NOUVELLES
30/04/2019 12:43 EDT | Actualisé 30/04/2019 14:02 EDT

Inondations: «la lumière au bout du tunnel», dit Geneviève Guilbault

Le niveau des cours d'eau est à la baisse, en général.

PC/Ryan Remiorz
Un résident de Sainte-Marthe-sur-le-Lac ramasse des débris devant sa demeure, mardi matin.

QUÉBEC — Les autorités semblent voir enfin "la lumière au bout du tunnel" dans la plupart des régions touchées par les inondations, a affirmé mardi la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

À ses côtés, le premier ministre François Legault a évoqué la mise à jour de la carte des zones inondables ainsi que des risques de pollution du lac des Deux-Montagnes, après le bris d'une digue à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

"Le pire est derrière nous", a déclaré la ministre en soulignant que le niveau des cours d'eau est à la baisse, sauf à la rivière des Outaouais. "Courage, on s'en va dans la bonne direction", a renchéri M. Legault.

Il restait néanmoins encore 10 139 personnes évacuées, dont 6000 à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, 6681 résidences inondées et 3348 résidences isolées. Lundi, le bilan était sensiblement le même, il n'y a que le nombre de résidences isolées qui est en baisse significative, par rapport aux 3458 de la veille.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Le premier ministre n'a pas voulu jeter de blâme sur personne après la rupture samedi de la digue à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, qui a forcé l'évacuation rapide de 6000 personnes.

L'état de l'ouvrage était pourtant connu depuis 2009 et des travaux étaient prévus pour l'automne prochain, mais "personne ne pensait que c'était aussi urgent", a affirmé M. Legault.

"On va faire un post-mortem et se poser des questions sur les digues en général au Québec", a-t-il dit, en ajoutant que dans les petites municipalités, "il n'y a pas les personnes qui sont compétentes pour prendre les bonnes décisions" et il faudra mettre des programmes d'aide en place.

Québec solidaire a réclamé un débat d'urgence à l'Assemblée nationale sur les inondations, mais le premier ministre a écarté cette option.

"Ce n'est pas le temps de mettre sur pied des forums et des comités, c'est le temps d'agir", a-t-il riposté, en ajoutant que des comités seront mis sur pied avec des municipalités et des spécialistes "qui savent de quoi ils parlent".

"Je ne pense pas que Manon Massé et d'autres politiciens sont d'un grand secours", a-t-il affirmé en anglais.

À voir également: