POLITIQUE
21/03/2019 16:26 EDT | Actualisé 21/03/2019 19:41 EDT

Budget Québec 2019: ça veut dire quoi pour Montréal?

Plus d’écoles, plus de tramways, plus de logements sociaux, moins de taxes, moins de contamination.

Getty Commercial

Sans surprise, Montréal aura la part du lion pour plusieurs mesures importantes comprises dans le premier budget de la Coalition avenir Québec. Voici les principales retombées du budget pour la métropole du Québec.

Plus d'écoles, moins de taxes

Le gouvernement de François Legault a ajouté 6,1 G$ dans le Plan québécois des infrastructures (PQI) pour rénover, agrandir et construire de nouvelles écoles. Cela devrait permettre l'ajout de 1000 classes d'ici les 10 prochaines années, y compris 250 classes de maternelle 4 ans et 150 classes spécialisées.

Hero Images via Getty Images

Bien que la ventilation par région n'est pas connue, la majorité de ces sommes devraient revenir à Montréal, où les terrains coûtent plus cher et où de nombreuses écoles débordent déjà. On sait toutefois déjà qu'il y aura 36 nouvelles classes de maternelle 4 ans dès 2019 à Montréal.

Le Conseil du trésor confirme notamment que la majorité des 1 094 M$ prévus pour les projets majeurs de construction d'écoles sera dépensée à Montréal. Cela comprend une nouvelle école primaire au centre-ville, ajoutée cette année à la liste des projets de plus de 50 M$ qui sont en processus de planification. Des écoles de l'île des Soeurs devraient aussi être agrandies.

La Ville de Montréal souhaite la construction de quatre nouvelles écoles dans les secteurs mal desservis du centre-ville.

Parallèlement, le gouvernement Legault entame le processus d'uniformisation des taxes scolaires, qui s'étirera jusqu'en 2023-2024. Dans le budget, on peut lire que le propriétaire d'une maison valant 270 000$ verra une diminution de 179$ à Montréal, à la fin du processus. Puisque la valeur moyenne d'une résidence est plutôt de 430 000$ à Montréal, cela équivaut à un rabais de 295$.

À LIRE AUSSI:

Comment le budget du Québec 2019-2020 va vous affecter

Le gouvernement Legault abandonne certaines promesses, estiment les libéraux

D'importants réinvestissements en santé

«Un bon budget pour l'économie», mais insuffisant en éducation

Pour l'année 2019-2020, les contribuables montréalais devraient économiser environ le quart de cette somme.

Les promesses pour l'Est se concrétisent

François Legault n'a pas oublié le fief de sa ministre Chantal Rouleau, qui a livré l'Est de Montréal à la CAQ lors des dernières élections. Le premier ministre réserve 100 M$ dès cette année pour décontaminer les terrains industriels de ce secteur de l'île. Cette somme s'ajoute aux 75 M$ investis promis par l'ancien gouvernement pour 2018.

En campagne électorale, la CAQ avait promis 200 M$ pour la décontamination. Selon les documents budgétaires, les 100 M$ pour 2019-2020 constituent «une première étape».

Parallèlement, le gouvernement met à l'étude le projet de tramway dans l'axe de la rue Notre-Dame. Ce tramway doit connecter la pointe de l'île aux lignes verte et orange du métro, ainsi qu'au prolongement éventuel de la ligne bleue.

Olivier Robichaud
Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole, avec la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Logements sociaux: les unités «oubliées» seront construites

Le gouvernement Legault a aussi promis de livrer les quelque 10 000 unités de logement social promises avant 2017 sans jamais être livrées. Il y en aurait 3500 à Montréal.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, réclamait 110 M$ sur trois ans pour financer la construction de ces unités. Elle recevra finalement 72,8 M$, immédiatement, par le biais d'AccèsLogis Québec. Cela devrait financer la construction d'au moins 3000 unités, selon le ministère des Finances.

Cela s'ajoute aux 22 M$ déjà transférés à partir des «fonds de tiroirs» de l'année financière qui prend fin pour s'attaquer au même problème. Montréal recevra aussi 88,6 M$ en vertu de l'entente «Réflexe Montréal». Cette somme sert à financer, entre autres, le programme AccèsLogis Montréal, qui doit remplacer le programme provincial.

Transport en commun: priorité Rive-Sud et autobus

Le gouvernement Legault annonce aussi l'ajout de trois projets de transport en commun lourd dans les couronnes Nord et Sud, en plus du tramway vers l'Est. Le prolongement de la ligne jaune du métro est remis sur la liste des projets à l'étude dans le PQI.

chictype via Getty Images

Ce projet a connu presque autant de revirements que la ligne bleue. Promis par le gouvernement de Pauline Marois en 2012, il a été abandonné par les libéraux de Philippe Couillard.

Un tramway sera également ajouté sur le boulevard Taschereau pour connecter la ligne jaune à la station Dix30 du futur Réseau express métropolitain (REM). Pas un mot toutefois sur le prolongement promis du REM à Chambly et à Laval.

Parallèlement, le gouvernement prévoit créer un vaste réseau de voies réservées pour autobus sur les autoroutes de Laval, de la Rive-Nord et de la Rive-Sud. On en prévoit sur les autoroutes 13, 15, 20, 25, 30, 440 et 640, ainsi que sur la route 116. Ces voies seront notamment comprises dans les projets de prolongement ou d'élargissement des autoroutes 13, 19 et 30.

Tous ces projets font partie du Plan de décongestion présenté par la CAQ en campagne électorale.

Montréal n'est toutefois pas en reste. Le gouvernement Legault a mis en planification la mise à niveau d'infrastructures électriques de la Société de transport de Montréal pour abaisser le voltage d'Hydro-Québec au niveau utilisé par le réseau de métro. Aucune somme n'est encore réservée, mais la STM évalue le projet à environ 100 M$.

Le prolongement de la ligne bleue du métro demeure à l'étape de planification.

On attend la dalle-parc Turcot

Les Montréalais qui attendent avec impatience la fameuse dalle-parc de l'échangeur Turcot resteront sur leur faim. Promise par l'ancien gouvernement libéral, elle ne se trouve pas dans le PQI dévoilé jeudi.

Selon le ministre des Transports, François Bonnardel, le gouvernement compte bel et bien financer ce projet. Les discussions sont en cours avec la Ville de Montréal.

Le financement des municipalités bouge peu

La demande phare de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), partagée par la Ville de Montréal, est aussi absente du budget. Les municipalités réclament le transfert d'un point de la taxe de vente du Québec (TVQ), ce qui ajouterait plus de 1,7 G$ dans les coffres des villes.

Olivier Robichaud
Alexandre Cusson, maire de Drummondville et président de l'UMQ, avec Valérie Plante, mairesse de Montréal.

Alexandre Cusson, maire de Drummondville et président de l'UMQ, n'est pas déçu. Il s'attendait à ce que cette mesure apparaisse dans un budget subséquent, puisque les villes et le gouvernement renégocient actuellement le Pacte fiscal.

Il voit d'un bon oeil les marges de manoeuvre de 2,5 G$ à 3,3 G$ prévues au cours des prochaines années. Il espère qu'une partie de ces sommes seront utilisées pour le transfert de la TVQ.

Quelques réactions

«En habitation, je tiens à souligner les efforts du gouvernement du Québec pour nous permettre de combler l'arriérage. Avec les 72,8 M$ consentis, nous constatons que la voix de Montréal a été entendue. [...] Toutefois, force est de constater que ce budget ne règle pas la problématique urgente du financement du transport collectif.»

- Valérie Plante, mairesse de Montréal

«Le gouvernement du Québec a clairement les moyens de respecter son engagement quant au transfert d'un point de la TVQ dans le cadre du prochain pacte fiscal et permettre ainsi aux gouvernements de proximité d'assumer leurs responsabilités croissantes.»

- Alexandre Cusson, président de l'UMQ

«Nous saluons l'engagement du gouvernement à soutenir la revitalisation de l'Est de Montréal, un enjeu prioritaire pour le milieu des affaires.»

- Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

«La seule mesure pour le logement social et communautaire contenue dans le budget Girard est le soutien à la réalisation de 10 000 des 15 000 logements déjà prévus dans les budgets précédents et non livrés, sur 7 ans. Le FRAPRU espérait un déblocage plus rapide de ces projets, dont plusieurs sont attendus depuis des années.»

- Front d'action populaire en réaménagement urbain

«Je suis très heureuse que le gouvernement ait identifié le prolongement de la ligne jaune et le développement de l'axe Taschereau comme des projets porteurs de mobilité qui répondront aux besoins criants des citoyens de Longueuil, et plus largement, de la Rive-Sud. Il faut maintenant faire en sorte de réaliser ces projets rapidement.»

- Sylvie Parent, mairesse de Longueuil

«Il y a beaucoup de projets routiers. Dans le dernier budget, 31% des investissements en transport étaient pour le transport en commun, le reste étant pour les routes. Maintenant, c'est 27%. La CAQ avait promis un ratio de 50-50 d'ici quatre ans, mais on s'en va dans la mauvaise direction.»

- François Pépin, président de Trajectoire Québec

«[L'ajout de voies réservées] cadre parfaitement avec la vision du Forum sur la mobilité et le transport collectif de développer un réseau de transport intégré Laval-Basses-Laurentides dans le but de contrer la congestion routière.»

- Marc Demers, maire de Laval