NOUVELLES
01/05/2019 12:09 EDT | Actualisé 01/05/2019 12:09 EDT

Julian Assange condamné à une peine de 50 semaines de prison

Il aura une audience séparée, jeudi, au sujet d'une demande d'extradition américaine.

LONDRES — Un juge britannique a condamné mercredi le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, à 50 semaines de prison pour avoir violé ses conditions de libération, il y a sept ans, lorsqu'il s'est réfugié dans l'ambassade de l'Équateur.

La juge Deborah Taylor a déclaré qu'il était difficile d'imaginer une version plus sérieuse de l'infraction et a condamné Julian Assange, qui est âgé de 47 ans, à une peine près du maximum d'un an de détention.

Selon elle, les sept années passées par Julian Assange à l'ambassade ont coûté 16 millions de livres (21 millions $ US) aux contribuables britanniques.

Julian Assange est demeuré impassible, les mains jointes, pendant l'énoncé de la peine. Ses sympathisants dans la tribune du public à Southwark Crown Court ont scandé «Honte à vous» à la juge, tandis que Julian Assange était emmené hors de la salle d'audience.

L'Australien avait demandé l'asile à l'ambassade londonienne du pays d'Amérique du Sud, en juin 2012, afin d'éviter l'extradition vers la Suède, où il était recherché en lien avec des allégations de viol et d'agression sexuelle.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

L'avocat de Julian Assange, Mark Summers, a déclaré devant une salle d'audience remplie de journalistes et de sympathisants de WikiLeaks que son client avait cherché refuge à l'ambassade équatorienne, car «il vivait dans une peur écrasante d'être livré aux États-Unis».

Il a ajouté que Julian Assange craignait «avec raison» d'être maltraité et éventuellement envoyé dans le camp de détention américain de Guantanamo Bay.

Mark Summers a lu une lettre de Julian Assange s'excusant de son comportement de 2012 et disant «j'ai fait ce que je croyais être pour le mieux».

«Je me suis retrouvé pris dans des circonstances terrifiantes», a-t-il écrit.

Julian Assange a été arrêté le 11 avril après que l'Équateur eut révoqué son asile politique, l'accusant de tout, de l'ingérence dans les affaires étrangères du pays à des mauvaises conditions d'hygiène.

Il aura une audience séparée, jeudi, au sujet d'une demande d'extradition américaine. Les autorités américaines ont accusé Julian Assange d'avoir comploté pour s'introduire dans un système informatique du Pentagone.