POLITIQUE
25/03/2019 17:39 EDT | Actualisé 25/03/2019 17:44 EDT

Justin Trudeau a eu un entretien «cordial» avec Jody Wilson-Raybould

Elle demeurera au sein du caucus libéral.

PC/Darryl Dyck
Le premier ministre Justin Trudeau devant des manifestants à Maple Ridge, en Colombie-Britannique, lundi.

OTTAWA — Justin Trudeau a indiqué lundi qu'il avait parlé la semaine dernière à Jody Wilson-Raybould de la suite des choses, et il a soutenu que l'ex-procureure générale ainsi que l'ancienne présidente du Conseil du Trésor Jane Philpott seraient autorisées à demeurer au sein du caucus libéral.

Lors d'un point de presse à Maple Ridge, en Colombie-Britannique, le premier ministre a déclaré que la conversation avec Mme Wilson-Raybould avait été «cordiale» et qu'ils avaient discuté des «prochaines étapes», sans préciser davantage.

M. Trudeau a également indiqué que Mmes Wilson-Raybould et Philpott pourraient rester au sein du caucus libéral, en dépit de leurs critiques virulentes sur la gestion du gouvernement dans l'affaire SNC-Lavalin. Le chef libéral soutient qu'il a hâte de continuer à entendre leur voix forte et réfléchie au sein de son équipe.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Le chef de l'opposition, Andrew Scheer, demande toutefois à M. Trudeau de libérer Mmes Wilson-Raybould et Philpott du secret ministériel, afin qu'elles puissent témoigner librement devant le comité de l'éthique de la Chambre des communes.

Le comité se réunira mardi pour étudier les demandes des conservateurs et des néo-démocrates, qui souhaitent amorcer une enquête sur les allégations d'ingérence du cabinet du premier ministre dans la poursuite pénale intentée contre le géant montréalais de l'ingénierie.

Mme Wilson-Raybould a soutenu devant le comité de la justice des Communes que lorsqu'elle était procureure générale, le premier ministre et des membres de sa garde rapprochée avaient exercé des pressions «inappropriées» sur elle pour que le Service des poursuites pénales signe un accord de poursuite suspendue avec SNC-Lavalin, comme le prévoit la loi, afin d'éviter à la firme montréalaise un procès criminel dans une affaire de pots-de-vin en Libye.