DIVERTISSEMENT
03/04/2019 20:54 EDT | Actualisé 03/04/2019 21:18 EDT

«Fils cherche père, si affinités»: Maxime Landry, quête familiale et littérature

«L'adoption a toujours été un geste que j'ai trouvé plus grand que nature et d'une beauté infinie...»

Courtoisie

Touché et inspiré par la populaire série This Is Us et par la belle histoire d'adoption qui y est présentée, Maxime Landry a imaginé l'histoire d'Antoine Blanchard, abandonné à la naissance, puis ayant été ballotté de famille d'accueil en famille d'accueil avant d'être adopté par une famille aimante. Un homme à la recherche de son père biologique plongeant dans une quête d'identité qui le mènera de l'autre côté de l'océan. Une histoire sous l'angle de la famille et plantée dans l'univers littéraire pour cet artiste multidisciplinaire qui dit être fin prêt à fonder la sienne.

Près, mais tout de même loin de la réalité

«La série This Is Us m'a donné envie d'écrire sur l'adoption, c'est vraiment cette belle histoire qui m'a allumé, explique Maxime Landry. J'avais aussi écrit une chanson sur le sujet intitulée Le jour où j'ai signé mon nom, pourmon album précédent. L'adoption a toujours été un geste que j'ai trouvé plus grand que nature et d'une beauté infinie.»

Il décrit son personnage d'Antoine comme un homme portant en lui un besoin viscéral de savoir d'où il vient et de connaître ses racines.

«S'il n'a aucun détail sur sa mère biologique, il en a un sur son père : il sait que c'est un auteur qui a du succès, explique-t-il. Cela l'amène à faire une quête à travers la grande bibliothèque de Montréal, où il déniche un emploi. Atteint du syndrome d'Asperger, il apprendra par cœur le nom des auteurs dans l'espoir de retrouver son père. Il en fera une fixation qui le mènera jusqu'à Paris.»

Paris, parce que c'est dans la Ville lumière que se trouvait le chanteur/auteur lorsqu'il a rédigé son quatrième roman. Parce qu'il y a passé un mois en février dernier afin de rencontrer des gens qui pourraient l'aider à réaliser son rêve de faire carrière en sol européen. Et parce que cela le «faisait tripper de faire évoluer son personnage dans un autre univers où beaucoup de gens sont allés et qui est joyeusement reconnaissable».

Être présent dans un salon du livre parisien en début d'écriture de roman l'a aussi inspiré à planter son histoire dans le monde de la littérature. «C'est un monde que je ne connaissais pas, mais que j'ai appris à connaître et à aimer. Les salons du livre et les conférences où je parle de mes romans m'amènent aussi à parler de différents sujets en plus de la littérature. C'est fantastique!»

Que ceux qui seraient tentés de faire un lien entre l'histoire du personnage d'Antoine et celle, personnelle, de Maxime Landry se retiennent. L'artiste explique : «Dans ma vie, moi, j'ai connu mon père. Il nous a quittés beaucoup trop tôt, mais je l'ai connu. Donc, cela n'a rien à voir avec ma vie. Par contre, je peux comprendre le vide qu'Antoine ressent – pourquoi il veut à ce point connaître son père, pourquoi ça lui manque - parce que moi aussi, mon père me manque. Je peux comprendre ce vide qu'il a en lui et qu'il a besoin de combler.»

Libre Expression
Fils cherche père, si affinités

Un sixième album et une tournée de souvenirs français

Celui qui célèbre cette année ses dix ans de carrière prépare aussi un sixième album, qui devrait sortir en 2019... ou en 2020.

«Je souhaitais que l'album sorte à l'automne 2019 pour célébrer les dix ans de Star Académie, mais ce sera peut-être plus en mars 2020, explique-t-il. Je ne veux pas trop m'en faire avec ça et je veux prendre le temps de bien le faire sans devoir bousculer les affaires une fois rendu en studio. J'ai une cinquantaine de chansons qui sont écrites en ce moment, je veux en écrire d'autres, puis il faudra choisir et placer les choses.»

À 32 ans, célibataire et sans enfant - et après avoir consacré beaucoup de temps à sa carrière -, il affirme aspirer de plus en plus à s'arrêter pour souffler et pour fonder une famille. «Je veux prendre beaucoup plus de temps pour moi. Je veux prendre le temps de rencontrer des gens. J'ai beaucoup travaillé ces dernières années, mais il y a une limite à mettre sa carrière de l'avant et à ne toujours penser qu'à cela.»

Cela ne l'empêche pas pour autant de prendre part à Francostalgie, une revue musicale à grand déploiement revisitant les grandes chansons ayant marqué l'Europe des années 1965 à 1995. Différents tableaux et anecdotes de la vie des artistes y sont présentés par Michel Drucker, alors que les chansons sont livrées par Maxime Landry, Vanessa Duchel, Michael et Éléonore Lagacé.

«Cela pourrait être une belle porte d'entrée en Europe, ajoute-t-il. J'ai toujours fait de la chanson française, j'ai toujours écrit en fonction d'aller là-bas un jour. J'ai toujours écrit mes livres dans un français international. J'ai cela à cœur et pour moi, c'est ça l'art. Il faut que ça voyage, il faut que ça se promène et qu'il n'y ait pas de barrière.»

Fils cherche père, si affinités de Maxime Landry est disponible dès maintenant dans toutes les bonnes librairies.

Cliquez ici pour plus de détails concernant le spectacle Francostalgie, qui sera présenté cet été au Capitole de Québec du 17 juillet au 4 août.

À voir également :