POLITIQUE
31/03/2019 16:18 EDT | Actualisé 31/03/2019 16:23 EDT

Laïcité: Gabriel Nadeau-Dubois rabroue Ruba Ghazal

Selon lui, Mme Ghazal a eu tort d'interpréter publiquement la position du parti, ce qu'elle aurait dû s'abstenir de faire.

PC/Jacques Boissinot
Gabriel Nadeau-Dubois

Une musulmane cachée sous son voile intégral - niqab ou burqa - pourrait décrocher un poste de fonctionnaire lié au service à la clientèle dans un gouvernement solidaire, mais il vaut mieux éviter d'en parler, car le sujet est devenu tabou au sein des troupes.

Le coporte-parole de Québec solidaire (QS), le député Gabriel Nadeau-Dubois, n'a pas caché son agacement, dimanche, en se disant déterminé à ne plus commenter et interpréter publiquement la position adoptée par son parti la veille sur les signes religieux.

En mêlée de presse, en marge du conseil national du parti qui se tenait tout le week-end à Québec, M. Nadeau-Dubois a cherché du même coup à bâillonner la députée de Mercier, Ruba Ghazal, qui s'était exprimée sur la question un peu plus tôt devant les médias.

Selon lui, Mme Ghazal a eu tort d'interpréter publiquement la position du parti, ce qu'elle aurait dû s'abstenir de faire.

"Elle n'aurait pas dû faire du cas par cas et nous, on ne le fera pas et on ne le fera plus", a soutenu M. Nadeau-Dubois, en se montrant empressé de mettre le couvercle sur la marmite religieuse, pour parler de sa priorité: la lutte aux changements climatiques.

À partir d'aujourd'hui, vous ne nous entendrez plus alimenter une crise qui n'existe pas.Gabriel Nadeau-Dubois

Autant Québec solidaire profite de toutes les tribunes pour parler en long et en large de la nécessaire mobilisation autour de la lutte aux changements climatiques, autant la question des signes religieux et de la laïcité de l'État paraît frappée d'une sorte d'omerta politique.

"Nous ne ferons pas de politique sur des cas hypothétiques et imaginaires", a ajouté le député de Gouin, qui n'entend pas se laisser prendre "à ce jeu-là".

La veille, en point de presse, les deux coporte-parole de QS, M. Nadeau-Dubois et Manon Massé, avaient éprouvé de la difficulté à expliquer la portée de leur position sur les signes religieux.

Dimanche matin, la députée de Mercier, Ruba Ghazal, de confession musulmane, avait dit qu'elle ne se formalisait pas de voir une femme portant le niqab décrocher un poste de téléphoniste au gouvernement, l'important à ses yeux étant qu'elle soit libre de gagner sa vie.

Samedi, les militants de QS ont choisi de tourner le dos à toute forme d'interdiction de signes religieux pour les employés de l'État, qui pourraient même avoir le visage caché tout en ayant la responsabilité de dispenser un service de l'État.

Cependant, l'employeur pourrait imposer à l'employée de découvrir son visage dans certaines circonstances. Quatre critères devraient alors être pris en considération: la sécurité, le devoir de réserve, le prosélytisme et les conditions d'exercice de la profession. Le critère du contact avec la clientèle n'a pas été retenu par les solidaires.

M. Nadeau-Dubois a refusé mordicus de s'aventurer à énumérer des cas concrets de catégories de postes gouvernementaux qui devraient proscrire le port du voile intégral, un exercice "inutile et contreproductif".

"C'est une mauvaise idée de faire du cas par cas, parce que ça alimente des perceptions", selon M. Nadeau-Dubois, allergique à l'idée de faire "de la politique dans les nuages".

Une fonctionnaire cachée sous un voile intégral "qui souhaite aller vendre des bouteilles de vin à la SAQ, ça n'existe pas", a-t-il martelé.

Dimanche midi, les deux porte-parole solidaires ont livré chacun leur discours de clôture du conseil national: pas un mot, ni l'un ni l'autre, sur les signes religieux et la laïcité de l'État.

La résistance climatique

M. Nadeau-Dubois a plutôt tenté de fouetter l'ardeur des troupes, appelées à se mobiliser autour de la lutte aux changements climatiques.

Québec solidaire demeurera "une force de résistance et de changement" sur cette question, a promis le député de Gouin.

Si le gouvernement Legault n'intervient pas dans ce dossier prochainement, il se rendra coupable de "négligence générationnelle" et de "sabotage", a-t-il dit, annonçant que plusieurs manifestations sont prévues au cours des prochains mois afin d'accroître la pression sur Québec pour obtenir un véritable plan de lutte à la crise climatique.

Les quelque 400 militants réunis au cégep Limoilou ont accueilli ce discours avec des applaudissements nourris.

"Nous savons que la population est de notre bord, nous devons maintenant la rassembler. Car seule la force du nombre aura raison de l'entêtement caquiste", de l'avis de M. Nadeau-Dubois, qui a traité le premier ministre François Legault de "climatopassif".