LES BLOGUES
21/10/2015 11:50 EDT | Actualisé 21/10/2016 05:12 EDT

Thérapie pour vaincre son bégaiement: 5 règles gages de succès

Pourquoi une journée mondiale du bégaiement? Pour sensibiliser et informer le grand public sur ce trouble de la parole, toujours sujet à de nombreux mythes.

Le 22 octobre, comme à chaque année, on souligne la journée mondiale du bégaiement. Pourquoi? Pour sensibiliser et informer le grand public sur ce trouble de la parole, toujours sujet à de nombreux mythes.

Bien que le bégaiement ne se guérisse pas chez l'adolescent et l'adulte, il est possible d'atteindre des résultats remarquables suite à un traitement en orthophonie. Différentes approches d'intervention existent pour le traitement du bégaiement. Peu importe l'approche d'intervention utilisée, certaines règles clés s'appliquent et sont gages de succès:

• La motivation du patient à suivre une thérapie en orthophonie pour améliorer la fluidité de sa parole est le premier pas vers la réussite. Une thérapie de la parole est d'autant plus efficace que la personne qui l'entreprend est motivée. Le fait qu'une personne recherche un traitement malgré une longue histoire de bégaiement devrait être vu comme un signe positif de motivation, d'espoir et de persévérance.

• La régularité du suivi est primordiale. Un rendez-vous en orthophonie par mois pour instaurer une fluidité au niveau de la parole, ça ne fonctionne pas. Au départ, il faut prévoir être disponible 1 fois par semaine. La télé-orthophonie (thérapie en orthophonie à distance par Skype) est une modalité de suivi qui convient très bien pour les cas de bégaiement, et s'avère utile lorsque le patient présente des contraintes d'horaire l'empêchant de se déplacer en clinique.

• Il faut pratiquer, pratiquer et pratiquer. Tout comme un sport, plus on s'entraîne, mieux on performe. La pratique fréquente et régulière de courte durée est préférable à une pratique rare de longue durée. Et quand on arrête la pratique, ça paraît tout de suite. Comme le disait Larry Gelwix, «Practice does not make perfect, but practice makes permanent».

• La période de maintien est essentielle, car il y a en moyenne 70% de rechutes après un traitement du bégaiement. Il est important de réagir rapidement dès les premiers signes de rechute en réintroduisant davantage de périodes de pratique et en contactant le clinicien au besoin. La période de maintien dure en moyenne un an, et les rencontres en clinique sont de plus en plus espacées. En tant qu'orthophoniste, j'annonce la période de maintien dès le départ, quand je commence à intervenir auprès d'un patient.

• Donnez-vous du temps. Si vous bégayez depuis longtemps, ne vous imaginez pas pouvoir surmonter toutes vos craintes et changer toutes vos habitudes en peu de temps.

Plus vous attendrez avant d'entreprendre une thérapie, plus grandes seront les pressions personnelles que vous subirez pour vaincre votre bégaiement. Pour qu'une thérapie puisse s'avérer efficace, il faut y consacrer des mois de travail et une bonne dose d'efforts.

Comme il y a environ 75% de récupération spontanée en bas âge (3 enfants sur 4 qui commencent à bégayer vont cesser de bégayer par eux-mêmes, sans suivi en orthophonie), les adultes qui bégaient appartiennent au 25% des personnes qui présentent un bégaiement persistant, plus tenace et résistant au changement. Il ne faut pas baisser les bras pour autant .

À mon avis, ces 5 règles s'appliquent à plusieurs autres contextes, à partir du moment où on souhaite instaurer un changement dans notre vie!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter