NOUVELLES
30/04/2019 15:49 EDT | Actualisé 01/05/2019 11:58 EDT

Instagram va cacher le nombre de mentions «j'aime» sur les publications

Le test du réseau social va commencer au Canada.

Instagram va cacher le nombre de mentions «j'aime» sur les publications de ses utilisateurs, a annoncé le réseau social axé sur la photo mardi à la conférence des développeurs de Facebook F8.

Les tests débuteront cette semaine au Canada, rapporte CNN. Fini donc, l'affichage des likessur les publications individuelles se trouvant dans le fil d'actualité, sur les profils et dans les liens permanents.

Le test faisait l'objet de rumeurs depuis qu'une développeuse indépendante avait partagé sur Twitter une photo révélant le nouveau Instagram le 18 avril dernier. Voici de quoi cela aura l'air.

Il sera donc toujours possible de connaître combien de personnes ont aimé une de nos publications, mais celles-ci ne sauront pas si elle a été populaire ou non.

Instagram veut que ses abonnés «se concentrent sur les photos et les vidéos que vous partagez, et non sur le nombre de "j'aime" qu'elles obtiennent».

Cette fonction pourrait être positive, selon des experts, alors qu'Instagram est considérée selon certaines études comme le pire réseau social pour l'estime de soi. «Les mentions "j'aime" sont puissantes car elles constituent un feedback immédiat», a déclaré à CNN Renee Engeln, professeure de psychologie à la Northwestern University. «D'une certaine manière, les "j'aime" vous donnent le même genre de succès qu'un joueur qui joue à une machine à sous», estime-t-elle.

Mais ce changement ne sera toutefois pas une cure miracle pour cette problématique, estime Randi Priluck, professeur et doyen associé à la Pace University. «Pour les adolescents, c'est formidable, car cela ne mettrait plus en évidence leur popularité vis-à-vis des autres», a jugé le spécialiste des médias sociaux et du marketing mobile en entrevue à CNN. «Mais ils vont toujours pouvoir voir leurs "j'aime". Les gens sont très motivés par les récompenses, ils vont donc continuer à rivaliser pour ces "j'aime". Cela ne résoudra pas complètement le problème.»