POLITIQUE
26/04/2019 14:54 EDT | Actualisé 26/04/2019 14:54 EDT

Nettoyage ethnique et islamophobie: plaintes rejetées contre deux élus

La Commission municipale juge qu'elle n'a pas juridiction pour sanctionner les propos de William Steinberg et de Lynne Shand.

THE CANADIAN PRESS/Graham Hughes
Le maire d'Hampstead, William Steinberg, a qualifié le projet de loi 21 sur la laïcité de «nettoyage ethnique».

Les propos controversés de deux élus dans le cadre du débat sur la laïcité ne seront pas analysés par la Commission municipale du Québec (CMQ). Celle-ci juge que les propos sur le voile et le «nettoyage ethnique» ne relèvent pas de sa compétence.

Le maire d'Hampstead, William Steinberg, a reçu la condamnation presque unanime de la classe politique québécoise et canadienne depuis quelques semaines. Il avait qualifié de «nettoyage ethnique» le projet de loi sur la laïcité de François Legault.

Quelques semaines auparavant, la conseillère municipale d'Anjou Lynne Shand avait été expulsée de son parti pour s'être insurgée contre une médecin portant le voile islamique. Sa sympathie pour un groupe conspirationniste d'extrême droite a aussi été dévoilée.

Tous deux ont fait l'objet de plaintes devant la CMQ pour avoir dérogé à leurs codes de déontologie à titre d'élus. La CMQ juge que ça n'a rien à voir.

«La Direction du contentieux et des enquêtes de la Commission municipale du Québec conclut aujourd'hui que la Commission n'a pas juridiction pour sanctionner les comportements reprochés à ces élus, puisque les règles déontologiques prévues à leurs codes respectifs et adoptés par les municipalités concernées ne prohibent d'aucune manière ces comportements», lit-on dans un communiqué diffusé vendredi.

LIRE AUSSI:

» Front commun contre le projet de loi sur la laïcité à Montréal

» Une consultation publique aura lieu sur le racisme systémique à Montréal

» Fausse nouvelle: Valérie Plante n'était pas à la manifestation de Charkaoui sur la laïcité

La CMQ souligne que le rejet des plaintes ne constitue pas en soi une opinion ou un jugement sur la teneur des propos.

Le rejet d'une plainte n'est habituellement pas publicisé par la CMQ. L'organisme souligne qu'il s'agit d'un cas exceptionnel, étant donné la large couverture médiatique accordée aux deux événements.

M. Steinberg a refusé de s'excuser pour ses propos, disant par la suite qu'il considère le projet de loi 21 comme étant du nettoyage ethnique «pacifique». Une réunion extraordinaire du conseil municipal devant traiter du projet de loi a été annulée au milieu de la controverse.

Quant à Mme Shand, elle s'est excusée à la télévision et sur son profil Facebook, tout en affirmant son désir que le Québec soit une société laïque.

VOIR AUSSI: