VIVRE
03/05/2019 08:40 EDT | Actualisé 03/05/2019 08:40 EDT

MMS: non, ce traitement à base de chlore n’est pas «miraculeux»

Il n'y a pas que la substance qui est douteuse.

Casimiro via Getty Images

Une substance contenant du chlore qui prétend guérir la malaria, le sida, le cancer... et l'autisme. Si cette affirmation à elle seule semble douteuse, le livre qui en fait la promotion n'en est pas moins en vente chez Amazon, où il semble obtenir un certain succès. Après vérification, le Détecteur de rumeurs constate qu'il n'y a pas que la substance qui est douteuse.

L'origine de la rumeur

L'Américain Jim Humble, ancien membre de l'église de Scientologie et fondateur de sa propre église — Genesis II Church of Health and Healing — aurait découvert ce traitement « miraculeux » en 1996 (selon son site web). Depuis, le MMS (pour Miracle Mineral Solution) aurait soi-disant guéri 75 000 personnes souffrant de malaria et « d'autres maladies » en Afrique. Jim Humble proclame avoir découvert ce traitement alors qu'il prospectait... de l'or en Amérique du Sud. Il ne possède aucune expertise en médecine et se serait décrit comme un dieu venu de la galaxie d'Andromède.

Dès les années 2000, il commercialise sur Internet son produit (une mixture à base de chlorite de sodium) et vend des livres qui en font la promotion — le premier, The Miracle Mineral Solution of the 21st Century, est paru en 2009, et en est déjà à sa 4e édition. Le MMS, une fois acheté — la bouteille se vend 27 dollars — doit être « activé » en y ajoutant un liquide acide, comme du jus de citron ou du jus de fruits. Le mélange ainsi obtenu, du dioxyde de chlore, s'apparente aux agents de blanchiment ou désinfectants communément utilisés à la maison.

Or, Humble ne se contente plus de le vendre contre la malaria. Dans ses livres subséquents et sur son site web, il affirme que le MMS peut aussi servir à éradiquer le sida, le cancer... et l'autisme. Des propos repris par ses disciples et par les promoteurs du produit.

En vente chez Amazon

Un reportage du magazine Wired paru le mois dernier critiquait la multinationale Amazon qui contribue à vendre toutes sortes d'ouvrages pseudoscientifiques. Le magazine s'indignait tout particulièrement du fait qu'on suggère aux parents d'enfants autistes « des traitements comprenant la consommation d'une substance similaire à l'eau de Javel ».

Le journaliste a voulu d'ailleurs tester Amazon en publiant lui-même un faux livre sur l'autisme et le dioxyde de chlore : son collage de textes pris sur Wikipédia a été accepté en moins de deux heures.

Amazon a retiré de sa boutique certains des livres mentionnés dans le reportage, mais l'ouvrage original de Jim Humble, celui publié en 2009, reste encore disponible.

Les faits et les dangers réels du chlore

D'autres reportages avaient, au fil du temps, détaillé cette escroquerie. L'émission The Fifth Estate (CBC) avait par exemple, en 2015, tracé un portrait de l'affaire, particulièrement de la promotion de ce traitement par ses disciples. En 2018, un vendeur de MMS avait été condamné par un tribunal de Colombie-Britannique à 18 mois de prison.

Cette condamnation, la première du genre au Canada, découlait du fait que Santé Canada avait été alerté sur le MMS et avait publié un premier communiqué dès mai 2010. D'autres avertissements ont suivi en soulignant les dangers de consommer du chlorite de sodium et en spécifiant que sa vente est interdite. On peut y lire entre autres que le « MMS contient une substance chimique semblable à l'eau de Javel et est proposé comme traitement pour un large éventail de problèmes de santé, y compris de graves maladies comme le cancer. [...] Son ingestion peut notamment entraîner une intoxication, une insuffisance rénale et des dommages aux globules rouges réduisant la capacité du sang de transporter l'oxygène. Elle peut également provoquer des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements et la diarrhée. »

Alertée également, la Food and Drug Administration (FDA), l'agence gouvernementale américaine, a émis un communiqué en juillet 2010 avisant de cesser immédiatement l'utilisation du MMS.

Malgré ces signalements, des reportages ont fait état au fil des années de cas d'intoxications et d'un décès, celui d'une Américaine suite à l'ingestion de MMS.

Vous croyez avoir découvert un traitement miracle ? Avant de l'acheter, le Détecteur de rumeurs vous propose ces quelques conseils :

  • S'il y avait un traitement « miracle », celui-ci ferait assurément la manchette des grands médias. Aucun « Big Pharma » ne pourrait l'en empêcher.
  • Avant de l'essayer, discutez-en avec votre médecin ou votre pharmacien.
  • Aucun médicament ou traitement ne peut prétendre à lui seul guérir une panoplie de maladies ou de cancers.
  • Les témoignages sensationnels ne sont jamais un gage d'efficacité... surtout si aucune étude ne permet de savoir combien de gens ont essayé le produit, et chez quel pourcentage d'entre eux il ne s'est rien passé... ou combien ont eu des effets secondaires graves !