POLITIQUE
26/03/2019 17:35 EDT | Actualisé 26/03/2019 17:55 EDT

Québec veut augmenter la production de gaz naturel local

Il serait produit à partir de déchets organiques.

Carlina Teteris via Getty Images

QUÉBEC — Le gouvernement Legault veut augmenter la part de gaz naturel produit au Québec à partir de déchets organiques, mais sans cibles contraignantes.

Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, en a fait l'annonce mardi en conférence de presse à l'Assemblée nationale.

Un projet de règlement actuellement sur la table prévoit que les usines de biométhanisation devront produire l'équivalent de 1 pour cent de la consommation de gaz naturel du Québec à compter de l'année tarifaire 2020. Cette proportion équivaut à 60 millions de mètres cubes.

«C'est facile, en fin de compte, le 1 pour cent, on est déjà presque à 0,5 pour cent, actuellement, et, juste avec les projets qui sont en cours, le 1 pour cent devrait être atteint.»

L'objectif est d'atteindre 5 pour cent en 2025. C'est un «crescendo responsable» qui a été convenu par consensus avec l'industrie, a expliqué le ministre, qui n'écarte pas que les cibles puissent être revues à la hausse.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Cependant, le projet de règlement ne prévoit pas de sanctions si la cible n'est pas atteinte.

Le ministre Jonatan Julien a expliqué le procédé: la décomposition des déchets organiques et des boues produit du gaz naturel, qui est récupéré et acheminé par pipeline aux consommateurs.

«Actuellement, il y a un appétit pour ces énergies renouvelables là, les gens en veulent pour se positionner comme carboneutres», a-t-il dit, en évoquant l'Université Laval, l'Université de Sherbrooke et L'Oréal.

L'usage de 60 millions de mètres cubes de gaz produit par biométhanisation permet de réduire les émissions de 114 000 tonnes de gaz à effet de serre (GES), soit l'équivalent de 28 000 véhicules-année. Donc 5 pour cent de l'approvisionnement provenant de la biométhanisation équivaudrait à soustraire les émissions de 140 000 véhicules par année.