POLITIQUE
28/03/2019 10:59 EDT | Actualisé 28/03/2019 16:07 EDT

Trudeau réplique immédiatement au projet de loi sur la laïcité de Legault

«Pour moi, c'est impensable qu'une société libre légitimiserait la discrimination contre quiconque, basée sur la religion»

Photos: PC
Justin Trudeau et François Legault

Alors que le projet de loi sur la laïcité était déposé à l'Assemblée nationale, le premier ministre Justin Trudeau en critiquait déjà l'intention.

M. Trudeau, de passage à Halifax jeudi matin a dit qu'il lirait le projet de loi avant d'en commenter les détails. Mais, en attendant, il l'a vivement attaqué.

«Pour moi, c'est impensable qu'une société libre légitimiserait la discrimination contre quiconque, basée sur la religion», a-t-il déclaré lors d'un court point de presse.

LIRE AUSSI:

» La CAQ veut déplacer le crucifix du Salon bleu de l'Assemblée nationale

Le premier ministre avait d'abord rappelé que le Canada est un pays laïque qui "respecte profondément les libertés individuelles, y compris la liberté d'expression, la liberté de conscience et de religion", ajoutant que le Québec fait de même.

En début d'après-midi, le directeur des communications du premier ministre en rajoutait.

"Le Canada est déjà un pays laïque. Cela se reflète dans toutes nos grandes institutions. Les gouvernements devraient travailler à protéger nos droits fondamentaux plutôt que de les éroder", a écrit sur Twitter Cameron Ahmad.

Quelques heures plus tard et quelques kilomètres plus loin, M. Trudeau a commenté cet aspect de l'initiative du gouvernement caquiste.

"Je pense que les gens au Québec et partout au pays savent très bien que je vais toujours défendre la Charte canadienne des droits et libertés. Je vais toujours défendre les libertés individuelles. (...) M. (François) Legault, son gouvernement et tous les Québécois savent déjà à quel point ma position est très ferme là-dessus", a-t-il dit pendant un autre point de presse à St. Stephen au Nouveau-Brunswick.

Le projet de loi 21, déposé à Québec jeudi matin, interdit à plusieurs employés de l'État de porter des signes religieux. Le texte législatif prévoit déjà l'utilisation de la clause dérogatoire pour se soustraire à la Charte canadienne des droits et libertés, ainsi qu'à la charte québécoise.

À Ottawa, le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, s'en est également pris à l'initiative du gouvernement caquiste.

Pareille position durant la campagne électorale fédérale de 2015 avait coûté des votes québécois à son prédécesseur Thomas Mulcair.

"On respecte le fait que le Québec a la juridiction de légiférer. (...) Oui, il y a un débat important au Québec (...); on reconnaît ça. Mais (...) nous ne sommes pas d'accord avec ce projet de loi parce que ça divise la population", a déclaré M. Singh qui a tenu un point de presse en début d'après-midi.

Le chef néo-démocrate a même dit que le projet de loi 21 le rendait "triste", lui rappelant sa jeunesse alors qu'il ne se sentait pas toujours bienvenu dans la société canadienne. M. Singh est un sikh pratiquant qui porte turban et kirpan.

De passage dans la ville de Québec, le chef conservateur Andrew Scheer s'est contenté de déclarer qu'il ne présenterait jamais pareille loi s'il devenait premier ministre du pays. Il a simplement ajouté que le projet de loi 21 est un choix du gouvernement québécois et que c'est aux élus québécois d'en disposer.

M. Scheer a livré ces quelques réflexions après un discours devant la Chambre de commerce de la ville.

Sans surprise, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a applaudi à l'initiative du gouvernement québécois.

"Le projet de loi sur la laïcité est légitime et nécessaire. Il relève exclusivement de l'Assemblée nationale du Québec. Le Bloc québécois salue le gouvernement du Québec pour sa volonté de disposer de cette question, une fois pour toutes, je l'espère", a déclaré M. Blanchet dans un courriel envoyé à La Presse canadienne.

Voir aussi:

Les commentaires ont été fermés pour cet article. Lisez notre politique sur les commentaires pour plus de détails.