BIEN-ÊTRE
22/04/2019 13:10 EDT | Actualisé 22/04/2019 13:12 EDT

L'intimidation a des conséquences mentales et économiques à long terme

L'intimidation rehaussait d'environ 35% le risque d'être au chômage à l'âge de 25 ans.

Ridofranz via Getty Images

MONTRÉAL — L'intimidation subie à l'école a des conséquences mentales et économiques à long terme sur les jeunes victimes, prévient une nouvelle étude réalisée par des chercheurs britanniques et australiens.

Les victimes d'une intimidation violente et/ou constante subissent les pires conséquences.

Les chercheurs des universités Lancaster, de Wollongong et de Sydney ont révélé lors de la conférence annuelle de la Royal Economic Society que le fait d'avoir été intimidé à l'école gonflait de 40 pour cent le risque d'être victime d'une maladie mentale à l'âge de 25 ans.

De plus, l'intimidation rehaussait d'environ 35 pour cent le risque d'être au chômage à l'âge de 25 ans et réduisait d'environ 2 pour cent le salaire de ceux qui occupaient un emploi.

«C'était prévisible qu'il y aurait des conséquences, mais les pourcentages me surprennent», a admis Éric Morissette, un expert du phénomène de l'intimidation à la faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal.

«Ce n'est pas rien, c'est majeur», a-t-il ajouté concernant le risque de maladie mentale.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Les auteurs tirent ces conclusions de l'analyse des données confidentielles de quelque 7000 jeunes âgés de 14 à 16 ans au début de l'étude. Ces jeunes ont été rencontrés de façon régulière jusqu'à l'âge de 21 ans, puis à l'âge de 25 ans. Environ la moitié d'entre eux ont confié avoir été victimes d'intimidation à l'âge de 14 ou 16 ans.

Ils ont notamment rapporté avoir été insultés, exclus socialement, menacés de violence ou agressés.

«Ça confirme l'importance d'un climat scolaire et d'une école positive et bienveillante. L'école, et particulièrement l'école secondaire, peut être un facteur de protection pour éviter la détérioration de situations en lien avec la santé mentale, a dit Éric Morissette. C'est sûr qu'on peut avoir le réflexe de dire qu'il faut soigner, mais avant de soigner, qu'est-ce qu'on peut faire en prévention? Et ce sont l'école et les enseignants et la famille qui peuvent être des facteurs de prévention.»

En ce qui concerne l'emploi et le revenu, M. Morissette y voit les conséquences de l'intimidation sur le sentiment d'efficacité personnelle et l'estime de soi.

«Mon cerveau s'imprègne de ce dont j'ai été victime, a-t-il illustré. Et en vieillissant, il va y avoir eu un manque au niveau du développement de mes compétences sociales, et cela aura un impact sur ma capacité à avoir de bonnes relations, sur ma capacité à travailler en collaboration, ma capacité à m'adapter et à m'intégrer, la capacité d'être en résolution de problème, et surtout la capacité d'être résilient.»

Les victimes d'intimidation n'auraient donc pas eu la chance de développer les aptitudes — relationnelles, de résolution de problème et autres — dont elles ont besoin pour affronter le marché du travail, ce qui expliquerait pourquoi elles peinent apparemment autant à se trouver un boulot et pourquoi leurs emplois semblent moins bien rémunérés.

«La santé mentale est encore stigmatisée chez les adultes, a déploré M. Morissette. C'est un signe de faiblesse, donc je n'irai pas chercher l'aide nécessaire et je vais m'embourber. (...) Il faut que j'apprenne à affronter. Et si ça, je ne l'ai pas fait quand j'étais jeune, quand ça m'arrive à l'âge de 25-26 ans, je suis comme un enfant qui se retrouve dans la fosse aux lions.»