DIVERTISSEMENT
01/04/2019 09:30 EDT | Actualisé 01/04/2019 09:30 EDT

«Une colonie» sacré dans la plus prestigieuse catégorie du gala des Prix Écrans canadiens

Émilie Bierre a aussi reçu le prix de la meilleure interprétation dans un premier rôle féminin.

Chris Young/La Presse canadienne
Émilie Bierre (2e à partir de la gauche) a aussi reçu le prix de la meilleure interprétation dans un premier rôle féminin pour son rôle dans «Une colonie».

Le Québec était à l'honneur au gala des Prix Écrans canadiens présenté à Toronto et c'est le film «Une colonie», de la réalisatrice Geneviève Dulude-De Celles, qui a remporté le prix du meilleur film.

Chien de Garde», «Genèse», «Dans la brume» et «La grande noirceur», toutes des productions québécoises, étaient aussi finalistes dans la plus prestigieuse catégorie.

La réalisatrice Geneviève Dulude-De Celles a aussi remporté le prix du meilleur premier film pour son long-métrage.

«Une colonie» raconte l'histoire de Mylia, une enfant timide et farouche de 12 ans, qui s'apprête à quitter sa campagne natale pour la grande école. À la recherche de repères dans ce nouvel environnement, elle se lie d'amitié avec Jimmy, un jeune autochtone marginal de la réserve voisine.

La jeune actrice Émilie Bierre (14 ans), qui incarne le personnage de Mylia dans le film, a reçu le prix de la meilleure interprétation dans un premier rôle féminin.

La meilleure interprétation masculine dans un premier rôle est allée à Théodore Pellerin pour sa performance dans le film «Chien de garde».

Nathan Denette/La Presse canadienne
Théodore Pellerin interprétait Vincent dans «Chien de garde», qui était aussi finaliste pour le prix du meilleur film.

«Anthropocène : L'époque humaine» a remporté le prix du meilleur documentaire.

Ce film de Jennifer Baichwal, Edward Burtynsky et Nicholas de Pencier, réquisitoire environnementaliste, porte sur les bouleversements qu'ont connus les écosystèmes de la Terre depuis la révolution industrielle.

La réalisatrice Jasmin Mozaffari a remporté le prix de la meilleure réalisation pour «Firecrackers». Sophie Dupuis pour «Chien de garde» et Geneviève Dulude-De Celles pour «Une colonie», étaient aussi en lice pour ce prix.

En début du gala de l'industrie canadienne du cinéma et de la télévision, l'actrice Karine Vanasse a remporté le trophée de la meilleure actrice dans une émission dramatique pour son rôle dans «Cardinal», diffusée sur les ondes de CTV.

Des prix ont aussi été remis lors de soirées du 26 au 30 mars et dimanche matin, à Toronto.

«La grande noirceur» du réalisateur Maxime Giroux, a gagné cinq trophées dimanche matin.

Le prix de la meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien a été attribué à Sarah Gadon.

«La grande noirceur» a aussi remporté le prix pour la meilleure direction artistique (Patricia McNeil et Sylvain Dion), le prix pour les meilleurs costumes (Patricia McNeil), le meilleur montage sonore (Frédéric Cloutier) et les meilleures images (Sara Mishara).

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Le prix du meilleur scénario original a été attribué à Catherine Léger pour «Charlotte a du fun».

Pour sa part la coproduction Canada/France «Dans la brume» de Daniel Roby s'est vu décerner deux trophées, pour les meilleurs effets visuels et les meilleurs maquillages.

«Fauve» réalisé par Jérémy Comte (qui a aussi été nommé aux Oscars), a remporté le prix du meilleur court métrage de fiction.

Le film «1991», produit par Nicole Robert, a obtenu le Prix Écran d'Or pour un long métrage.

Du côté des prix hommages, Mary Walsh a reçu le Prix Earle Grey pour sa carrière de comédienne à la télévision, «Kids in the Hall» s'est vu attribuer le Prix Icône de l'Académie, Deepa Mehta a été honoré pour l'ensemble de sa carrière, tout comme Stephen James pour le rayonnement de sa carrière à l'international.

À voir également: