NOUVELLES
28/03/2019 13:16 EDT | Actualisé 04/04/2019 10:45 EDT

Des élèves du Sud-Ouest à Montréal victimes de l'embourgeoisement de leur quartier

Dès septembre, les élèves dont les parents ont un faible revenu n'auront plus accès à des repas chauds à 1$.

monkeybusinessimages via Getty Images

L'embourgeoisement a des conséquences directes dans l'arrondissement Sud-Ouest à Montréal: dès septembre, environ 300 élèves du primaire perdront l'accès à une mesure qui leur permettait d'avoir accès à un dîner chaud à l'école pour le maigre prix de 1$.

Selon la carte de la défavorisation dans l'île de Montréal 2018, produite par le Comité de gestion de la taxe scolaire de l'île de Montréal, plusieurs écoles seront privées de cette mesure, puisque d'après les dernières données du recensement de 2016, certains quartiers se sont enrichis, après la venue de familles ayant des meilleurs revenus.

La «mesure alimentaire», comme elle est appelée, prévoit que les élèves des écoles situées dans les secteurs parmi les 20% les plus défavorisés reçoivent l'accès au service de garde pendant le dîner, ainsi qu'un repas chaud, pour seulement 1$ par jour. Seuls les parents qui ont un revenu considéré comme faible peuvent avoir accès à cette mesure, et ils doivent en faire la demande. À partir de septembre, ces parents devront débourser 5$ pour le repas, et 3$ de plus pour le service de garde, notamment aux écoles Charles-Lemoyne, dans Pointe-Saint-Charles, et Ludger-Duvernay, dans Saint-Henri. Une différence substantielle dans leur budget.

LIRE AUSSI:

» La stratégie contre la pauvreté ne va pas assez loin, selon des experts

» BLOGUE Continuons la réforme de l'aide sociale

» Ottawa fixera un seuil de pauvreté officiel

Autant dire que la majorité de ces familles n'utilisera plus ce système, soutient la Corporation de développement communautaire Action-Gardien, qui regroupe les organismes du quartier Pointe-Saint-Charles, et qui qualifie la situation d'absurde.

«À Charles-Lemoyne, c'est 44% des élèves qui ont recours présentement à cette mesure. Ces familles-là n'ont pas quitté la Pointe parce que des familles mieux nanties s'y installent!» s'insurge Camille Trudelle, d'Action-Gardien. Elle rappelle d'ailleurs que Pointe-Saint-Charles est un des quartiers les plus défavorisés de Montréal.

L'organisme a appelé à une mobilisation devant l'école, jeudi après-midi, après les cours. Il demande à ce que soit réintégrée cette mesure, mais aussi qu'à plus long terme, elle soit étendue à tous les élèves de la province.

Un exemple probant d'embourgeoisement

Pour la directrice de programmes de cycles supérieurs en études urbaines à l'UQAM, Hélène Bélanger, il s'agit d'un problème qui illustre bien les effets de l'embourgeoisement. Car si on a souvent parlé des effets sur l'offre commerciale dans les quartiers qui s'embourgeoisent, ce genre de conséquence directe est plutôt inédit.

«À ma connaissance, c'est la première fois qu'on parle de ce type de conséquence à Montréal, affirme-t-elle. C'est assez démonstratif.»

«[Pointe-Saint-Charles et Saint-Henri] sont des quartiers qui sont en surchauffe, et cette nouvelle tuile qui leur tombe sur la tête est une bien mauvaise nouvelle», ajoute-t-elle.

Selon la professeure, cela démontre les limites de ce genre d'indicateurs, calculés en fonction de la proportion de familles à faible revenu, et non en nombre absolu.

Peu importe le nombre d'enfants qui ont besoin de cette mesure, ils perdent une aide précieuse.Hélène Bélanger

Évidemment, on ne peut pas empêcher des familles plus fortunées de s'installer dans des quartiers plus démunis, mais Hélène Bélanger croit qu'il faut trouver des solutions pour protéger ceux qui y demeurent. Elle juge que la proposition d'étendre cette «mesure alimentaire» à tous les élèves est une très bonne idée.

D'autres écoles situées dans Hochelaga-Maisonneuve, Saint-Michel, Ahuntsic, Villeray, Rosemont, Verdun et LaSalle n'auront plus droit à des repas à petit prix, elles non plus.

C'est le ministère de l'Éducation qui est responsable de fournir la «mesure alimentaire» aux élèves se trouvant dans les quartiers les plus démunis. Contacté par le HuffPost Québec, le ministère n'était pas en mesure de fournir des réponses à nos questions, au moment d'écrire ces lignes.

À voir aussi: