DIVERTISSEMENT
18/04/2019 13:24 EDT | Actualisé 18/04/2019 13:52 EDT

«Like-moi!»: Jani Pronovost vit son rêve de comédienne au grand jour

La comédienne est passée de petits rôles secondaires à de beaux premiers rôles dans la série «Like-moi!».

Bastien Carrière
Jani Pronovost a quitté un emploi stable de conceptrice-rédactrice publicitaire pour consacrer plus de temps à sa carrière de comédienne.

Elle est la sœur du réalisateur Alec Pronovost et la cousine de Jean-François, le tout nouveau Passe-Montagne. Jani Pronovost trace pourtant de belle façon et par elle-même son chemin dans le monde artistique québécois. La comédienne, qui est passée de petits rôles secondaires à de beaux premiers rôles dans l'ultra populaire série Like-moi!, compte bien poursuivre son ascension dans ce monde qu'elle aime profondément et qui le lui rend bien.

Like-moi! et Les Princes à Calcutta

«C'est le plus gros cliché qui soit, mais je rêvais d'être comédienne depuis que je suis toute petite, explique celle qu'on a pu voir dans Le Pharmachien, L'âge adulte et Prière de ne pas envoyer de fleurs. J'ai commencé à faire du théâtre à l'âge de 8 ans. Dans ma vie, ce qui me fait le plus réfléchir ou ce qui vient me chercher vient le plus souvent d'un film ou d'une référence. Je pense que mon but de faire ce métier-là est de faire vivre cela à d'autres. Des univers, des personnages, des émotions; je n'en aurai jamais assez.»

Originaire de Boucherville, elle prend d'abord part à des ateliers offerts par la ville et où elle fréquente d'autres futurs comédiens connus dont Virginie Fortin. «C'était l'époque où tu rêves d'être comédien, mais où tu ne sais pas vraiment ce que cela implique», se souvient-elle.

À 18 ans, elle se rend à Québec afin d'entreprendre des études en communications. Ce sera la seule période de sa vie où elle ne fera pas de jeu, désirant se prouver à elle-même qu'elle pouvait faire autre chose.

Cela ne fait vraiment pas longtemps que je ne me sens pas imposteur quand les gens me demandent ce que je fais dans la vie.Jani Pronovost

«Mais chaque fois que tu repousses l'appel du jeu, cela finit toujours par revenir plus fort. Je me suis mise à travailler, mais j'enviais les gens qui œuvraient sur des projets créatifs, qui étaient devant la caméra.»

Elle se réinscrit donc à des cours de théâtre et passe les auditions des Ateliers Danielle Fichaud. Lorsqu'elle est acceptée, elle quitte son emploi pour faire partie de la toute première cohorte de 10 étudiants à temps plein des Ateliers. La force de cette formation? Être très actuelle par rapport au jeu et aux techniques de jeu devant la caméra.

«Cela ne fait vraiment pas longtemps que je ne me sens pas imposteur quand les gens me demandent ce que je fais dans la vie et que je réponds avec un sourire: je suis comédienne», explique celle qui se dit choyée d'avoir fait ses premières armes sur le plateau de la série Like-moi!.

«J'y suis depuis la saison 2 où je disais une ligne à droite à gauche et où j'ai eu la chance d'être le cobaye de la fameuse Gaby Gravel. J'ai gravi les échelons lentement et je suis un peu devenue la régulière des irrégulières. J'ai donc été là au bon moment; lorsque les acteurs réguliers avaient un conflit d'horaire, j'étais sur place pour les remplacer.»

Elle fait ainsi partie de plusieurs sketches à premier rôle de cette 4e saison offerte en exclusivité sur Club illico (et qui sera éventuellement diffusée sur Télé-Québec), savourant au passage l'agréable sentiment d'avoir pu goûter aux diverses étapes qui l'ont menée là où elle est.

«Chaque fois que je reçois les textes de Like-moi!, je me dis que je suis chanceuse et que cette série est du bonbon. Non seulement les textes sont super bien écrits, mais je tourne avec les comédiens les plus sharp en humour en ce moment. L'équipe est vraiment agréable.»

Elle affirme que les sketches de la 4e saison sont désopilants, qu'ils évoluent bien, qu'on y aborde de nouvelles thématiques et que le ton est toujours aussi tranchant et surprenant.

«Ce qui est le fun dans cet univers, c'est que je peux passer d'une petite file gênée qui se confie à son psychologue, à une fille qui a des problèmes de couple avec son chum ou encore à quelqu'un faisant une info pub exagérée fois mille.»

C'est vraiment une série qui ratisse très large. Elle nous a fait découvrir tellement de bons comédiens et humoristes. Je trouve que la sauce ne pouvait pas prendre plus que cela.

Elle avoue que sa première visite sur ce plateau l'avait rendue assez nerveuse lors du tournage de la saison 2. «Lorsque tu arrives sur une série et que tu n'es pas un acteur régulier, tu te demandes toujours un peu comment ça va se passer; l'équipe a sa dynamique, ses codes. Pour moi, ce plateau est vraiment un équilibre parfait. On est dans le plaisir et on s'amuse à faire notre métier, mais c'est aussi super rigoureux, on travaille fort, ce sont de grosses journées, tout le monde prend cela à cœur. Les gens sont super respectueux, tout en simplicité et on a le rigolo facile, autant les gens derrière la caméra que la production, la coiffeuse, le maquilleur.»

Outre Like-moi!, on pourra bientôt voir la comédienne dans Les Princes à Calcutta; un documentaire en 10 épisodes qui sera présenté le 7 mai sur les ondes de TV5, sorte d'album tout en images de son voyage humanitaire de groupe en Inde.

«Les Princes est une ligue de balle molle montréalaise dotée d'un volet caritatif, explique-t-elle. Ce documentaire présente notre voyage humanitaire dans des villages défavorisés de Calcutta. Chacune d'entre nous était jumelée avec une jeune fille et nous nous sommes servies de la balle molle pour créer des liens avec elles et profiter de cette proximité pour aborder des sujets qui sont tabous là-bas comme les règles.»

Un voyage riche en émotions et un documentaire porté par des valeurs de camaraderie entre filles, de connexion par le sport, de partage et de différences entre les cultures.

Un métier difficile, mais rempli de magie

Si on connaît surtout Jani Pronovost pour son timing comique, la comédienne confie qu'elle aurait plutôt cru exploiter son casting dramatique et sensible d'abord, l'humour ensuite.

«Finalement la vie en a décidé ainsi, cela s'est placé naturellement, dit celle qui confie avoir le rêve de jouer un rôle de pas fine. Pour les publicités aussi, je décroche surtout des rôles plutôt comiques, du tac au tac. J'aimerais éventuellement avoir le temps de connaître un personnage et un rôle plus que pour un seul sketch. Avoir la chance d'évoluer avec un personnage et de le défendre sous plusieurs facettes.»

Alexandre Lupien
Jani Pronovost peut également être entendue ou vue dans plusieurs publicités.

Si elle parle de magie «survenant un peu soudainement» lorsqu'on lui demande de décrire son métier, Jani Pronovost reste toutefois bien réaliste.

«J'ai une attitude vraiment positive par rapport au métier, mais la vérité est que ce n'est vraiment pas facile, confie-t-elle. On est quand même un petit marché en termes de chiffres avec un nombre limité de productions et de sous injectés annuellement. On est tellement beaucoup à vouloir y goûter, à être formé pour cela, à être talentueux.»

«La réalité du quotidien – à part lorsque ça commence à décoller un peu – est difficile, poursuit-elle. Je parle avec beaucoup de comédiens que les gens n'ont pas la chance de découvrir, car ils ont moins de projets et je trouve cela dommage. Ça peut être facile de se décourager, mais ça peut aussi donner envie d'être dégourdis, de créer ses propres projets, de prendre des initiatives. Si tu veux jouer, trouves des amis auteurs, écris toi-même tes sketches, réunissez-vous pour partager vos idées! Lorsqu'il y a quelque chose qui se passe et que l'étincelle arrive, c'est selon moi ce qui fait qu'on est autant de gens à vouloir faire ce métier-là et qu'on se bat même si ce n'est pas toujours facile.»

  • La 4e saison de «Like-moi!» est disponible sur Club illico
  • «Les Princes à Calcutta» sera présenté sur les ondes de TV5 dès le mardi 7 mai à 22h

À voir également: