POLITIQUE
27/03/2019 09:58 EDT | Actualisé 27/03/2019 11:42 EDT

Islamophobie: la présidente du conseil municipal dépose une plainte contre Lynne Shand

Mme Shand s'est plainte d'avoir été soignée par une médecin voilée.

Twitter/Shand Art

L'élue montréalaise Lynne Shand devra se défendre devant la Commission municipale du Québec (CMQ) pour les propos islamophobes qu'elle a publiés sur Facebook la fin de semaine dernière.

C'est la présidente du conseil municipal, Cathy Wong, qui a déposé la plainte. Elle a fait part de ses démarches sur les réseaux sociaux mardi soir.

«Les propos xénophobes de la conseillère d'arrondissement d'Anjou, Lynne Shand, sur les femmes musulmanes font fortement réagir le milieu municipal. Depuis l'ouverture du conseil de ville hier, des Montréalais se rendent à l'hôtel de ville pour exprimer leur indignation. Avec raison», écrit-elle.

Mme Wong affirme déposer sa plainte à la fois comme présidente du conseil, comme conseillère municipale et comme Montréalaise. Elle note que des décisions passées de la CMQ soulignent l'obligation des élus de faire preuve de respect à l'égard des citoyens et éviter toute forme de discrimination.

«Les propos de Mme Shand, en plus d'être incompatibles avec ses fonctions, remettent en doute l'équité des services offerts par l'élue envers ses concitoyens et citoyennes», affirme la présidente.

Mme Shand est dans la tourmente depuis dimanche, au lendemain de la publication d'un commentaire se plaignant que l'ophtalmologiste qui la soignait portait un voile. Elle a dit — grognement inclus — qu'elle aurait refusé les soins si elle n'avait pas été dans une situation d'urgence.

Mme Shand s'est excusée une première fois dimanche, mais ses excuses ont été jugées insuffisantes par la mairesse Valérie Plante et le chef de l'opposition Lionel Perez. Le chef de son propre parti, le maire d'Anjou Luis Miranda, s'est aussi distancié de ses propos.

Mme Shand s'est excusée à nouveau sur Facebook lundi, affirmant tout de même qu'elle souhaite une société laïque.

L'élue a par la suite retiré l'accès public à son profil, après notamment la publication d'un article du HuffPost Québecmontrant ses liens avec un groupe friand de théories du complot d'extrême droite.

M. Miranda, qui avait d'abord accepté les excuses de Mme Shand, a indiqué qu'il devrait la rencontrer à nouveau mercredi. Répondant à un citoyen venu à la séance publique du conseil, il a dit que de nouvelles informations avaient été portées à son attention.

Les commentaires ont été fermés pour cet article. Lisez notre politique sur les commentaires pour plus de détails.