POLITIQUE
21/03/2019 16:14 EDT | Actualisé 21/03/2019 16:46 EDT

Comment le budget du Québec 2019-2020 va vous affecter

Décortiquons ce qui se retrouvera dans vos poches.

QUÉBEC - Si les familles et les aînés trouveront leur compte dans ce premier budget de la Coalition avenir Québec (CAQ), les locataires et les étudiants ne seront pas tellement choyés. Tour d'horizon des différentes mesures qui pourraient vous affecter.

Familles

....avec jeunes enfants

Une première étape avait déjà été amorcée dans la mise à jour économique du gouvernement, à l'automne dernier, avec le versement d'une Allocation famille plus généreuse pour les 2e et 3e enfants et le gel de la contribution additionnelle pour la garde d'enfants.

Le premier budget de la CAQ prévoit l'abolition graduelle de la contribution additionnelle pour la garde d'enfants. Elle sera abolie d'ici 2022 pour toutes les familles, ce qui représentera une réduction moyenne de leur charge financière de 1200$ par année selon le gouvernement.

Tel que promis, la CAQ va également de l'avant avec la mise en place des maternelles 4 ans. L'idée est toujours de déployer 250 nouvelles classes dès septembre 2019. Un milliard de dollars seront consacrés à cette promesse pour les cinq prochaines années.

De nombreux fonds sont injectés pour détecter les troubles d'apprentissage. Notons les 340 M$ pour le programme Agir tôt du ministre Lionel Carmant, 235 M$ pour augmenter les services de soutien professionnel directs aux élèves ou encore les 100 M$ pour l'ajout de classes spécialisées.

Finalement, la CAQ injecte 455 M$ pour l'ajout d'une heure d'activités parascolaires et 135 M$ pour offrir plus de sorties culturelles aux enfants.

...à faible revenu

L'on retrouve une bonification de l'exemption des pensions alimentaires pour enfants à charge, une demande des partis d'opposition.

Le montant de revenus de pension alimentaire qui pourra être exempté du calcul des aides financières gouvernementales sera bonifié de 100$ à 350$ par mois par enfant dans les programmes d'assistance sociale, 1200$ à 4200$ par année par enfant dans le programme d'aide financière aux études, de 0$ à 4200$ par année par enfant dans le programme d'aide juridique et les programmes d'aide au logement.

LIRE AUSSI:

» Budget du Québec: ça change quoi pour Montréal?

» Les aînés et les patients, les grands gagnants du budget

» Budget: la participation au marché du travail est stimulée

Propriétaires de maisons

Les taxes scolaires seront baissées dans l'ensemble des régions du Québec dès juillet 2019, sous réserve de l'adoption du projet de loi 3. Le ministre des Finances, Éric Girard, estime que les Québécois auront 200 M$ de plus dans leurs poches.

Parmi les autres mesures visant les propriétaires, notons les 151 M$ pour l'adaptation et la rénovation de domicile pour les ménages à faible revenu, ainsi que la bonification des programmes Rénovation Québec et RénoRégion.

Fait étonnant, le programme RénoVert ne figure pas dans le budget cette année.

La prolongation du programme Roulez vert a quant à lui été reconduit pour une autre année. Cette mesure devrait encourager l'acquisition d'environ 66 000 véhicules électriques, l'installation de 27 500 bornes de recharge à domicile et plus de 1200 bornes au travail.

Locataires

Le budget compte 250 M$ sur sept ans en soutien à la réalisation de plus de 10 000 unités de logement AccèsLogis Québec qui avaient déjà été annoncées par le passé et qui n'ont pas été réalisées. Pour l'année 2019-2020, la somme consacrée est de 13,5 M$.

Le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) estime que ces maigres sommes sont une «une claque au visage pour les centaines de milliers de personnes et de familles qui n'arrivent pas à se loger décemment», alors que le Québec a d'énormes surplus.

Aînés

Westend61 via Getty Images

Les aînés ont droit à de nombreuses mesures qui semblent bénéfiques à première vue. La CAQ veut les inciter à rester sur le marché du travail afin de combler la crise de la main-d'oeuvre au Québec.

Dans son budget, la CAQ prévoit une augmentation du revenu non imposable des travailleurs de 60 ans et plus. Il vient augmenter le plafond des revenus de travail excédentaires admissibles à 10 000$ pour les personnes de 60 à 64 ans et il demeurera de 11 000$ pour les personnes de 65 ans et plus.

Les personnes en perte d'autonomie ont également droit à des sommes importantes, comme promis par la ministre Marguerite Blais. Notons 1,5 G$ d'ici cinq ans pour renforcer les soins et les services à domicile, 105 M$ pour améliorer la qualité de vie des proches aidants et 1,1 M$ pour l'ajout de personnel soignant.

Les maisons des aînés devront attendre: même si 564 M$ sont prévus pour le déploiement des maisons des aînés, les premières sommes ne seront versées qu'en 2022-2023. Pas moins d'un milliard est prévu dans le Plan québécois des infrastructures pour la mise en place de ces maisons.

Le ministre des Finances soutient cependant que 30 maisons des aînés verront le jour dès le premier mandat et a rejeté l'idée que ces maisons des aînés, annoncées en grande pompe pendant la campagne électorale, ne seront réalisées que lors d'un deuxième mandat.

Entretemps, la CAQ prévoit un investissement annuel de 70 millions de dollars pour les CHSLD dès 2019-2020, ce qui ajouterait 900 lits et places d'hébergement dans les établissements actuels.

Étudiants post-secondaires

Ce sont réellement les parents pauvres de ce budget. Alors que les élèves du primaire et du secondaire bénéficient du plus clair de la hausse du budget en éducation, l'enseignement supérieur ne bénéficie que de 54 M$ par année pendant cinq ans.

Tant l'Union étudiante du Québec que la Fédération étudiante collégiale du Québec ont déploré que la question des stages rémunérés ait été évacuée du budget de la CAQ.

«Ce qu'on constate, c'est que le gouvernement rate une très belle opportunité pour calmer la grogne sur les campus et de démontrer son sérieux à la population étudiante», a déploré Guillaume Lecorps, président de l'UEQ.

Fred-William Mireault, président de la FECQ, estime qu'il y avait un rattrapage à faire dans le réseau collégial qui ne sera pas comblé. «La CAQ vient dire qu'elle est le gouvernement de l'éducation, mais peut-être de l'éducation jusqu'à la fin du secondaire 5.»

Entrepreneurs

Caiaimage/Agnieszka Olek via Getty Images

Si les aînés sont incités à rester sur le marché du travail, les entreprises sont aussi invitées à les retenir avec des mesures fiscales. Elles auront droit à une réduction des charges sur la masse salariale liée aux travailleurs de 60 ans et plus.

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante a salué ces mesures qui vont aider les petites et moyennes entreprises à faire face à la pénurie de main-d'oeuvre qu'elles vivent actuellement.

Les entreprises sont aussi incitées à devenir plus vertes. Québec investit 410 M$ au cours des cinq prochaines années pour accompagner les entreprises dans leur transition énergétique, dont la majorité - 320 M$ - pour réduire les émissions des grandes entreprises industrielles.

Le nationalisme économique n'est pas en reste. Une enveloppe d'un milliard de dollars est aussi disponible pour accompagner le développement des entreprises stratégiques et protéger la présence des sièges sociaux au Québec. Le ministre des Finances a précisé que cette mesure n'était pas spécifiquement pour SNC-Lavalin.

Notons aussi 709 M$ pour stimuler l'innovation et accélérer l'adoption de l'intelligence artificielle ou encore 75 M$ pour favoriser l'entrepreneuriat et la participation des jeunes à l'économie.

Immigrants

L'on retrouve 730 millions investis dans les cinq prochaines années pour favoriser une meilleure intégration au marché du travail.

Ces sommes - 146 M$ par année - serviront à mettre en oeuvre le «nouveau parcours personnalisé», qui inclura plus de services en francisation et en intégration. Les détails seront présentés ultérieurement par le ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion.