DIVERTISSEMENT
09/04/2019 13:36 EDT | Actualisé 09/04/2019 13:48 EDT

Entre «Madame Lebrun» et «Broue», Benoit Brière ne chôme pas

«Je pense qu'on a vraiment besoin de rire en ce moment, et il n'y en a pas des masses de ce genre de projets...»

Courtoisie

Benoit Brière ne chôme pas par les temps qui courent. Le comique planche à la coécriture d'un court-métrage qu'il réaliserait et dans lequel on le verrait jouer, se prépare à la grande aventure Broue avec ses comparses Luc Guérin et Martin Drainville, et présente avec le plus grand bonheur la quatrième saison de Madame Lebrun.

Un Madame Lebrun à la sauce québécoise

Benoit Brière l'avoue : il ne s'attendait pas à une quatrième saison de la burlesque sitcom Madame Lebrun. Principalement parce que Brendan O'Carroll - l'auteur de la version originale, Brown's Boys, présentée à la BBC Écosse – en avait déjà tellement par-dessus la tête avec son bébé qu'il était peu probable qu'il ait envie de se plonger dans l'écriture d'une quatrième saison.

«Les producteurs ont eu le culot - car il s'agit vraiment de culot - d'aller les voir là-bas et de leur dire qu'ils voulaient écrire des épisodes eux-mêmes, explique l'interprète de Madame Lebrun. Je leur ai dit : ''Voyons, il n'y a pas un auteur qui va accepter ça, c'est son bébé, nous sommes dans un pays étranger''. À notre stupéfaction, l'auteur a trippé sur notre version et nous a donné son accord pour continuer pour les prochaines saisons, tout en se gardant, évidemment, un droit de regard absolu.

«Comme on connaît bien les personnages, qu'on a forcément été obligé de traduire et d'adapter les textes, et comme on a une culture québécoise qui s'apparente de très près à la culture irlandaise, on a été en mesure d'écrire les épisodes», ajoute-t-il.

Les 14 nouveaux épisodes d'une heure écrits par Pascal Blanchet, Daniel Gagnon, Dominic Quarré, Daniel Michaud et René-Richard Cyr (qui tient le double rôle de script-éditeur et d'auteur) ont donc tous été approuvés par le créateur européen.

«Le grand avantage que les auteurs avaient est que, forts des 25 épisodes précédents, ils savaient à qui ils avaient à faire comme personnages et comme style de structure et d'écriture, ajoute-t-il. En même temps, tu veux répéter sans répéter, tu veux ta propre facture, ta propre livraison, mais on est tellement proche de la culture irlandaise... Une famille monoparentale élevée par une femme, on connaît cela partout sur la planète. C'est universel comme sujet.»

Il explique que les auteurs se sont permis d'aller dans une «folie ultime» et d'imaginer les situations les plus grotesques et les plus burlesques dans lesquelles on pourrait retrouver les personnages de Madame Lebrun.

«Je crois qu'on est un peu plus impolitically correct dans les nouveaux épisodes que ce qui existait déjà», confie-t-il.

Aux acteurs Sarah-Jeanne Labrosse, Pierre Hébert, Éric Bernier, Sylvie Moreau, Michel Laperrière et Marc Beaupré viennent momentanément se frotter des comédiens invités comme Éric Bruneau (en star de la musique country), Debbie Lynch-White, Antoine Vézina, Bernard Fortin ou Chantal Baril. La comédienne Sylvie Potvin défend le rôle habituellement tenu par la comédienne Pierrette Robitaille (qui a eu de petits soucis de santé pendant le tournage) pendant plusieurs épisodes, alors que Jean-Pierre Chartrand reprendra le rôle d'Adélard à partir de janvier en remplacement de Pierre Collin.

«Notre but est de surprendre le public. Dans le studio, la foule de 350 personnes est survoltée. D'ailleurs, cela n'a pris que 72 heures après l'annonce de la quatrième saison pour que tous les billets offerts au public ne s'envolent. Les gens savent que c'est un happening. C'est un peu le même genre de processus que La petite vie à l'époque. L'émission est d'ailleurs tournée dans les mêmes studios.»

Ce qui fait que Madame Lebrun est si populaire selon lui? «Je pense qu'on a vraiment besoin de rire en ce moment et il n'y en a pas des masses, de ce genre de projets à la télévision. Il y a aussi ce côté extrêmement irrévérencieux et déjanté qui plaît aux gens et qui fait du bien. On y va à fond et on a le droit de jazzer, d'improviser, de danser, ce qui fait qu'il y a des surprises et des choses non prévues qui arrivent et qui rendent la chose encore plus farfelue.»

Le retour de Broue

Depuis que le trio formé de Benoit Brière, Martin Drainville et Luc Guérin a annoncé qu'il allait reprendre la barre de la mythique pièce de théâtre Broue, la grande majorité des gens lui avouent ne jamais l'avoir vu jouer sur scène.

«Avec notre boîte de production Ménage à trois, on cherche année après année des projets qui nous nourriraient artistiquement parlant tous les trois ensemble sur scène. Ces pièces sont souvent construites avec un comique, un personnage de faire-valoir et un personnage secondaire. Alors, trouver une pièce qui répond à trois comédiens qui ont une réputation et un potentiel comique, ce n'est pas une mince affaire.»

«On a toujours dit que ce serait tellement agréable de se trouver un Broue, jusqu'à ce qu'on finisse par se dire que ce serait tellement agréable de faire Broue, point», ajoute-t-il.

Au devoir historique de se remettre en contexte s'ajoute le petit côté vintage de cette pièce se déroulant au début des années 80. Le tout bonifié par un nouveau décor, de nouveaux costumes et des personnages joués selon les castings et non selon ce qui était joué par Marc Messier ou encore Michel Côté dans la version originale.

«C'est là-dessus qu'on est en train de développer cette nouvelle mouture de Broue, ce qu'on appelle la nouvelle administration. On veut que ce soit un naturel dans le jeu, un naturel de personnages qui appartient à tel acteur. Cela va aussi nous permettre de situer le public historiquement : on est dans une période pré-référendaire, dans ce courant de sept ans où les propriétaires de tavernes devaient transformer leur établissement en brasserie. On va nourrir le show de cela, de ce qui se passait à cette époque en remplaçant, par exemple, les blackouts entre les sketchs par des documents audiovisuels de 30 secondes mettant en contexte ce qui se passe.»

237 représentations de Broue seraient déjà officieusement planifiées jusqu'à la fin de l'année 2021.

Un court-métrage en devenir

Quant au court-métrage pour lequel il agirait à titre d'interprète, de réalisateur et de coscénariste, le comédien explique qu'il s'agit d'un travail de longue haleine et d'un projet dont le destin reste à confirmer. Celui-ci serait réalisé en complicité avec le pédiatre Jean-François Chicoine et aurait – à l'heure actuelle - Annick Jean et Patrick Huard comme duo de producteurs intéressés. Le sujet abordé? La relation père-fils entre deux pédiatres.

La première partie de la quatrième saison de Madame Lebrun est diffusée les mercredis à 20h, sur les ondes de Super Écran.

À voir également :