BIEN-ÊTRE
02/04/2019 17:07 EDT | Actualisé 09/05/2019 18:42 EDT

À 61 ans, cette héroïne a accouché de l’enfant de son fils gai

La famille s’est confiée au HuffPost.

Ariel Panowicz

Un couple de gais américain a accueilli la semaine dernière leur petite fille ... dont la mère de l'un des deux hommes - âgée de 61 ans - a accouché. Le HuffPost s'est entretenu avec la famille pour faire la lumière sur cette histoire autant réjouissante que surprenante.

Matthew Eledge et son mari Elliot Dougherty avaient commencé à parler de l'éventualité d'avoir un bébé il y a trois ans et avaient demandé à leurs familles ce qu'ils en pensaient. En retour, ils n'ont pas juste obtenu un bon conseil, mais un miracle nommé Uma portée et mise au monde par la mère de Matthew, Cecile Eledge, 61 ans.

Lea Yribe, la soeur d'Elliot, a fourni l'ovule, Matthew le sperme et Cecile a servi de mère porteuse.

Ariel Panowicz

«Parfois, même des personnes très intelligentes entendent notre histoire et pensent qu'il s'agit d'inceste, affirme Matthew Eledge à nos collègues du HuffPost américain. Comme cette question: 'avez-vous peur des anomalies génétiques?'. C'est une question correcte, une situation unique, mais je pense que c'est mieux de le décrire avec des termes simples : Ma mère n'était simplement que le four.»

L'état de santé irréprochable de Cecile a fait d'elle une candidate viable pour porter un embryon, même si elle était déjà ménopausée. Elle a du subir une série de tests cardiologiques, pulmonaires et physiques intenses. Tout était ok. Elle a donc accepté d'être la mère porteuse de Matthew et Elliot, mais en s'attendant toutefois à recevoir de mauvaises nouvelles au cours des neuf mois de gestation.

«Il y avait une part de moi qui pensait : ce serait un miracle si nous réussissons tous les tests, il y aura quelque chose qui cloche, a confié Cecile au HuffPost. Si je n'avais pas été pas une bonne candidate en santé, [je ne l'aurais pas fait], je ne mettrais jamais le bébé en danger. Chaque fois que j'allais parler à un autre médecin, que ce soit mon interne ou mon cardiologue, ils me regardaient et disaient: "Il n'y a absolument aucune raison pour que vous ne puissiez pas faire cela."»

Ariel Panowicz
Ariel Panowicz

La famille a travaillé avec la Dre Carolyn Doherty, endocrinologue spécialiste de la reproduction chez Methodist Reproductive Health Specialists, à Omaha, dans le Nebraska. Elle a avoué au HuffPost que «quasiment aucune personne de 61 ans» ne pourrait être mère porteuse, évoquant des risques pour la santé tels que l'hypertension et l'insuffisance cardiaque pour ne nommer que ceux-là. Mais Cécile, ayant une santé parfaite, a eu l'approbation du corps médical pour porter son propre petit-enfant.

J'ai regardé mon mari et dit : "Bon, je pense que nous allons vivre une petite aventure".Cecile Eledge

Cecile a dû prendre des suppléments d'œstrogènes pour avoir ses règles à nouveau, puis il s'est passé ce qu'elle n'aurait jamais imaginé : elle est tombée enceinte 30 ans après la naissance de son dernier enfant. Au premier essai, en plus.

«J'ai regardé mon mari et j'ai dit: "Eh bien, je suppose que nous allons partir pour une petite aventure" », a dit la nouvelle (grand-)maman.

Ariel Panowicz

«Le fait que nous utilisions de très jeunes ovules de la sœur d'Elliot était vraiment à l'avantage de Cecile, affirme l'endocrinologue. De plus, ils avaient subi des tests génétiques de préimplantation pour l'aneuploïdie [anomalies chromosomiques]. Nous savions donc que tout serait génétiquement normal, ce qui aide également.»

Pour Cécile, la grossesse était un peu différente de ce qu'elle avait connu il y a 30 ans. Les règles à respecter, autrement dit ce qu'on peut faire ou pas, a changé. Elle admet également que les nausées matinales étaient plus intenses.

L'argent a aussi été un enjeu. Matthew Eledge estime avoir dépensé environ 40 000 dollars US pour l'ensemble du processus. Que sa mère soit une mère porteuse lui a fait beaucoup économiser. Une mère porteuse peut coûter aux États-Unis entre 25 000 et 35 000 dollars en plus des dépenses liées à la santé, selon Dr. Doherty. Au Canada, il est encore illégal de rémunérer une mère porteuse.

Ariel Panowicz

Cecile a été admise à l'hôpital plus tôt que prévu quand sa tension artérielle a grimpé à un niveau qui préoccupait ses médecins, mais la petite Uma était forte et en bonne santé. Cecile a accouché par voie vaginale. Elle a confié au HuffPost qu'elle était calme et détendue après la naissance, sachant que son travail était (enfin) terminé.

Matthew avoue qu'il y avait quelques barrières visuelles dans la salle d'accouchement. «Nous n'avons pas besoin de tout voir pas vrai?, dit-il en riant, en expliquant avoir vu sa mère comme une combattante tout au long de l'expérience. Elle a puisé dans cet esprit viscéral primitif, s'est plongée et l'a fait. La voir à un niveau si intense en train de donner vie à ce beau, merveilleux bébé en santé était tellement cool à voir.»

Ariel Panowicz