LES BLOGUES
21/12/2017 09:00 EST | Actualisé 21/12/2017 09:00 EST

Twitch.tv serait-il le prochain proxénète?

Qu’est-ce qui distingue vraiment Twitch d’un proxénète si nous écartons le contenu de jeux?

Elijah Nouvelage / Reuters

Devrions-nous donner le titre d'opportuniste à Twitch.tv? Bien que ce soit une plate-forme très populaire dans la présentation de « live streams » pouvant être présentés par tous utilisateurs qui se créent un compte. Son but est de permettre que ce phénomène de divertissement soit ouvert à tous, mais cela peut créer certaines limites dans un cadre de projection attentiste.

Observons le problème dans son entièreté, depuis que la plate-forme de diffusion a offert une section ILR, servant aux utilisateurs populaires comme un moyen de se présenter dans la vie ordinaire, Twitch.tv peut sembler être un proxénète sans contenu réellement artistique. Cela a permis à plusieurs diffuseurs de se présenter devant leur caméra en tenue osée pour s'attirer des « subscribers » plus facilement par le biais d'un public plus jeune.

Un double standard?

Bien que cette opportunité soit offerte à tous, ce n'est pas tous les streamers qui peuvent en profiter également. Le simple fait d'être une femme est un avantage considérable sur les autres diffuseurs puisque l'utilisation de la caméra est un facteur d'influence important dans le choix des jeunes consommateurs utilisant cette plate-forme. C'est ce qui permet à des utilisateurs comme Pink Sparklesde se montrer en habit minimalisé devant des spectateurs qui peuvent lui donner des « donations » pour une salutation et plus encore...

D'ailleurs, l'éthique de ce geste est discutable auprès d'un auditoire jeunesse, mais cela révèle aussi une certaine forme d'impuissance pour les diffuseurs qui tentent de jouer franc jeu. Plusieurs femmes ne se laissent pas nécessairement avoir par ce genre de pratique, néanmoins elles comprennent assez rapidement que l'effort de se trouver une tribune sera plus difficile. C'est aussi un problème pour les hommes cherchant la même popularité, la plupart se font connaitre s'ils sont assez bons, mais l'influence d'une forme de « pornographic stream » qu'utilisent des femmes comme Behkuh les empêche d'atteindre une certaine popularité par l'absence d'intérêt que celles-ci créent. Donc, un système d'équité des chances entre chaque utilisateur est brisé par des moyens douteux utilisés et non dénoncés par Twitch.tv.

Une accessibilité dérangeante?

Si le public ciblé par un site web comme Twitch.tv est l'adolescent moyen, est-ce que le public moyen change? Malheureusement non, le phénomène amène plus de jeunes à vouloir consommer ce genre de matériel contre de l'argent la « streameuse » joue à des jeux de danse, fait certains exercices pour de l'argent, boit de l'alcool ou elle fait un gros plan sur ses seins pour attirer l'auditoire.

La plate-forme récréative n'a pas la même portée sur la mentalité de ceux qui l'utilisent, ce n'est pas considéré comme un site érotique, mais bien comme une plate-forme de jeux.

Certes, ce genre de moyen est très efficace étant donné que l'audience majoritairement masculine est avide de cette forme de divertissement. Pourtant, cela s'accompagne d'un problème important dans la façon dont les jeunes vont percevoir la plate-forme. Cependant, il ne faut pas se fermer les yeux non plus, la consommation de pornographie chez les adolescents est d'autant plus présente grâce aux nombreux sites qui leur offrent ce genre de contenu. Mais le rapport entre une plate-forme pornographique et une plate-forme de divertissement est complètement différent, le jeune consommateur qui va se divertir sur un site à teneur érotique est au courant de ce qu'ils consomment contrairement à ce que l'on trouve sur un Twitch comme Sampai. La plate-forme récréative n'a pas la même portée sur la mentalité de ceux qui l'utilisent, ce n'est pas considéré comme un site érotique, mais bien comme une plate-forme de jeux. Donc le voyeurisme devient un jeu puisque les rapports sont brisés.

La dénonciation

Je ne crois pas que l'opportunisme des femmes se diffusant sur cette plate-forme est sain, mais au contraire, elle soulève plusieurs problèmes de fond. Oui, c'est en partie la faute de celles qui profitent de leur propre corps et d'un système pour encaisser de l'argent, cependant il faut aussi rejeter la faute sur la compagnie qui gère ce site. Pourtant, il est facile de trouver sur le site web, les règles de conduite qui stipulent clairement que la présentation de contenu adulte est interdite et qu'elle doit être dénoncée.

Outre, Twitch ne fait aucun effort pour supprimer ce genre de contenu quand cela enfreint clairement les règles de conduite. C'est sans doute très rentable pour eux, mais cela crée certains problèmes pouvant aller jusqu'à la relation qu'un jeune homme aura avec sa sexualité.

En revanche, la compagnie n'est pas facilement atteignable, puisque même homme d'envergure, comme Alexandre Taillefer, n'a pas réussi à les contacter et à se faire entendre au sujet de la cyberdépendance en réaction à la mort de son fils.

Il faut se poser une question simple. Faudrait-il interdire ce genre de contenu accessible ou l'encadré plus nettement? L'encadrement est une solution commode voulant restreindre la facilité d'accès, mais il en reste que le contenu est très proche de l'éthique contentieuse. Qu'est-ce qui distingue vraiment Twitch d'un proxénète si nous écartons le contenu de jeux? Un bar de danseuses offre souvent l'accès à du contenu comme le hockey, mais rien n'empêche cet endroit d'être comme un proxénète pour certains hommes qui tentent d'y participer activement.

Somme, il faudrait se poser quelques questions sur l'avenir de ce genre de contenu dans notre communauté. La ligne qui sépare la réalité et l'internet s'affaiblit, alors que faut-il faire pour l'oublier?