POLITIQUE
30/04/2019 18:33 EDT | Actualisé 01/05/2019 08:53 EDT

Réparer les erreurs de Griffintown coûtera 309 M$

L'administration Plante adoptera mercredi deux emprunts totalisant 90 M$ pour financer une partie des travaux.

Guy Banville via Getty Images

Les erreurs du passé peuvent parfois coûter cher. Une décennie après le début du blitz de construction de condos à Griffintown, la Ville prévoit investir 309 M$ dans le secteur pour améliorer l'aménagement routier et ajouter des parcs, entre autres choses.

Griffintown est en pleine mutation et la cadence ne ralentira pas de sitôt, avec différents projets prévus près du canal Lachine et du bassin Peel. Après avoir négligé les interventions publiques à l'ère de Gérald Tremblay, la Ville de Montréal passera en mode action mercredi avec l'adoption de deux règlements d'emprunts totalisant 90 M$ pour améliorer l'esthétique et la convivialité du quartier.

Les sommes serviront, entre autres choses, à créer de nouveaux parc et réaménager certaines rues. Elles couvriront aussi le coût des expropriations.

Ces 90 M$ ne représentent toutefois qu'une partie des montants nécessaires pour faire de Griffintown un quartier vivable. Selon les documents soumis au comité exécutif, la valeur totale des interventions est estimée à 309 M$.

C'est une augmentation de plus de 59 M$ par rapport à ce qui était estimé en 2016.

Courtoisie - Ville de Montréal
Cette carte montre les interventions planifiées par la Ville de Montréal dans le secteur de Griffintown.

À cause du temps perdu

Selon le sommaire décisionnel, l'administration Plante a ajouté des travaux d'infrastructures et de réaménagement des rues qui n'étaient pas initialement prévus. Les estimations initiales auraient aussi omis des travaux prévus depuis longtemps dans le Plan particulier d'urbanisme adopté en 2013.

Mais une partie de la différence provient du délai entre les premières estimations et les travaux qui restent à mener. Ces estimations ont été effectuées en 2010 pour le secteur des Bassins du Nouveau Havre et en 2016 pour le reste de Griffintown. Depuis, la construction s'est beaucoup accéléré dans le Grand Montréal et les cahiers de charge des constructeurs sont pleins. Ce qui fait grimper la facture des travaux et des honoraires professionnels.

L'inflation expliquerait une autre tranche de frais supplémentaires. L'enfouissement des fils électriques complèterait la différence.

Toujours pas d'école

L'autre erreur maintes fois soulignée concernant Griffintown est l'absence d'une école primaire. Il s'agirait d'une importante lacune alors que l'administration Plante tente d'attirer les familles à Montréal, notamment dans les quartiers centraux.

LIRE AUSSI:

L'an dernier, le gouvernement Couillard avait refusé une demande pour une école soumise par la Commission scolaire de Montréal (CSDM).

La CSDM cherche actuellement des partenaires prêts à fournir l'espace nécessaire pour construire une école. Les documents soumis au comité exécutif ne mentionnent rien à ce sujet.

Des milliers de nouvelles personnes, souvent des jeunes professionnels, ont investi le quartier depuis le début de la construction résidentielle. Les Bassins du Nouveau Havre, un projet déjà entamé, devraient ajouter environ 2000 logements supplémentaires à terme, dont 600 unités de logement social ou abordable.

Devimco a aussi en tête un grand projet résidentiel mixte au bassin Peel, mais les desseins de l'entreprise sont en concurrence avec le projet de nouveau stade de baseball de Stephen Bronfman. Selon divers reportages, les deux groupes tentent de négocier un partenariat.