LES BLOGUES
08/09/2013 10:41 EDT | Actualisé 08/11/2013 05:12 EST

Ouellet augmente le coût «injustifiable» de l'éolien!

J'ai dénoncé à plusieurs reprises depuis juin, notamment dans le Huffington Post (ici et ici), le fait que les éoliennes actuelles et celles en construction vont coûter aux consommateurs d'électricité québécois la rondelette somme de 695M$ par année. Cette perte s'explique notamment par le fait que le prix pondéré d'un KW/h d'électricité payé aux producteurs d'énergie éolienne est de 9,34¢ /KWh. En ajoutant les autres frais «cachés» (transport, distribution, intégration, pertes), l'Institut économique de Montréal estime qu'Hydro-Québec accorde une subvention implicite de 8¢ pour chaque kw/h aux producteurs éoliens (dont la majorité sont des multinationales énergétiques). La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, convient par ailleurs que sans ces subventions, le secteur manufacturier de vire-vents de la Gaspésie (qui réussit l'exploit d'installer des éoliennes à un coût 70% plus élevé qu'ailleurs en Amérique du Nord) plierait bagage. Selon la ministre, 5 000 emplois dépendent des éoliennes. Même si on acceptait ce chiffre (et j'ai de sérieuses réserves à ce sujet), cela veut dire qu'il en coûte aux Québécois 140 000$ par emploi, alors que le salaire moyen de ces emplois est de 48 000$. À ce prix, il serait plus rentable d'envoyer un chèque à chaque employé du secteur éolien équivalant à son salaire et de fermer les éoliennes que de maintenir le statu quo : nous sauverions 460 millions $ par année!

À LIRE AUSSI

La ministre Martine Ouellet plafonne les tarifs de l'énergie éolienne

On ne peut malheureusement rien faire contre les contrats de vingt ans déjà accordés par les libéraux. Mais alors qu'Hydro-Québec nage dans les surplus et qu'elle exporte son électricité aux américains à 4¢/kwh, Mme Ouellet publie un projet de règlement qui aura pour effet de forcer notre société d'État à acheter encore plus de cette énergie trop dispendieuse, augmentant ainsi le parc éolien de 25%. Ayant peut-être lu ma pétition contre cet appel d'offres (www.queduvent.com), Mme Ouellet annonce avec tambours et trompettes qu'elle fixe un prix plafond pour ces nouveaux achats d'énergie éolienne de façon à éviter à devoir payer le prix (je cite la ministre) «injustifiable » de 9,34¢/KWh accordé aux producteurs par les libéraux. «L'écart est injustifiable et je ne comprends pas que dans le passé il n'y ait pas eu de gestion serrée au niveau des coûts, a-t-elle dit. C'est la faute de l'ancien gouvernement libéral qui, lorsqu'il a fait la préparation de ses appels d'offres, n'a pas prévu, n'a pas bien encadré, tant au niveau des quantités qu'au niveau du prix du côté de l'éolien.»

Euh... le problème, c'est que le prix plafond fixé par la ministre péquiste est de... 9,5¢ ! Donc, encore plus élevé que le prix «injustifiable» payé par les libéraux.

Comme l'explique Youri Chassin dans un billet récent, au bout du compte, un kilowattheure acheté 9,5 ¢ coûterait au total 14,27 ¢ à Hydro-Québec, alors qu'il n'était vendu qu'à 5,76 ¢ en moyenne en 2012. Même avec la suggestion de la ministre Ouellet, la société d'État perdrait encore beaucoup d'argent sur chaque kilowattheure provenant des éoliennes.

Soyons clair, je n'ai rien en soi contre l'énergie propre des éoliennes.

J'en ai contre l'énergie éolienne qui tourne dans le rouge pour nous fournir de l'énergie dont nous n'avons même pas besoin et qui n'est pas plus verte que celle que génère à prix avantageux le paradis hydro-électrique dans lequel nous vivons. Et j'en ai contre les programmes d'aide sociale à certaines entreprises déguisés en hausse de tarifs d'électricité et dont le fardeau est assumé par le consommateur moyen, déjà écrasé par les impôts et taxes de toutes sortes, pour faire plaisir aux lobbys écologistes subventionnés par nos impôts et à une clientèle péquiste privilégiée située en région.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Efficacité environnementale: le classement des pays développés