POLITIQUE
29/03/2019 16:03 EDT | Actualisé 29/03/2019 16:03 EDT

La députée caquiste Claire Samson s'excuse après une rencontre dans une garderie

Plusieurs sont sortis de cette rencontre ébranlés par l'attitude «condescendante» et «méprisante» de la députée.

Francis Vachon/La Presse canadienne
La députée caquiste Claire Samson

QUÉBEC — La députée caquiste d'Iberville, Claire Samson, a dû s'excuser, vendredi, après qu'une rencontre dans une garderie de sa circonscription eut tourné au vinaigre.

Elle s'était rendue vendredi dernier à la garderie Les Contes Enchantés de Saint-Césaire afin de rencontrer les dirigeants de l'établissement et des parents, et de discuter des services à la petite enfance dans la région.

Plusieurs sont sortis de cette rencontre ébranlés par l'attitude «condescendante» et «méprisante» de la députée, a rapporté le quotidien La Voix de l'Est.

Une autre citoyenne a même écrit au premier ministre François Legault pour dénoncer «l'incivilité» de Mme Samson.

LIRE AUSSI:

» Projet de loi sur la laïcité: qui est visé et qu'est-ce qui sera proscrit?

» La CAQ veut déplacer le crucifix du Salon bleu de l'Assemblée nationale

» Maternelle à 4 ans: 250 nouvelles classes seront créées dès l'an prochain

Vendredi, Claire Samson a présenté ses excuses par le biais d'une déclaration écrite distribuée par le gouvernement Legault.

«La députée Claire Samson tient à s'excuser si ses propos tenus lors d'une récente rencontre auprès des représentants de la garderie Les Contes Enchantés, de Saint-Césaire, ont pu offenser quiconque», peut-on lire dans le communiqué diffusé par l'aile parlementaire du gouvernement Legault.

La Coalition avenir Québec (CAQ) dit vouloir nouer des dialogues «constructifs et respectueux» avec tous les intervenants du milieu.

«Nous avons rejoint les personnes concernées rapidement afin de faire la lumière sur la situation, et ce, aussitôt que nous en avons été informés», a indiqué l'attaché de presse Michel Vincent.

«Ces échanges ont été très courtois et ont permis de proposer une seconde rencontre auprès des intervenants afin d'écouter les préoccupations des éducatrices en services de garde non subventionnés», a-t-il précisé.

À voir aussi: