DIVERTISSEMENT
24/03/2019 22:05 EDT | Actualisé 25/03/2019 07:52 EDT

«Tout le monde en parle»: les leçons de Guylaine Tremblay, la nouvelle série de Danielle Trottier

«J’ai beaucoup plus de compassion maintenant pour le temps que prennent les gens pour nommer leurs souffrances...»

Karine Dufour via Radio-Canada

Guylaine Tremblay et Danielle Trottier étaient de passage à Tout le monde en parle, ce dimanche 24 mars, pour parler de la grande finale d'Unité 9, qui sera diffusée ce mardi 26 mars, et faire le bilan de cette grande aventure télévisuelle qui aura duré sept saisons.

L'auteure a d'abord confirmé à Guy A. Lepage que l'écriture du tout dernier épisode de la populaire série avait été particulièrement difficile.

«Je quittais des gens que j'aimais. Ces personnages-là ont tellement été réels que c'était extrêmement difficile de les laisser partir un à un, a expliqué Danielle Trottier. Ce que je voulais faire avec cette série-là, c'était de dépasser le gros titre pour aller voir l'humain derrière le crime.»

«J'avais le sentiment d'être arrivée là, d'être arrivée aussi à la fin d'un cycle. De mes six femmes du début, il ne restait que Jeanne. [...] Tout m'indiquait que je devais les laisser aller.»

Malgré qu'elle ait terminé le tournage de la série depuis la fin de l'automne dernier, Guylaine Tremblay doit encore faire son deuil d'Unité 9.

«On sait qu'un projet commence, puis qu'il va nécessairement finir. Je suis reconnaissante de l'avoir fait pendant sept ans. Mais en ce moment, quand on approche de la dernière émission, on approche aussi du moment où, d'habitude, je recevais les textes pour l'année d'après», a-t-elle expliqué.

Karine Dufour via Radio-Canada
Guylaine Tremblay et Danielle Trottier.

Guylaine Tremblay s'est également ouverte sur l'influence que le personnage de Marie Lamontagne a eue sur sa vie, et ce, autant sur le plan professionnel que personnel.

«Elle m'a appris à comprendre le silence des femmes. Parce que j'avais tendance à dire: ''Elle a été victime d'inceste ou d'agression. Il faut qu'elle le dise''. C'est ça, notre premier réflexe», a-t-elle confié.

«Avec Marie, j'ai compris que c'était chacune et chacun - parce qu'il y a des hommes aussi qui ont subi des violences - à leur rythme personnel. Et on ne peut pas forcer quelqu'un à le dire. [...] Son chemin à elle n'était pas déblayé encore. Ce n'était pas prêt.»

«C'est rare qu'on prenne le temps de parler d'inceste à la télé. Ce n'est pas un sujet de grande écoute, on n'aime pas tellement ça, ce sujet-là. Alors que ça ne diminue pas, ça augmente», a renchéri Danielle Trottier.

«Je trouvais ça très important que mon héroïne soit victime d'inceste. Si elle parle, elle va briser sa famille, elle va peut-être briser ceux qu'elle aime. C'était tellement fort que je me disais que ça méritait une héroïne. Ça mérite qu'une femme porte ça, qu'on la regarde aller, souffrir, se débattre avec ça, pour voir comment elle va résoudre cette situation-là.»

J'ai beaucoup plus de compassion maintenant pour le temps que prennent les gens pour nommer leurs souffrances.Guylaine Tremblay

Guylaine Tremblay a ensuite révélé qu'à ses yeux, la scène la plus mémorable de la série avait été celle de la mort de ses enfants, elle qui avait été particulièrement ébranlée dès la lecture du texte. Danielle Trottier lui avait alors expliqué que pour que Marie puisse remonter un jour, il fallait qu'elle descende au plus bas.

L'auteure a aussi confirmé recevoir encore à ce jour des messages de femmes se trouvant derrière les barreaux. Des femmes à qui la série a permis de «sortir de l'ombre» et d'exister aux yeux de la société.

«En ce moment, elles sont vraiment tristes. [...] Elles ont le sentiment qu'elles vont disparaître de nouveau. Je ne crois pas qu'elles vont disparaître. Avec Unité 9, on a préparé toutes les femmes du Québec. Si un jour elles ont à rentrer en dedans, elles vont savoir quoi faire. [...] Ç'a marqué l'imaginaire, et on ne les oubliera pas.»

Un nouveau projet en chantier

Danielle Trottier a également parlé pour la première fois de son nouveau projet de série, qu'elle est en train de développer pour Radio-Canada.

L'auteure a révélé qu'elle était partie du même processus que pour Unité 9, se posant la question à savoir ce qui était le plus important à ses yeux. La réponse: les enfants.

«Je trouve qu'on est dans une société où on prétend aimer nos enfants, et pourtant on en échappe quelques-uns, parce que je les ai ramassés à Lietteville.»

Cette nouvelle histoire se déroulera dans une école où il n'y a que des adolescentes enceintes.

«Être une adolescente et mettre au monde un enfant aujourd'hui, c'est un très très gros contrat, a-t-elle déclaré. Je vais beaucoup parler des familles qui vivent ce drame-là. [...] Je vais vous parler de ce que, comme société, on peut faire pour les aider. Parce que ça existe. Au Québec, il y a environ 1500 jeunes adolescentes qui mettent un enfant au monde chaque année.»

Comme l'a dit Guy A. Lepage à la toute fin de l'entrevue, cette nouvelle série n'aura visiblement rien d'une sitcom...

La grande finale d'Unité 9 sera diffusée ce mardi 26 mars à 20 h, sur les ondes d'ICI Télé.

À voir également :