DIVERTISSEMENT
26/03/2019 21:16 EDT | Actualisé 26/03/2019 21:38 EDT

«Unité 9»: une grande finale à la croisée des chemins

Le temps était venu de faire nos adieux aux femmes et aux hommes de Lietteville...

HuffPost Québec

Après sept saisons riches en émotions et en séquences troublantes, bouleversantes, choquantes et/ou émouvantes, le temps était venu de faire nos adieux à Unité 9, ainsi qu'aux femmes et aux hommes de Lietteville.

Ayant déjà mis un point final au parcours de la plupart de ses personnages au cours des semaines précédentes, l'auteure Danielle Trottier a dédié sa conclusion à deux détenues se trouvant à l'opposé l'une de l'autre; l'une dont le cheminement à l'intérieur des murs de la prison tirait à sa fin, et l'autre ayant l'opportunité d'entamer à son tour cette longue reconstruction.

HuffPost Québec

ATTENTION SPOILERS

Peu de temps fut consacré au cas de Marie Lamontagne et de sa fille Lucie. Cette dernière a fait son grand retour à la maison entourée de sa famille, et Danielle Trottier a alors pris la bonne décision en laissant le spectateur imaginer la plus belle des suites pour ces deux femmes qui auront désormais tout le temps nécessaire pour se réapprivoiser.

Car la vraie histoire de cet ultime épisode était évidemment l'entrevue de Jeanne Biron pour l'obtention de sa libération conditionnelle. Les proches et les plus fidèles supporteurs de la jeune femme, qui a tout vécu (littéralement) entre les murs de Lietteville (et même en dehors), ont tour à tour fait valoir au comité qu'elle ne représentait plus un danger pour la société, car elle pouvait compter, pour la première fois de sa vie, sur des gens qui l'aiment profondément.

Sans surprise, Jeanne a obtenu une libération conditionnelle totale, et a pu enfin tourner la page sur ce long chapitre de son existence - longuement mis en évidence par l'entremise d'une avalanche de flashbacks.

Son départ de Lietteville a coïncidé avec celui du directeur Normand Despins, également prêt à passer à autre chose et résolu à voir la vie sous un nouveau jour.

À la croisée des chemins

Après que Steven Picard eut finalement révélé le lourd secret que portait la mère de Macha Vallières en ce qui a trait aux attouchements dont elle fut victime lorsqu'elle était bébé, la détenue a décidé de se laisser couler, refusant toutes formes d'aide et exigeant d'être transférée dans un centre pour délinquants sexuels.

Trouvant un nouveau souffle dans l'annonce de la libération de Jeanne, Steven a finalement réussi à convaincre Macha d'accepter son aide et de demeurer à Lietteville, où les liens qu'elle a su développer avec les autres détenues lui seront essentiels pour entamer - et surtout réussir - sa reconstruction.

En opposant la fin heureuse de Jeanne et le premier pas de Macha vers une potentielle réhabilitation, Danielle Trottier a aussi renforcé d'une superbe façon l'idée que Lietteville est un personnage en soi. Un personnage qui a évolué au fil du temps, à travers la progression psychologique de ses détenues, mais également du personnel carcéral.

L'avant-dernière scène de la série s'avère en ce sens des plus significatives alors que, contrairement à Jeanne, Suzanne, Michèle, Henriette et Kim qui s'éloignent progressivement de la prison, Marie Lamontagne retourne à l'intérieur de ces lieux auxquels elle a largement contribué à redonner une grande dose d'humanité.

Et Lietteville poursuivra cette évolution au-delà de cette conclusion avec l'arrivée de la nouvelle directrice (à laquelle Sophie Lorain a brièvement prêté ses traits à la toute fin de l'émission).

Ce n'est qu'un au revoir

Si Unité 9 a parfois donné l'impression de tourner en rond et d'étirer la sauce en enchaînant les scènes choc au cours des dernières années, Danielle Trottier a su défendre sa vision en confrontant le spectateur à une réalité qu'il n'est tout simplement pas habitué de voir dépeinte d'une façon aussi éprouvante au petit écran.

De cas en cas, l'auteure est demeurée fidèle au mandat qu'elle s'était donné, mais a aussi su choisir le moment parfait pour arracher ses personnages aux ténèbres et les ramener vers la lumière.

Si l'écriture de l'ultime épisode d'une série télé est toujours un exercice périlleux, Danielle Trottier a su mettre un terme à cette longue aventure avec une patience, une sobriété et une délicatesse qui méritent d'être soulignées.

L'auteure a fait fi de la tentation de créer quelques revirements de dernière minute pour suivre la logique inhérente à sa trame dramatique et à ses personnages. Que le chemin de croix s'achève ou que la rédemption soit encore un but à atteindre, toutes peuvent désormais regarder vers l'avenir.

À voir également :