13/05/2019 15:05 EDT | Actualisé 16/05/2019 09:03 EDT

Quand l’amour de la musique et le désir de changer le monde ne font qu’un

La Toyota Camry inspire des trajets hors du commun. Sa posture plus trapue, sa silhouette plus incisive et sa technologie configurée de manière intuitive rendront vos déplacements plus exaltants et vous permettront de profiter au maximum des routes qui s’ouvrent à vous. En partenariat avec Toyota Canada, nous nous sommes inspirés de cette voiture pour dresser le portrait de gens étonnants qui se démarquent par leurs hobbys inattendus et captivants. Voici un parcours où la carrière et les loisirs ne font qu’un et s’enrichissent mutuellement.

Faites la connaissance d’Antoine Alavo, DJ et coordonnateur de stages universitaires.

Qu'il soit aux platines d'une boîte de nuit ou assis à son bureau, Antoine tisse des liens et aide les gens à élargir leurs horizons. En leur faisant entendre les musiques du monde et en facilitant leurs voyages à l'étranger, il reste fermement motivé à conjuguer ces deux pans de son existence.

À titre de coordonnateur de stages d'une université montréalaise, Antoine aide les jeunes à suivre un chemin qu'il a lui-même emprunté lorsqu'il était étudiant. Après avoir complété un bac en Science politique et en développement international, il a fait des stages de longue durée au sein d'organisations non gouvernementales (ONG) situées au Pérou et au Brésil, ce qui lui a donné l'occasion d'apprendre l'espagnol et le portugais et de découvrir la culture de ces pays. « J'ai été séduit par la musique et la coopération dans une même mesure », se remémore-t-il.

Or, la fascination d'Antoine pour la musique et la politique est antérieure à son entrée à l'université. Sa mère québécoise et son père canadien d'origine sénégalaise ont emmené l'enfant qu'il était aux quatre coins du monde dans le cadre de leurs projets de développement international. « Mes parents voyageaient constamment, alors j'ai moi-même attrapé la piqûre », ajoute-t-il. De retour au Canada, Antoine a fait la connaissance de nombreux musiciens internationaux, puisque son père a fondé un festival de musique africaine en plus d'être un fervent collectionneur de disques.

Lors de ses stages, Antoine a passé son temps libre à acheter des disques, à assister à des spectacles et à établir des contacts. Son séjour au Brésil lui a permis de s'initier à des styles tels que la salsa et la cumbia, puis de s'illustrer comme DJ dans une salle appartenant à l'ONG pour laquelle il travaillait.

Cette occupation lui a permis d'intégrer une vaste communauté de musiciens. « J'ai fait jouer de la musique africaine, c'était la meilleure contribution que je croyais apporter », explique-t-il. « Être DJ au Brésil a été une expérience formidable. »

À son retour à Montréal, Antoine a continué de collectionner et de faire jouer des disques, faisant découvrir au public les pièces qu'il avait lui-même découvertes à l'étranger. Son vaste réseau lui a permis de mettre en contact plusieurs musiciens et musiciennes qui ont aussitôt entrepris des collaborations fructueuses. « Puisque je connaissais un grand nombre d'artistes d'âges et d'horizons variés, j'étais toujours disposé à développer la communauté musicale. »

Dans le cadre de son emploi actuel, Antoine aide les jeunes à établir des liens avec les ONG, les bailleurs de fonds, les centres de formation et les autres ressources nécessaires au succès de leur stage.

« Certains viennent me voir avec des demandes très claires, et je leur trouve les ressources adéquates en matière de financement et de formation. D'autres viennent parfois me voir en disant : "Je ne sais pas quoi faire." Dans ce cas, je tente de les écouter, de leur parler et de comprendre ce dont ils ont besoin, puis je les mets en contact avec d'autres personnes qui ont eu le même genre d'expérience. C'est un emploi extrêmement gratifiant. »

Désormais marié et père de jumelles, Antoine n'anime plus les pistes de danse à la même fréquence, préférant donner la priorité aux événements qui favorisent le développement de la scène musicale montréalaise. Il faut préciser que cet environnement dynamique et multiculturel lui a permis de collaborer avec un DJ brésilien, un auteur-compositeur-interprète sénégalais et des musiciens latino-américains, pour ne nommer que ceux-ci.

« En ce moment, je ne travaille comme DJ que si j'y trouve un sens », conclut-il.

Adonnez-vous à un hobby aussi inattendu et surprenant que la Toyota Camry 2019.