NOUVELLES
05/05/2019 12:51 EDT | Actualisé 05/05/2019 12:53 EDT

Pour Joe Biden, Donald Trump est un «clown»

L'ancien vice-président avait préalablement été qualifié de «Joe l'endormi» par le président républicain.

Après que le président Donald Trump lui ait souhaité la bienvenue dans la course à la présidence de 2020 le mois dernier en le surnommant «Sleepy Joe» (Joe l'endormi), l'ancien vice-président Joe Biden a répliqué lui aussi avec un surnom pour le président républicain lors d'une collecte de fonds samedi en Caroline du Sud.

«Il y a tellement de surnoms que je suis enclin à donner à ce gars. Vous pouvez simplement commencer par "le clown"», a déclaré Biden en riant à la maison de Columbia du président du parti démocrate de Caroline du Sud, Dick Harpootlian, selon un rapport de presse.

Mais alors même qu'il ripostait contre Trump, Biden a déclaré qu'il souhaitait mener une campagne centrée sur les problèmes plutôt que sur le lançage de bouette.

«Sur chaque question et sur chaque chose humiliante qu'il dit à propos des autres, je n'ai aucun problème à lui répondre directement. Ce que je ne vais pas faire, c'est entrer dans ce qu'il veut que je fasse. Il veut que ce soit un match de lutte dans la boue», a ajouté l'ancien sénateur du Delaware.

Il a ensuite exprimé ses regrets pour des propos où il avait lancé que s'il avait été au lycée, il aurait pris Trump par derrière et l'aurait «foutu une raclée» pour ses commentaires sur les femmes.

«Eh bien, devinez quoi, je n'aurais probablement pas dû faire ça», s'est excusé Biden samedi. «Je ne veux pas descendre à ce niveau. La présidence est un bureau qui requiert une certaine dignité.»

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Biden, 76 ans, est entré dans la course le mois dernier en tant que leader instantané. Il a dépassé de nombreux sondages dans le monde très peuplé des candidats démocrates pour l'élection de 2020 et a surpassé tous ses rivaux au cours des 24 premières heures qui ont suivi l'annonce de sa candidature.

Mais, à la manière Biden, il a trébuché la semaine dernière en qualifiant la Chine d"«aucune concurrence» pour les États-Unis - des commentaires invitant à la critique des républicains et des démocrates. Le représentant Tim Ryan (D-Ohio), qui cherche également à être candidat à l'élection présidentielle démocrate, a qualifié le commentaire d'«incroyablement déconnectée», par exemple.

Biden a évoqué ces propos lors de son allocution lors de la collecte de fonds de la Caroline du Sud samedi soir, repoussant l'idée qu'il minimisait le pouvoir de la nation asiatique.

«Je ne dis pas que la Chine n'est pas un problème», a convenu Biden, selon un rapport de presse. «Je suis le type qui a été le plus dur - j'ai passé plus de temps avec [le président chinois] Xi Jinping que n'importe qui d'autre, simplement à cause de la nature de mon travail. Il a des problèmes, il a des problèmes gigantesques. Ça ne veut pas dire qu'il n'est pas une menace, ça ne signifie pas qu'ils ne sont pas une menace.»

Le membre de longue date et ancien président de la commission des affaires étrangères du Sénat américain a vanté son expérience avec les dirigeants mondiaux. «Je pense que, que j'ai raison ou pas, je connais autant de la politique étrangère américaine que quiconque, y compris peut-être même [Henry] Kissinger», a assuré Biden.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.

Voir aussi: