POLITIQUE
15/04/2019 11:59 EDT | Actualisé 15/04/2019 16:37 EDT

Le fédéral veut retourner les terres expropriées pour l'aéroport de Mirabel

La saga des expropriés de Mirabel arrive enfin à sa conclusion.

Ryan Remiorz/La Presse canadienne
Photo d'archives.

MIRABEL, Qc — "On a commis une grosse erreur il y a 50 ans."

C'est avec cette rare admission de la part d'un politicien que le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, est venu tourner la dernière page de la triste saga des expropriés de Mirabel, lundi, un demi-siècle après le grand bouleversement provoqué par la construction de l'aéroport.

Il s'était rendu dans la municipalité pour annoncer qu'Ottawa relance le processus de rétrocession des quelque 750 âcres expropriés en 1969.

Il s'agit des dernières terres situées à l'extérieur du périmètre de l'aéroport qui n'avaient pas encore été offertes aux expropriés et à leur succession.

Rita Lafond, une des expropriées de l'époque, n'a eu aucune crainte de se présenter au micro et de s'adresser au ministre pour dire qu'elle n'avait rien oublié de "cette expropriation abusive qu'on a faite il y a 50 ans; et je peux témoigner des souffrances, des grandes souffrances, que plusieurs expropriés ont eu à vivre".

Des excuses réclamées

Mais au-delà de la rétrocession, Mme Lafond a aussi demandé un mea culpa officiel: "Avant de fermer la page, est-ce que ce serait possible qu'il y ait des excuses de la part du gouvernement fédéral pour ce véritable tsunami qu'on nous a imposé il y a 50 ans?"

Marc Garneau a toutefois dû décliner, n'ayant pas le mandat de prononcer des excuses formelles au nom du gouvernement, mais il a à tout le moins offert les siennes à titre personnel.

"On a appris des leçons difficiles et je m'excuse que vous ayez été les victimes de ça", a-t-il simplement dit.

D'éventuelles excuses officielles ne manqueraient pas de susciter de l'intérêt puisque celles-ci devraient venir du premier ministre Justin Trudeau, alors que les expropriations de Mirabel et le projet d'aéroport qui devait en bout de piste s'avérer un échec monumental sont un héritage de son père, Pierre Elliott Trudeau.

L'aventure a laissé des traces profondes dans la population locale, est venue témoigner à son tour Françoise Drapeau-Monette, une autre expropriée.

Lorsque vous dites que c'est une erreur, dans mon livre à moi c'est une horreur. Il ne faut plus que ça se reproduise.Françoise Drapeau-Monette

"Vous voyez le monde qu'il y a ici? Et si ce n'était pas un lundi avant-midi, la salle ne serait pas assez grande pour recevoir les gens qui viennent accueillir ce que vous nous apportez aujourd'hui", a poursuivi la dame.

Terres enclavées

Ces derniers terrains font partie des 11 000 âcres de la réserve aéroportuaire dont la rétrocession avait été annoncée en 2006, amorcée en 2008 et prolongée jusqu'en 2013.

Cependant, cette portion de 750 âcres avait été exclue du programme de vente parce qu'elle était enclavée et inaccessible, un obstacle qui est maintenant levé à la suite d'une entente entre le gouvernement fédéral et la Ville de Mirabel pour y donner accès.

SUR LE MÊME SUJET:

"Ce sont principalement des érablières qui étaient exploitées à l'époque", a expliqué Marcel Denis, représentant des expropriés, lui-même fils d'exproprié et président de l'Union des producteurs agricoles (UPA) locale.

"Ce sont des terres qui vont retourner à l'agriculture", a-t-il assuré, tout en reconnaissant que les producteurs qui reprendraient ces terres n'auraient pas une mince tâche. "C'est évident que, depuis 50 ans, personne n'a fait de ménage dans les boisés, mais il reste que le potentiel est encore là."

Échec monumental

Le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau avait exproprié quelque 97 000 âcres de terres agricoles en 1969 pour la construction de l'aéroport qui devait devenir la plaque tournante du trafic aérien de passagers dans la région de Montréal.

Environ 3000 familles avaient été touchées par ces expropriations.

Depuis, quelque 80 000 âcres de terrains ont été rétrocédés dans les années 1980.

L'aventure s'est avérée un échec sur toute la ligne, culminant avec la démolition de l'aérogare en 2014.

Il reste également une autre portion de terrains inutilisés, mais ceux-ci se trouvent à l'intérieur du périmètre clôturé de l'aéroport et le ministre Garneau a également annoncé la tenue de consultations publiques pour décider du sort qui leur sera réservé.

La Ville de Mirabel lorgne depuis fort longtemps ces terres excédentaires pour son propre développement industriel.

Territoire mohawk non cédé

Le ministre Garneau a cependant pris soin de préciser que d'éventuelles consultations devront inclure les peuples autochtones concernés, en l'occurrence les Mohawks de Kanesatake.

Le grand chef Serge Simon était d'ailleurs sur place pour l'occasion et n'a pas manqué de souligner l'ironie de cette rétrocession.

"C'est dur à accepter, parce que je représente les premiers, les expropriés originaux de ces terres-là.

"On me donne l'impression parfois que, quand un Blanc est exproprié, c'est une injustice; quand c'est un Mohawk qui est exproprié, c'est du progrès", a-t-il laissé tomber devant un auditoire qui lui était gagné et qui l'a chaleureusement applaudi.

Le chef Simon a évoqué les problèmes de pauvreté, de suicide, d'alcoolisme et de toxicomanie de sa communauté pour faire valoir que "le manque de terres, le manque de ressources est en train de nous étrangler".

Il a montré une carte de la seigneurie du Lac-des-Deux-Montagnes, un immense territoire de 630 kilomètres carrés qui comprend tout le secteur au nord du lac des Deux-Montagnes bien au-delà de Mirabel et qui avait été promis aux Mohawks en 1760.

"Tout ce qui est là nous avait été promis par traité. Tout ce qui nous reste, c'est les petites parties noires", a-t-il dit, pointant du doigt de minuscules portions de terrains, là où est confiné aujourd'hui le territoire de Kanesatake.

"Le ministre Garneau est le premier qui nous a donné un minimum de considération" dans le cadre du dossier des expropriés de Mirabel, a fait valoir le leader autochtone. "Tous les autres nous ont ignorés."

À voir également: