NOUVELLES
12/04/2019 13:38 EDT | Actualisé 12/04/2019 13:38 EDT

Balade de nuit dans les entrailles du métro de Montréal

Pendant que les Montréalais dorment, les travailleurs du métro s'activent.

Graham Hughes/PC
Certaines pièces de métal des rails d'origine des années 1960, érodées par la friction, doivent être remplacées.

Dans les premières heures du matin, lorsque la plupart des Montréalais sont assoupis, les travailleurs d'entretien du métro entrent dans une course contre la montre.

Entre 1 h et 5 h, plus de 200 travailleurs sont déployés sur quelque 130 sites, où ils accompliront des tâches diverses, allant de soudures mineures à des réparations majeures dans les stations. Étant donné que les travaux sont bruyants et impliquent de la machinerie lourde, presque tout doit être terminé au moment où le premier métro partira, à 5 h 30.

C'est un combat de toutes les nuits pour profiter de toutes les minutes possibles pour être capables de maximiser notre entretien.Marie-Claude Léonard, directrice exécutive du métro

Les premières parties du métro de 69 kilomètres et de 68 stations ont été inaugurées en 1966. Plus tôt cette semaine, la Société de transport de Montréal (STM) a annoncé qu'elle dépenserait 1,6 milliard $ pour rénover le réseau vieillissant entre 2020 et 2025. Les fonds serviront à améliorer de l'équipement, à réparer les infrastructures et à ajouter des ascenseurs accessibles en fauteuil roulant dans 12 stations.

Dans les premières heures, jeudi, la STM a invité quelques curieux pour suivre les travailleurs pendant leur quart de nuit.

Faites la visite avec nous sous la galerie photo...

Galerie photo Le métro de Montréal... la nuit Voyez les images

1 h, centre d'entretien de la STM:

L'électricité est coupée sur les voies du métro. Les travailleurs utilisent des lampes de poche pour diriger les convois de véhicules lourds et les travailleurs dans les tunnels, dans lesquels ils réaliseront les quelque 130 tâches qui devront être effectuées dans les quatre prochaines heures.

1 h 58:

Des journalistes, des politiciens et des fonctionnaires se dirigent vers la longue rampe qui mène aux tunnels en béton humide de la ligne orange du métro.

2 h 05, station Jean-Talon:

Des câbles électriques épais recouvrent les panneaux de la station alors qu'une douzaine d'hommes portant un casque examinent les murs et utilisent un marteau-piqueur derrière un nuage de poussière. Une rénovation de 10 millions $ prévoit l'excavation et la construction d'une nouvelle fondation pour ancrer deux nouveaux murs pour la station, ainsi que la réfection de la membrane d'étanchéité, a indiqué Donald Desaulniers, qui supervise les grands travaux du métro.

En raison du bruit et des immenses débris, ces travaux ne peuvent être effectués que lorsque le métro est fermé, ce qui donne aux employés une période de 2 heures et demie. D'ici 5 h, l'endroit sera propre, affirme M. Desaulniers.

2 h 35, entre les stations Beaubien et Rosemont

Au milieu d'un tunnel sombre, deux travailleurs arborant des masques de protection regardent un graphique. Ils utiliseront de l'équipement de soudure pour replacer certaines pièces de métal des rails d'origine des années 1960, érodées par la friction avec des millions de pneus en caoutchouc.

LIRE AUSSI:

» STM: pas facile d'abandonner l'auto solo

» STM: pouvoirs et imputabilité accrus pour les agents?

2 h 50, station Mont-Royal

Une structure en métal brillant encadre le dessous de la voûte courbée de cette station, où les travailleurs se préparent à installer un ascenseur dans le cadre du plan de 323 millions $ visant à améliorer l'accessibilité.

Pour ce faire, il faudra forer un puits depuis la surface, quelque 10 à 15 mètres au-dessus, et construire un autre mur au tunnel, à l'intérieur de celui qui a été creusé dans la roche dans les années 1960.

Le projet nécessitera l'implication d'ingénieurs, mais aussi d'architectes pour s'assurer que la conception d'origine du tunnel soit respectée, a indiqué M. Desaulniers.

3 h 10, entre Mont-Royal et Sherbrooke

Au milieu du tunnel, deux hommes sur un élévateur travaillent à rediriger le débit de l'une des nombreuses infiltrations d'eau, qui sont courantes au printemps. L'eau finira par se déverser dans un endroit plus bas et sera pompée, a expliqué Martin Chartrand, le spécialiste de l'entretien à la STM.

L'idée est de contrôler où va l'eau et non pas de l'éliminer à la source, a-t-il précisé.

3 h 17, dans un tunnel peu après la station Sherbrooke

Une équipe travaille sur un projet majeur visant à remplacer les boulons en métal d'origine qui fixent les rails au sol et les isolent des courants électriques. Cette tâche fastidieuse consiste à percer des trous, à enlever les anciens boulons et à en installer de nouveaux — et il y en a 340 000 en tout. La STM espère en installer 10 000 d'ici la fin de l'année 2019, car il faudra des dizaines d'années pour compléter le travail.

Les travailleurs qui commencent aujourd'hui finiront probablement leur carrière en faisant cette tâche, a illustré M. Chartrand.

4 h, centre d'entretien de la STM

Le convoi retourne au point d'origine. Les employés, eux, ont encore une heure à travailler et à ranger pour que l'électricité revienne sur les rails à 5 h. D'ici 5 h 30, les premiers métros partiront en croisant sur leur chemin des travailleurs qui se dirigeront vers le centre d'entretien.

Voir aussi: Un héros dans le métro