NOUVELLES
30/04/2019 19:51 EDT | Actualisé 30/04/2019 19:51 EDT

Inondations: les citoyens de Sainte-Marthe-sur-le-Lac reviennent à la maison

Mardi, les résidants d'environ 1485 résidences ont pu retourner chez eux.

PC/Ryan Remiorz

SAINTE-MARTHE-SUR-LE-LAC, Qc — La maison mobile de Robert Pépin est croche, sa porte d'entrée est brisée et l'isolation, ainsi que la galerie sont irrémédiablement endommagés. Mais le résidant de Sainte-Marthe-sur-le-Lac était malgré tout satisfait d'avoir vu sa maison, mardi.

«Quand t'as pas vu ta maison, t'as beaucoup de pression, tu t'imagines dans ta tête trois, quatre, cinq scénarios, a confié l'homme de 70 ans. Quand tu vas voir, tu acceptes ce qui est là et puis tu vis avec.»

La fin de semaine dernière, le lac des Deux-Montagnes s'est déversé dans la petite ville des Laurentides après la rupture d'une digue, forçant quelque 6000 habitants à fuir leur maison.

Mardi, les résidants d'environ 1485 résidences ont pu retourner chez eux, bien qu'ils n'aient toujours pas accès à de l'eau potable ou à l'électricité.

Il s'agit d'une rare lueur d'espoir pour le Québec, qui lutte contre les inondations depuis deux semaines.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, une équipe de pompiers, de soldats et de policiers ont utilisé des bateaux de style Zodiac pour escorter les citoyens, comme M. Pépin, jusqu'à leur maison inondée.

Les secteurs les plus touchés ressemblaient encore à une zone sinistrée: des voitures étaient inondées, dont quelques-unes jusqu'à leur toit, et l'eau atteignait presque les fenêtres des salons de certaines maisons.

Jocelyne Martin, une citoyenne âgée de 68 ans, souligne que beaucoup d'habitants de la ville sont des retraités, vivant dans des maisons mobiles, qui ne seront peut-être pas admissibles à des indemnisations.

D'ailleurs, Mme Martin ne sait pas ce qu'il adviendra des résidences inondées; elle se demande si elles ne seront pas détruites.

Dans cette situation difficile, M. Pépin n'était pas le seul à être soulagé de revoir sa maison.

Darlene Ratelle était heureuse de constater que malgré le haut niveau de l'eau dans sa rue, l'intérieur de sa résidence semblait intact.

«Je suis bien contente qu'on ait pu aller chercher des choses importantes, du linge à porter. Je suis contente d'y avoir été et qu'ils nous aient donné la chance de le faire», a-t-elle affirmé.