade. Impliqué depuis la fondation du parti, je suis à même de témoigner que nos convictions indépendantistes sont aussi fortes que nos convictions écologistes, féministes et progressistes. Cependant, il faut faire le constat lucide que QS traine ce boulet depuis trop longtemps et que de s'en débarrasser enclencherait un déblocage important qui nous propulserait comme la véritable alternative au Parti québécois, ce que les Québécois et Québécoises rechercheront aux prochaines élections.

La création d'Option nationale l'an dernier est le symptôme le plus patent de ce constat. Comment se fait-il que ces centaines de souverainistes et progressistes déçus du PQ ne soient pas venues chez nous? Je pense que c'est une question de leadership indépendantiste. En effet, nul ne conteste le fait que nous sommes les plus articulés sur les enjeux liés au féminisme, à la justice sociale et à l'environnement. Toutefois, pour aller plus loin, il faudra également être les plus articulés sur la question de la souveraineté.

Pour ce faire, nous pouvons bâtir sur le travail amorcé par la tournée paysdeprojet.org en 2011. Une première phase pourrait s'adresser particulièrement aux minorités culturelles et se donner le mandat de les convaincre des avantages d'un Québec souverain, notamment en matière d'intégration économique et de rapatriement des pleins pouvoirs en matière d'immigration et de citoyenneté. Une deuxième phase pourrait faire la promotion, de manière plus générale, de la République comme le système politique le mieux à même d'offrir une juste représentation de la volonté politique du peuple et une répartition des pouvoirs entre Montréal, Québec et les régions.

Le congrès des 3, 4 et 5 mai arrive à grands pas et nous aurons comme mandat de préciser la plateforme pour la mettre à jour en vue des prochaines élections. Profitons de cette occasion pour mieux expliquer notre projet d'Assemblée constituante et en quoi elle nous mènera à une République québécoise! En faisant ces modifications, nous réaffirmons notre message souverainiste et nous démontrons que nous allons de l'avant avec ce projet rassembleur.

En tant que candidat au poste de porte-parole président, je m'engage à faire du dossier de l'indépendance du Québec une de mes priorités.

VOIR AUSSI

Grand rassemblement de Québec solidaire en 2012


Françoise David à l'Assemblée nationale