LES BLOGUES
14/09/2018 17:16 EDT | Actualisé 14/09/2018 17:27 EDT

Débat des chefs: donnez plus de visibilité aux autres partis

Les médias ont une responsabilité de donner une voix non seulement aux partis représentés à l’Assemblée, mais aussi à ceux qui offrent une alternative sérieuse et crédible aux électeurs.

Nous voulons proposer aujourd’hui aux grands médias une formule bonifiée de débat télévisé des chefs pour que la population puisse être mieux renseignée sur les choix qui s’offrent à eux au cours de cette élection.
THE CANADIAN PRESS/Paul Chiasson
Nous voulons proposer aujourd’hui aux grands médias une formule bonifiée de débat télévisé des chefs pour que la population puisse être mieux renseignée sur les choix qui s’offrent à eux au cours de cette élection.

Ce texte a été coécrit avec Alex Tyrrell, chef du Parti vert du Québec.

Nous représentons les deux partis politiques québécois ayant recueilli, après les partis politiques représentés à l'Assemblée nationale, le plus de voix lors du scrutin général de 2014. Nous voulons proposer aujourd'hui aux grands médias une formule bonifiée de débat télévisé des chefs pour que la population puisse être mieux renseignée sur les choix qui s'offrent à eux au cours de cette élection.

Nous comprenons et acceptons qu'il soit impossible de tenir un débat avec les chefs des 21 partis politiques autorisés au Québec. Cette exclusion sert mal la démocratie alors qu'une proportion d'environ 90% des Québécois aura le choix de voter pour l'un ou l'autre des quelque 200 candidats que le Parti conservateur du Québec et le Parti vert présenteront sur les bulletins de vote lors de l'élection.

Les médias ont une responsabilité de donner une voix non seulement aux partis représentés à l'Assemblée nationale, mais aussi à ceux qui offrent une alternative sérieuse et crédible aux électeurs du Québec. Nous aurions pu présenter aux téléspectateurs des propositions intéressantes et différentes de celles des partis en présence lors du récent débat des chefs. De plus, les radiodiffuseurs québécois doivent, en vertu de la Loi sur la radiodiffusion, proposer une programmation qui fournisse de l'information et de l'analyse concernant le Québec et qui réponde aux besoins et aux intérêts de ses concitoyens.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!

Nous proposons donc la formule suivante: les chefs de partis occupant les deux rangs suivants ceux des partis ayant élu des représentants à l'Assemblée nationale (en termes de pourcentage de vote populaire) et qui présentent au moins 90 candidats à travers la province seraient invités à prendre la parole dès la clôture des débats des chefs, soit dans une formule «droit de réplique» de cinq minutes chacun, soit en participant à la mêlée de presse avec les journalistes pour recueillir les commentaires des deux chefs sur le débat.

Cette formule ne coûte rien de plus aux radiodiffuseurs, est facile à organiser et permettrait aux électeurs d'avoir un aperçu, si bref soit-il, d'autres choix qui s'offrent à eux.

Il est important que la population puisse être informée pour faire un choix éclairé. Nos deux partis ont des programmes élaborés et présentent une brochette de candidats partout au Québec. Les électeurs québécois ont un droit démocratique d'obtenir plus d'information sur ces deux choix additionnels.

SUR LE MÊME SUJET:
» Premier débat: Couillard malmené
» Grand perdant du débat des chefs: la démocratie
» Débat des chefs : Legault et Couillard perdent des plumes
» Manon Massé a-t-elle été victime de «mansplaining»?
» Les citations-chocs du Grand débat des chefs

À VOIR AUSSI: