POLITIQUE
06/05/2019 10:59 EDT | Actualisé 06/05/2019 10:59 EDT

Nouvelle phase de consultations sur le projet Royalmount

Le promoteur Carbonleo promet de modifier son projet selon les besoins, alors que les travaux sont déjà entamés.

Courtoisie - Carbonleo

Carbonleo entame une nouvelle phase de consultations sur le projet de méga-complexe commercial Royalmount. L'entreprise cherche des idées pour bonifier le projet, alors que les pics et les pelles sont déjà au travail.

Sondages, rencontres, tables rondes: Carbonleo entend mener une importante offensive pour que son projet controversé rencontre les besoins du milieu. Tous les détails seront mis sur le site web de Royalmount d'ici deux semaines.

«Nous avons écouté attentivement les Montréalais et les parties prenantes de toutes sortes au cours des derniers mois. Nous en voulons plus. Nous continuerons à écouter et à chercher de nouvelles idées et opinions alors que nous embarquons dans une nouvelle phase de planification et d'amélioration du concept», affirme le président et chef de la direction de Carbonleo, Andrew Lufty, dans un communiqué émis lundi.

Or, la déconstruction des bâtiments qui se trouvaient sur le site s'achève et les travaux d'excavation et de décontamination sont sur le point de commencer. L'entreprise prévoit couler les premières fondations cet été, alors que les travaux de consultation se poursuivront au moins jusqu'en septembre.

LIRE AUSSI:

» La déconstruction du vieux pont Champlain débutera cet été

» Projet pilote sur la Voie Camillien-Houde : des résultats jugés décevants par l'OCPM

» Montréal ferme un deuxième écocentre à la suite des déboires avec Mélimax

Selon l'entreprise, ces travaux ne concernent que la phase 1 du projet, soit environ 10% du total. Les consultations permettront de revoir les phases subséquentes.

Projet controversé

Carbonleo affirme que le projet se différencie de la consultation publique menée cet hiver par l'agglomération de Montréal. L'accent sera mis sur les opportunités et les bonifications du projet.

La consultation montréalaise avait montré d'importantes réticences de la part de plusieurs citoyens, de la Ville de Montréal et de groupes comme Vivre en ville et l'Observatoire de la mobilité durable, notamment à cause de craintes concernant la congestion. Carbonleo a promis plusieurs modifications en cours de route, comme l'ajout d'un volet résidentiel et la connexion du site au Réseau express métropolitain par le biais d'une navette.

La mairesse Valérie Plante s'est opposée au projet à la suite de cette consultation. Une série de négociations s'est alors entamée. Un groupe de travail a aussi été mis sur pied avec la participation du gouvernement provincial afin de revoir le transport dans l'ensemble des abords de l'autoroute Décarie.

Le rapport de cette table devrait être déposé au gouvernement cet été.

Voir aussi: