BIEN-ÊTRE
02/05/2019 11:38 EDT | Actualisé 02/05/2019 11:38 EDT

Manger votre placenta? Pas une bonne idée, disent des obstétriciens

Cela pourrait nuire à votre santé et à celle de votre bébé.

PhotoTalk via Getty Images
Les défenseurs de cette pratique avancent que manger son placenta apporterait plusieurs bénéfices, mais cela n'a jamais été prouvé scientifiquement.

Si vous prévoyez toujours manger votre placenta, malgré les récents avertissements de Santé Canada, eh bien... ne le faites pas, implore un regroupement de médecins canadiens.

Une nouvelle étude sur la placentophagie (la pratique qui consiste à consommer un placenta humain) révèle qu'elle n'entraîne aucun avantage considérable, et qu'elle pourrait même avoir des conséquences néfastes, avance la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) dans un nouvel article d'opinion de comité, publié dans le numéro de mai du Journal d'obstétrique et gynécologie du Canada. La société ne recommande donc pas cette pratique.

«À l'heure actuelle, aucune donnée probante ne suggère clairement que la consommation de placenta est bénéfique pour la santé humaine», affirme Dre Jocelynn Cook, directrice scientifique de la SOGC dans un communiqué publié mardi.

La recherche scientifique montre qu'il existe des dommages à la fois potentiels et documentés liés à la consommation de placenta humain, explique Dre Cook.

«La manipulation et la stérilisation inadéquates du placenta comportent le risque de le contaminer de champignons, de virus et de bactéries nuisibles», peut-on lire dans le communiqué.

Mais pourquoi les gens mangent-ils leur placenta?

Le placenta est un organe qui se développe dans l'utérus pendant la grossesse pour approvisionner le foetus en oxygène et en nutriments, en plus de retirer les déchets du sang qui y circule, selon la Clinique Mayo. Les défenseurs de la placentophagie (qui le consomment cru, cuit ou sous la forme d'une pilule) avancent que cette pratique comporte plusieurs avantages physiques et psychologiques pour les nouvelles mamans.

Malgré les risques, plusieurs Canadiennes et Américaines mangent leur placenta, selon une étude publiée en janvier. Mais... pourquoi? Elles croient que cela réduit le risque de dépression postpartum, augmente les réserves de fer, diminue la fatigue et augmente la lactation.

C'est exactement ce que les défenseurs de cette pratique clament, explique la SOGC dans son communiqué. Et c'est inquiétant, ajoute Santé Canada dans son propre avertissement, parce que cela pourrait faire en sorte que des mères avec de graves problèmes de santé tardent à consulter un médecin.

On pourrait aussi blâmer Kim Kardashian pour la popularité croissante de cette pratique...! Blagues à part, de nombreuses mamans célèbres ont louangé la pratique, en plus de Kim Kardashian, dont Chrissy Teigen et Hilary Duff.

«Je crois que la raison pour laquelle c'est en train de devenir une tendance, c'est que plusieurs couples célèbres le font. Kim Kardashian a publié des photos d'elle en train d'avaler des capsules faites à partir de son placenta congelé et séché... et quand les stars font la promotion de ces tendances, ça devient un évangile», avait déjà confié la Dre Sarah Cook, médecin de famille à Toronto, au HuffPost Canada.

Ceci n'est pas le premier avertissement

La SOGC n'est pas la première organisation à prévenir les mères des risques de la placentophagie. En novembre, Santé Canada rappelait aux Canadiens que les produits issus du placenta humain ne sont pas autorisés et qu'ils peuvent poser de sérieux risques pour la santé.

«Bien que la décision de consommer du placenta soit un choix personnel, nous conseillons aux mères, et à toutes les autres personnes qui consomment des produits contenant du placenta, de prendre connaissance des risques possibles de cette pratique pour elles-mêmes et pour leurs bébés», peut-on lire dans ce communiqué.

Sarah L. Voisin/The Washington Post via Getty Images
Une sage-femme prépare l'encapsulation d'un placenta, à Washington, en juillet 2014.

Le placenta peut contenir des bactéries dangereuses comme la streptocoque du groupe B, ainsi que des virus comme le VIH et l'hépatite, ajoute Santé Canada. Ces virus et des bactéries pourraient causer des infections chez la nouvelle maman et aussi chez son bébé.

L'Australie a aussi mis en garde les mères contre la consommation de placenta humain. Et en 2017, le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies, aux États-Unis, a affirmé que «la consommation de capsules de placenta devrait être évitée», après l'hospitalisation d'un bébé qui avait contracté une infection bactérienne, causée par les pilules de placenta que sa mère consommait.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

À voir aussi: