POLITIQUE
26/03/2019 11:42 EDT | Actualisé 26/03/2019 15:33 EDT

Québec solidaire veut recréer un printemps étudiant... pour le climat

Le parti d'opposition lance un ultimatum au gouvernement Legault.

La Presse canadienne
Les porte-paroles de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé, lors du conseil national du parti le 9 décembre 2018.

QUÉBEC - Québec solidaire (QS) fait du pouce sur la vague de mobilisation menée par la jeunesse québécoise pour la lutte contre les changements climatiques. Le parti d'opposition lance un ultimatum au gouvernement Legault pour qu'il agisse d'ici au 1er octobre 2020.

«Personne n'a vu la jeunesse du Québec aussi mobilisée depuis 2012, a lancé le député Gabriel Nadeau-Dubois, qui a était l'un des porte-paroles de la grève étudiante d'il y a sept ans. On voit un autre printemps de mobilisation. Ce qu'on dit, chez Québec solidaire, c'est que nous serons la voix de cette mobilisation à l'intérieur de l'Assemblée nationale.»

«Je pense que [le premier ministre François Legault] aurait tort de sous-estimer de quoi le peuple du Québec est capable quand vient le temps de se mobiliser», a-t-il enchaîné.

La Presse canadienne
Des milliers de jeunes ont manifesté dans les rues, le 15 mars 2019, pour réclamer un véritable plan de lutte contre les changements climatiques.

Les solidaires demandent à la Coalition avenir Québec (CAQ) d'interdire tout projet pétrolier ou gazier sur le territoire du Québec et de proposer un plan crédible pour atteindre les cibles du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) avant le deuxième anniversaire de l'élection de son gouvernement.

Il y a une date limite à «l'irresponsabilité de la CAQ», a critiqué Manon Massé, la chef parlementaire de QS.

«Si la CAQ continue de jouer à l'autruche, on n'aura pas d'autre choix que de tirer sur le frein d'urgence à l'Assemblée nationale», a fait valoir la porte-parole de la formation politique. Elle prévoit un «barrage parlementaire» si les conditions énoncées par QS ne sont pas remplies.

Elle «espère de tout coeur» ne pas avoir à se rendre là, mais considère qu'elle n'aura pas le choix si rien n'est fait. «On vit une crise planétaire sans précédent. Notre rôle d'opposition, c'est d'agir en conséquence», estime Mme Massé.

Québec solidaire repart en campagne, mais cette fois-ci, pour le climat.Manon Massé

Un premier rassemblement pour le climat organisé par QS aura lieu le mercredi, 27 mars, devant l'Assemblée nationale à partir de 18h.

«Depuis mon entrée en politique, on l'a répété souvent, j'ai travaillé très fort pour transformer Québec solidaire en mouvement [...] et c'est ce mouvement qui se remet en marche à partir d'aujourd'hui partout au Québec», explique M. Nadeau-Dubois.

Le député de Gouin dit que des équipes de mobilisation n'attendent qu'un signal avant de se mettre en branle partout dans la province et vont «tourner à plein régime» d'ici octobre 2020.

«Ce qu'on annonce aujourd'hui, c'est que Québec solidaire repart en campagne, mais cette fois-ci, pour le climat.»

Génération désenchantée

Depuis le dépôt du budget, des enfants des ministres du gouvernement Legault ont exprimé leur désenchantement face aux mesures environnementales, qu'ils jugent insuffisantes pour faire face au défi climatique actuel.

Charles-Olivier Dubé, le fils du président du Conseil du trésor Christian Dubé, a entre autres écrit une lettre ouverte percutante dans La Presse + dans laquelle il dit avoir eu «l'impression d'avoir eu une leçon sur l'hypocrisie et la tromperie».

L'étudiant de la Polytechnique va même jusqu'à dire que, lors sa génération dirigera le Québec et gérera les finances publiques, «nous penserons à nous-mêmes comme tu nous as appris à le faire».

«Entre te nourrir dans un CHSLD ou investir pour nous sauver, on ne va pas se mentir : tu n'auras pas grand-chose à manger. Ce choix sera sans gaieté, mais tu nous l'auras imposé...» écrit-il.

Le ministre des Finances, Éric Girard, a lui aussi admis que ses enfants avaient été «sévères» à son endroit pour la timidité des mesures environnementales dans son premier budget.

Mme Massé dit que la CAQ a «manqué une belle occasion» de présenter plus de mesures environnementales dans son premier budget.

«Ce que les jeunes nous ont dit, lors de la manifestation du 15 mars, partout sur la planète d'ailleurs, c'est qu'il faut que ça bouge et que ça bouge maintenant. Le climat ne va pas attendre les prochaines élections.»

Le ministre de l'Environnement, Benoît Charette, accuse QS de ne pas avoir bien lu le budget. Il n'a pas voulu commenter les tactiques qu'ils comptent utiliser d'ici 18 mois.

Voir aussi: