POLITIQUE
27/03/2019 11:27 EDT | Actualisé 27/03/2019 14:27 EDT

Nouveau stade: Valérie Plante veut «un projet qui clique avec Montréal»

La mairesse a aussi répété qu'elle ne veut pas qu'on demande d'argent aux contribuables.

Paul Chiasson/La Presse canadienne
Photo d'archives.

MONTRÉAL — Valérie Plante voit d'un très bon oeil un éventuel partenariat entre les promoteurs Claridge et Devimco pour le développement du bassin Peel, dans Griffintown et a répété que la Ville de Montréal pourrait contribuer au développement du secteur, pour autant qu'on ne demande pas d'argent aux contribuables.

C'est ce qu'a indiqué la mairesse de Montréal mardi, au Stade olympique, entre deux manches du match opposant les Blue Jays de Toronto aux Brewers de Milwaukee.

«Je vois d'un très bon oeil que les différents groupes intéressés par ce site de choix, un endroit stratégique et magnifique, travaillent ensemble pour penser un projet qui va bien s'insérer dans un projet Montréal, a-t-elle affirmé. J'ai envie d'un projet qui clique avec Montréal, qui est connecté à son tissu urbain. Mélanger les deux projets (de Claridge et Devimco), je crois que ce serait fort intéressant. On va les laisser faire leur travail, mais je vois ça d'un très bon oeil.»

Claridge est la société de Stephen Bronfman, qui souhaite évidemment y implanter un stade de baseball pour ramener les Expos à Montréal. Devimco, propriété de Serge Goulet, a un projet davantage axé sur le développement domiciliaire. La ville de Montréal dispose d'un droit de préemption sur ce terrain.

«Il faut savoir que le droit de préemption est un outil dont la ville s'est dotée pour penser au développement urbain. On veut pouvoir se donner un droit de regard supplémentaire sur des terrains stratégiques, dont celui-là. Si il y a un super beau projet, dont un stade, un bon projet pour la ville, on va être très enthousiastes et on va le laisser aller.»

EN VIDÉO: le Stade olympique rappelle beaucoup de souvenirs aux anciens Expos

Alors qu'elle a semblé plutôt réticente au projet baseball pendant sa campagne électorale, la mairesse Plante appuie maintenant le Groupe de Montréal.

«Je ne m'en cache pas, l'idée d'avoir un équipe de baseball à Montréal serait une très bonne nouvelle. Que ce soit au niveau du développement économique, des retombées économiques, c'est très intéressant. Peut-être qu'auparavant, on pouvait se dire que j'étais plus frileuse, mais c'était surtout au niveau de ce qu'on allait demander comme apport des Montréalais dans la construction d'un stade. Comme les promotteurs ne nous demandent pas un sou, on va plutôt les aider à faire atterrir ce projet-là. Moi, ça m'a beaucoup rassurée. C'est pourquoi je peux embarquer dans ce projet avec un grand sourire et profiter de la partie, car on ne me demande pas l'impossible. On ne demande aux Montréalais d'ajouter une taxe sur leurs taxes.»

Quand on lui a fait valoir que les montages financiers peuvent changer en cours de route, elle a rappelé que sa position n'avait pas changée.

«Je pense que j'ai été très claire: si on nous demande l'argent des Montréalais pour la construction d'un stade, je vais les consulter. Mais les promoteurs m'ont clairement indiqué que ce n'est pas ce qu'ils recherchent.»

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Mais la mairesse a aussi été claire: elle appuiera le projet.

«Comme administration, on s'investit beaucoup dans le développement des quartiers, on y croit. Là où on peut soutenir un projet comme le stade, c'est au niveau des infrastructures, des routes environnantes, de la desserte de transport collectif, en pensant aux axes qui pourraient être développés, ainsi que de la façon dont il va s'intégrer dans le tissu urbain. C'est notre expertise et c'est quelque chose auquel on tient énormément.

«Un projet de cette envergure, si on veut qu'il soit accepté socialement, (les promoteurs doivent) travailler avec les forces en présence, la communauté locale et la ville de Montréal.»

À voir également: