NOUVELLES
14/04/2019 09:26 EDT | Actualisé 15/04/2019 07:57 EDT

Hydro-Québec souligne ses 75 ans

Parmi les participants figuraient les ex-premiers ministres Lucien Bouchard et Jean Charest.

Graham Hughes/La Presse canadienne

MONTRÉAL — Le premier ministre François Legault a profité du lancement des célébrations entourant le 75e anniversaire d'Hydro-Québec, dimanche après-midi à Montréal, pour lancer le message qu'il veut miser sur l'exportation d'électricité au Canada et dans le nord-est des États-Unis. Des partenariats qui pourraient mener à de nouveaux projets de construction de barrages hydroélectriques.

Avant de s'aventurer dans de nouveaux chantiers, le premier ministre insiste sur l'importance de trouver d'abord des clients. Il rappelle d'ailleurs que son gouvernement a stoppé le projet de parc éolien Apuiat dès son arrivée au pouvoir en raison des surplus d'énergie chez Hydro-Québec.

François Legault voit un avantage économique dans ces surplus et la capacité de croissance d'Hydro-Québec en matière d'énergie verte.

"C'est un moyen de s'enrichir en exportant davantage. Je vais continuer d'insister auprès de l'Ontario, auprès des États du nord-est américain pour leur dire on a de l'électricité disponible à un coût très compétitif et qui permet de réduire les (émissions de gaz à effet de serre)", a-t-il déclaré en point de presse dimanche.

M. Legault a également fait remarquer que le contrat de Churchill Falls doit prendre fin en 2040 et qu'il faut se préparer à l'éventualité qu'il puisse ne pas être renouvelé.

Du même souffler, il considère justement Terre-Neuve-et-Labrador comme un partenaire intéressant pour le développement d'un nouveau projet hydroélectrique à Gull Island, une petite pointe à l'extrême est de Terre-Neuve.

"Les spécialistes disent que le plus beau projet qui pourrait être fait c'est celui de Gull Island", a-t-il précisé. Des discussions auraient déjà eu lieu avec le premier ministre de la province voisine et il y aurait une ouverture à une collaboration.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

"Mais cela suppose que des provinces comme l'Ontario, au lieu de mettre 20 milliards $ dans la rénovation de centrales nucléaires, acceptent de travailler sur l'hydroélectricité", martèle le premier ministre.

Jean Charest et Lucien Bouchard l'appuient

L'événement principal de dimanche après-midi était un groupe de discussion animé par la journaliste Esther Bégin qui rassemblait deux ex-présidents d'Hydro-Québec Armand Couture et André Caillé ainsi que deux ex-premiers ministres Lucien Bouchard et Jean Charest.

Au cours des échanges, Jean Charest a appuyé la vision de François Legault, saluant notamment son audace d'ouvrir le réseau d'Hydro-Québec au reste du Canada.

"Le premier ministre Legault a posé un geste sans précédent. Pour la première fois de l'histoire, il s'ouvre à la possibilité que le Québec travaille avec ses voisins immédiats et avec le gouvernement fédéral pour faire une ligne d'interconnexion à travers le Canada", a-t-il mentionné.

"Ce qu'on réalise aujourd'hui, c'est que si l'on veut déployer nos ressources sur le nord-est des États-Unis, on ne peut pas le faire tout seul", a renchéri l'ex-premier ministre libéral à qui l'on doit le dernier grand complexe à La Romaine.

Jean Charest a également expliqué le processus décisionnel auquel sont confrontés les chefs du gouvernement qui se succèdent au Québec.

Graham Hughes/La Presse canadienne
L'ancien PDG d'Hydro-Québec, Armand Couture, et les anciens premiers ministres Jean Charest et Lucien Bouchard.

"Ça prend beaucoup de vision et un acte de foi quand on lance des projets en sachant qu'entre le moment où on démarre et le moment où on inaugure, tout peut changer. En même temps, on ne peut pas attendre d'avoir soif pour construire le puits", a-t-il imagé.

En entrevue après l'événement, André Caillé et Lucien Bouchard tenaient le même discours.

"Il faut construire! L'Ontario a des besoins énormes en électricité", a déclaré M. Bouchard en insistant sur l'importance de pousser le développement économique du Québec à travers Hydro.

De son côté, André Caillé a indiqué que les surplus d'énergie actuels demeurent fragiles et qu'il faut toujours se projeter quinze ans dans le futur.

"Un projet, ça prend 15 ans entre le moment où on le décide en haut lieu et le moment où on actionne les turbines. Il faut parler des surplus que nous aurons dans 15 ans étant donné qu'entre temps il n'y a rien sur la table", explique-t-il.

"La croissance énergétique, c'est la moitié de la croissance économique dans un pays développé, alors il n'y en aura pas tellement de surplus dans 15 ans", ajoute celui qui a dirigé la société d'État de 1996 à 2004.

"Il faut commencer maintenant. Sinon, dans 15 ans, ce qui va nous arriver, c'est qu'on va être en déficit plutôt qu'en surplus", prévient M. Caillé.

Les deux sont aussi d'accord sur l'importance de s'entendre d'abord avec l'Ontario sur un réseau de distribution. André Caillé souligne qu'une ligne de transport d'électricité à travers l'Ontario ouvrirait du même coup l'accès à la région de Chicago, la troisième ville en importance en nombre d'habitants aux États-Unis.

14 avril 1944

Il y a exactement 75 ans aujourd'hui, soit le 14 avril 1944, le gouvernement libéral dirigé par Adélard Godbout adopte la Loi établissant la Commission hydroélectrique de Québec. On exproprie alors les entreprises Montreal Light, Heat and Power Consolidated, Montreal Island Power Company et Beauharnois Light, Heat & Power Company pour créer une société d'État sous le nom Hydro-Québec.

La nouvelle entreprise publique détient au départ un réseau de distribution de gaz et quatre centrales hydroélectriques.

Hydro va poursuivre l'acquisition d'entreprises et d'infrastructures d'électricité au fil des années jusqu'à l'arrivée au pouvoir du gouvernement de Jean Lesage en 1960.

C'est à ce moment que l'on assiste à une seconde grande opération de nationalisation de l'électricité. Hydro-Québec négocie alors l'acquisition de distributeurs privés et entreprend le développement de son propre réseau par la construction de ses premiers grands complexes hydroélectriques.

Cinq premiers ministres réunis

L'anniversaire d'Hydro-Québec a donné lieu à un événement rare, voire même historique, alors que cinq premiers ministres du Québec étaient réunis, représentants trois partis différents à avoir accédé au pouvoir.

En plus des ex-premiers ministres du Parti québécois Lucien Bouchard et du Parti libéral Jean Charest, qui ont participé à la discussion sur l'histoire de la société d'État, le premier ministre en fonction, François Legault, représentait évidemment le gouvernement de la Coalition Avenir Québec.

Deux autres ex-chefs de gouvernement étaient également présents, soit les frères Daniel et Pierre-Marc Johnson.

Ce dernier s'est remémoré une réunion semblable survenue il y a une dizaine d'années à l'Assemblée nationale.

"La dernière fois, c'était en 2008 à l'occasion du 400e anniversaire de Québec. Le premier ministre Charest avait invité les anciens premiers ministres pour nous conférer le titre de premier ministre à vie par un décret du conseil des ministres et il nous a remis l'Ordre national du Québec", s'est rappelé l'ex-premier ministre du Parti québécois.

Pierre-Marc Johnson confie que les membres de ce club sélect des ex-PM se côtoient à l'occasion "socialement", dit-il.

"Il est arrivé dans le passé qu'autour d'un enjeu préoccupant, de quelque chose qu'on anticipait comme une crise, qu'on se soit parlé. Pas tout le monde, mais certains d'entre nous", a-t-il partagé.

Au sujet des 75 ans d'Hydro-Québec, Daniel Johnson fils a souligné les liens très étroits entre l'histoire de la société d'État et celle de sa famille.

"Ce sont des souvenirs familiaux pour moi. J'avais 13 ans quand mon père a été nommé ministre des Ressources hydrauliques. Les barrages, les rivières, les réservoirs, ça faisait partie du vocabulaire qu'on entendait à la maison", a raconté Daniel Johnson fils en entrevue avec La Presse canadienne.

"En même temps, littéralement dix ans plus tard, papa est décédé à Manic-5, le barrage qui porte maintenant son nom", a-t-il ajouté.

Hydro-Québec a pratiquement été un deuxième chez soi pour l'ex-chef libéral qui a occupé le même bureau que son frère Pierre-Marc dans l'édifice de Montréal.