LES BLOGUES
12/05/2017 09:08 EDT | Actualisé 12/05/2017 09:11 EDT

Macron président: un autre quinquennat très pénible

En voyant l'annonce des résultats de la présidentielle française, je me suis immédiatement dit que les Français venaient de s'acheter un autre quinquennat très pénible. En élisant Emmanuel Macron, ils ont en effet opté pour plus d'immigration massive, plus d'insécurité, plus de djihad, plus d'Union européenne, plus de déconstruction nationale, plus d'inféodation à l'Allemagne et aux États-Unis et plus de soumission à l'ordre néolibéral actuel.

Car, ne soyons pas dupes, l'élection d'Emmanuel Macron ne représente en rien une rupture avec les politiques passées, mais bien une continuité, voire une radicalisation des politiques du président sortant, M. Hollande, qui était lui-même en continuité totale avec la présidence Sarkozy.

Il est assez clair que sous Macron, nous aurons droit à une poursuite de la provincialisation de la France dans l'Union européenne, une tendance lourde depuis des décennies qui ne fera que s'accélérer avec ce nouveau président. Macron souhaite créer un ministère des finances européen et intégrer des élus français locaux aux institutions européennes. C'est le président qui affiche des convictions fédéralistes les plus décomplexées de toute la cinquième République.

D'ailleurs, s'étant débarrassé de l'épithète «socialiste», la gauche française pourra pleinement assumer son tournant libéral et devenir une sorte de parti démocrate à l'américaine, abandonnant pour de bon les classes populaires et devenir le parti des minorités ethnoconfessionnelles et des classes urbaines bobos et mondialisées. La fracture politique entre les déçus et les enthousiastes de la mondialisation ne risque pas de se refermer de sitôt. En 2022, lors de la prochaine présidentielle, la France sera probablement encore plus divisée, tendue et délabrée.

La suite des choses pour les patriotes

Considérant le niveau d'hostilité médiatique entourant la candidate patriote, il est tout de même encourageant de constater que plus du tiers des électeurs ayant exercé leur droit de vote aient donné leur soutien à Marine Le Pen. Enthousiasmés par la victoire du Leave lors du référendum britannique et par la victoire de Donald J. Trump, certains patriotes ont peut-être été naïfs quant à la capacité réelle de Marine Le Pen d'affronter quasiment à elle seule l'ensemble de la classe politique, des médias et des institutions français.

Personne ne sait encore ce qui en résultera, mais le camp souverainiste risque d'être grandement transformé dans les prochaines années.

Face à ce résultat, Mme Le Pen a annoncé une recomposition majeure du Front National qui se transformera sans doute en une coalition beaucoup plus large. On invoque maintenant ouvertement la fin du FN et la création d'un nouveau parti. Car, ne nous leurrons pas, le nom Front National demeure rédhibitoire pour de nombreux Français qui sont sensibles aux idées identitaires et souverainistes, mais demeurent méfiants face au passé sulfureux du parti. Le départ de la députée Marion Maréchal-Le Pen et le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan permettent de penser qu'une recomposition majeure au sein de l'échiquier patriote est en train de se produire. Personne ne sait encore ce qui en résultera, mais le camp souverainiste risque d'être grandement transformé dans les prochaines années.

Le troisième tour

Les 11 et 18 juin prochains, les Français seront appelés à élire leurs députés à l'Assemblée nationale alors que se produit un bouleversement majeur de la scène politique. Avec un président sans réel parti, une droite en crise de leadership, un Parti Socialiste mort-vivant, une extrême-gauche en ébullition et un camp patriote récoltant plus de 33% des voix, les élections législatives françaises pourraient nous réserver de nombreuses surprises.

Avec un tiers de l'électorat de son côté, et des régions où le vote pour Marine Le Pen a dépassé les 50%, le camp patriote pourra largement faire élire plus que les deux députés actuels, alors même que le système électoral lui est défavorable. Sachant que le soi-disant «front républicain» n'a pas réellement fonctionné à la présidentielle, il est tout à fait possible de concevoir que ce sera la même chose aux législatives et que la gauche radicale n'appellera pas à faire barrage aux candidats de la liste souverainiste.

Dans ce contexte d'effervescence politique, les souverainistes français pourraient bien avoir une chance d'envoyer un contingent non négligeable de députés à l'Assemblée nationale afin d'imposer leurs thèmes à la caste politique française qui gouvernera le pays pour les cinq prochaines années. C'est en cette période de grands troubles qu'il est plus nécessaire que jamais de relever la tête afin d'affronter ce qui pourrait être le quinquennat le plus difficile que les Français aient à supporter depuis des décennies.

LIRE AUSSI:

» Pourquoi soutenir Marine Le Pen?

» Péquistes, cessez de vous faire humilier!

» Je n'ai pas de penchants d'extrême-droite


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

f

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter