POLITIQUE
12/04/2019 11:40 EDT | Actualisé 12/04/2019 14:15 EDT

Laïcité: Valérie Plante outrée par la fausse nouvelle sur sa participation à une manifestation

La mairesse se dit apeurée par le phénomène des fausses nouvelles.

Olivier Robichaud

La mairesse de Montréal Valérie Plante se dit outrée par la propagation d'une fausse nouvelle à son égard, affirmant à tort qu'elle avait participé à la manifestation d'Adil Charkaoui. Un phénomène apeurant, selon elle.

Mme Plante a fait l'objet d'un canular plus tôt cette semaine. Une internaute a affirmé l'avoir vue à la manifestation contre le projet de loi sur la laïcité, alors qu'elle se trouvait plutôt en mission en Amérique du Sud.

«C'est non seulement grave et très dérangeant, mais ça me fait peur pour la suite. Qu'allons-nous inventer maintenant? Où nous mènera ce débat?», demande-t-elle.

Vendredi, Mme Plante s'est aussi expliquée sur le temps qu'elle a pris pour réagir aux propos du maire de Hampstead, William Steinberg. Celui-ci a comparé le projet de loi à du «nettoyage ethnique».

Mme Plante affirme ne pas vouloir commenter sur Twitter si elle ne peut pas se rendre rapidement disponible par la suite.

«J'ai pour principe de ne pas utiliser les médias sociaux comme paravent pour me cacher. Je pense qu'un élu qui réagit sur les médias sociaux doit se rendre disponible dans un délai raisonnable pour répondre aux médias. C'est un enjeu démocratique réel, comme on peut le voir au sud de la frontière où on se sert de ces outils pour empêcher les journalistes de faire leur travail», dit-elle.

Mme Plante a finalement dénoncé les propos de M. Steinberg jeudi, soit près d'une semaine après l'éclatement de l'affaire. De nombreux autres politiciens l'avaient précédée, y compris les premiers ministres du Québec et du Canada ainsi que le chef de l'opposition à Montréal, Lionel Perez.

Par le passé, la mairesse a déjà critiqué des élus sur Twitter. Elle a notamment dénoncé les commentaires islamophobes de la conseillère Lynne Shand. Elle était toutefois disponible dès le lendemain pour répondre aux questions des journalistes.

M. Steinbrerg prévoyait tenir une séance spéciale du conseil municipal de Hampstead lundi pour débattre du projet de loi 21. Cette séance a été annulée à la suite du tollé soulevé par ses commentaires et son refus de s'excuser.

Quant à Mme Plante, elle affirme qu'elle n'incitera pas à la désobéissance civile, contrairement à certaines commissions scolaires qui disent qu'elles n'imposeront pas l'interdiction des symboles religieux à leur corps enseignant.

Elle affirme avoir rappelé à l'ordre la mairesse de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, qui est membre de son parti politique. À la fin du mois de mars, Mme Montgomery a affirmé à un journaliste de la chaîne anglophone CTV News qu'elle «ne dira à personne comment s'habiller».

LIRE AUSSI:
» «Nettoyage ethnique»: Valérie Plante exige des excuses de William Steinberg
» Fausse nouvelle: Valérie Plante n'était pas à la manif sur la laïcité
» Nouveau stade: Plante veut «un projet qui clique avec Montréal»

Voir aussi: Le projet de loi sur la laïcité vu par les principaux intéressés